patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

413 Billets

5 Éditions

Billet de blog 13 mai 2021

La mort de Jacques Bouveresse

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je laisserai à d'autres plus qualifiés que moi le soin de dire ce que fut l'apport de Jacques Bouveresse dans la vie intellectuelle de la fin du XXème siècle. J'aimerais seulement évoquer quelques images de lui qui m'ont marqué quand j'ai fait sa connaissance à l'ENS, en 1963. Dans les conflits qui animaient l'enseignement de la philo - entre les pro et les anti-althussériens, entre les pro et les anti-derridiens, entre les lacaniens qui n'en avaient que pour leur idole etc.. - Bouveresse était à part. Je supposais qu'il mettait tout ce beau monde dans le même sac - et se scandalisait devant la désinvolture avec laquelle les uns et les autres envoyaient aux orties les références aux philosophes classiques dont il s'était lui-même nourri ; il était convaincu que les questions que ces derniers avaient soulevées, pour rester souvent pendantes, n'en méritaient pas moins d'être prises au sérieux. J'avais le sentiment qu'il bougonnait devant ce gaspillage d'énergie intellectuelle qui ne débouchait pas sur grand chose. Il était véritablement ailleurs - rien d'étonnant qu'il soit aller chercher outre manche une approche beaucoup plus logique (philosophie analytique, Wittgenstein, etc..) qui se méfiait de la séduction stérile à ses yeux des métaphores auxquelles les continentaux avaient recours. Est-ce que je me trompe en pensant qu'il croyait en la philosophie à une époque où il était de bon ton d'en proclamer la mort et que cette croyance il l'avait forgée au cours de ses années de prépa. Il n'était pas prêt à la renier. Un de ses meilleurs livres, Le philosophe chez les autophages, moquait avec humour cette rage de certains qui se disaient pourtant philosophes à saper les bases mêmes sur lesquelles reposait leur discipline.

C'était, au demeurant, un excellent camarade, qui regardait avec bienveillance le conscrit que j'étais, alors que tant d'autres - je ne citerai pas de nom ! - toisaient avec mépris ceux qui n'étaient pas encartés dans le parti (devrais-je dire plutôt la secte) qui était le leur.

J'ai suivi, toujours avec intérêt, au cours des années, les différentes étapes de son travail - il a été un passeur remarquable  (Krauss, Orwell, Musil ...), il a su prendre la défense de ceux que la médiocrité médiatique et universitaire enterrait avec jubilation (Bourdieu), il a su dénoncer avec verve les pseudo-intellos qui s'érigeaient en donneurs de leçons alors qu'ils ne faisaient que se vendre aux thuriféraires de l'ordre dominant.Et quand on relira son oeuvre on verra à quel point il fut  rigoureux sans pour autant jamais être rigide. Un être droit.

Quand il fut nommé au  Collège de France, je lui avais envoyé un petit mot pour lui dire que je me réjouissais de cette nomination - je me doutais qu'elle ne ferait pas plaisir à tout le monde et, avec l'humour qui le caractérisait, il m'avait confié qu'il n'avait pas croulé sous les lettres de félicitations. Quelques larmes de crocodile accompagneront certainement sa mort.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl