patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

441 Billets

5 Éditions

Billet de blog 14 juin 2022

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Consigne de vote

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                  J'ai quelque peine à comprendre les polémiques actuelle sur les consignes de vote qu'on donnerait ou qu'on ne donnerait pas, qu'on a données jadis, qu'on ne donnera pas aujourd'hui. Tel ou tel homme ou femme politique faisant preuve de lucidité admet parfois que nul n'est propriétaire des voix de ses électeurs - et le terme de propriétaire ne manque effectivement de faveur dans un tel contexte, car l'on sait bien qu'il arrive (souvent ? parfois ?) que l'homme ou la femme politique  une fois élu(e) parle de "ses" électeurs avec un tel sentiment de propriété qu'il ou elle leur fait dire n'importe quoi.

                   Mais "consigne de vote", qu'est-ce que cela veut dire ? Dans le contexte militaire "consigne" désigne la défense de sortir par mesure punitive ; puis dans le contexte scolaire, consigne désigne une sanction infligée à un élève pour un motif disciplinaire et là encore elle se concrétise par une interdiction de sortir de l'établissement scolaire, de rester enfermé dans une salle pendant un temps déterminé, hors de l'emploi du temps . Si je retiens ce sens de consigne, je vois mal comment on peut l'appliquer au vote, qui est un acte libre ; donner une consigne, c'est donner un ordre - ordre, on le comprend aisément, passerait difficilement puisque l'électeur se sentirait à juste titre considéré comme un être mineur auquel ses parents disent ce qu'il doit faire - électeur considéré comme un godillot et c'est amusant d'entendre certains reprocher à des députés de n'être que des godillots s'ils avalisent sans discuter les propositions de loi du gouvernement ! On parle donc de consigne qui est un mot moins connoté d'autoritarisme - presque un conseil -.

                   Je ne connais comme autre sens de consigne que ce lieu, dans une gare par exemple, où je peux déposer mes bagages pour un temps déterminé avant de les reprendre. On voit bien qu'en matière électorale, quelque chose de ce genre ne peut exister -je dépose mon bulletin dans l'urne, mais je ne peux pas le reprendre !

                   Ou bien, s'agirait-il du sens purement commercial d'emballage d'objet consigné ? Si je le rapporte vide, on peut me donner une certaine somme d'argent - c'est très bien pour éviter le gaspillage, très écologique donc -. Mais mon vote n'entre pas dans cette logique, il n'est pas vide, même lorsqu'il est blanc, il a du sens, celui-là même que je lui ai donné, que je lui ai donné librement. Et personne ne pourrait soupçonner qu'on puisse donner à quelqu'un qui vote de l'argent pour qu'il vote comme X ou Y souhaite qu'il vote....A vrai dire, il me semble me rappeler que de telles pratiques ont jadis été mises en oeuvre par quelque homme politique particulièrement friqué. Mais, c'est quand même rare, tout comme les urnes bourrées, et très mal jugé.

                     Quoiqu'il en soit, j'ai la faiblesse de croire que l'électeur est libre de donner sa voix à qui il veut, qu'il est assez intelligent pour décider tout seul de ce qu'il doit faire. Sinon, c'est à désespérer du fondement de notre régime démocratique. Il est en crise, dit-on, il serait sans doute utile de réfléchir sur ces attitudes, ces formules, sur ces mots qui en polluent le fonctionnement.

                    J'aime bien cette phrase d'Alain :"la fonction de penser ne se délègue pas."

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon