patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

440 Billets

5 Éditions

Billet de blog 15 déc. 2019

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Le coup de pied de l'âne

Il y a, chaque année, à l'occasion de la remise des prix décernés par l'Académie, un discours sur la vertu. Louable tradition que chaque impétrant aborde avec toute l'ironie requise entre gens du même monde. Cette année, cet honneur a été réservé à Alain Finkielkraut, qui s'est donné pour tâche de vilipender le «nouvel ordre moral» qui, selon lui, s'est abattu sur notre démocratie

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

              Il y a, chaque année, à l'occasion de la remise des prix décernés par l'Académie, un discours sur la vertu. Louable tradition que chaque impétrant aborde avec toute l'ironie requise entre gens du même monde : si on m'avait dit un jour que je devrais discourir sur la vertu ; mais, bon, les choses changent et maintenant que je suis vieux, pardon, académicien, je vois les choses différemment, la vertu a du bon, surtout celle dont je me flatte d'être l'avocat, contre tous les vicieux de l'époque que sont ceux qui ne pensent pas comme moi.

             Cette année, cet honneur a été réservé à Alain Finkielkraut, qui s'est donné pour tâche de vilipender le "nouvel ordre moral" qui, selon lui, s'est abattu sur notre démocratie. "Ordre moral", l'expression a, faut-il le rappeler, très mauvaise réputation, si mauvaise que le Petit Robert qui n'en loupe généralement pas une, surtout d'un usage si fréquent, omet de la signaler. Elle évoque la censure d'un pouvoir conservateur et soumis aux impératifs d'une morale dite chrétienne, l'étroitesse de ses jugements et l'hypocrisie de ses comportements. Et qu'on ne lui parle pas de ce fâcheux livre qu'il avait jadis commis avec son ami Pascal Bruckner, Pour un nouveau désordre amoureux, dans lequel ils faisaient l'éloge d'une jouissance très ouverte. Il est comme lui,  Pascal, il en est bien revenu de tout ça et pour cette raison il est cité dans tous les journaux, pensez, il dénonce "cette haine du français pour le travail"- ça c'est du costaud.

              Voilà que notre époque qui a été celle qui est censée s'être affranchie - ah ! mai 68 - de tous les interdits les remplace par de nouvelles exigences qui, à côté de celles qu'elle avait renversées, sont bien pires. Qu'on en juge :"vaincre l'exclusion" - quelle horreur ! rien de plus naturel et de plus simple que d'exclure ceux qui ne sont pas dignes de partager nos valeurs...- "Célébrer l'hospitalité" - comment  ? recevoir chez soi n'importe quel individu, le premier pédezouille venu d'ailleurs sous des prétextes aussi fallacieux que la persécution, la famine etc...? pas possible ; que l'Ancien Testament et le Nouveau tout aussi bien aient fait de l'hospitalité une exigence absolue, monsieur Finkielkraut, esprit fort s'il en est, ne s'en soucie pas le moins du monde ; "effacer les frontières" - le projet européen ? quelle ringardise ! vivent les frontières telles que les définissent ceux qui sont les plus forts, même si elles empiètent sur des territoires qui appartiennent à d'autres ; "abattre les murs de la forteresse" - restons bien au chaud, dans notre forteresse assiégée, devant cette misère du monde qui vient tenter de nous envahir...etc. Ce nouvel ordre moral, tellement odieux à monsieur Finkielkraut, "son drapeau, c'est l'humanité. Son ennemi, c'est la hiérarchie". Quant à lui, il n'a pas peur de se montrer inhumain quand il s'agit de défendre les valeurs essentielles de notre civilisation ; tout cela parce que la hiérarchie qui y règne l'a placé en un lieu d'où il peut délivrer sans trembler sa propre "morale" (guillemets dits de précaution).

            Le Figaro, Valeurs actuelles, le Point relatent avec complaisance ce morceau de "bravoure" et signalent qu'il a été accueilli par des applaudissements nourris. Mais comme monsieur Finkielkraut ne manque pas d'élégance (je ne fais pas allusion à son habit vert dans lequel il apparaît assez gauche - pas un très bon tailleur, sans doute ), d'élégance morale, j'entends, il a le courage d'attaquer sans le nommer quelqu'un qui ne peut pas se défendre, puisqu'il est mort, Michel Serres " Je ne serais pas, dit-il, un grand-papa ronchon (malgré les apparences)" - je rappelle que c'est ainsi que Serres l'avait défini au cours d'une émission sur France culture - ni le bénisseur espiègle du monde qui vient", le terme d'espiègle ne trompe personne, l'allusion est claire aux "Morales espiègles" de ce même Michel Serres. Je ne me donnerai même pas la peine de corriger l'académicien sur cette accusation éculée d'optimisme aveugle qui poursuit Serres. Ce n'est un secret pour personne que ces deux-là ne s'entendaient pas, mais choisir cette occasion pour tenter de régler on compte à celui qui n'est plus là pour se défendre :

            le coup de pied de l'âne, je vous dis.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Europe
« La droite fasciste n’a jamais disparu de la société italienne »
L’historienne Stéfanie Prezioso explique ce qui a rendu probable l’accès d’une post-fasciste à la tête du gouvernement italien. De Berlusconi en « docteur Frankenstein » au confusionnisme propagé par le Mouvement Cinq Étoiles, en passant par le drame des gauches, elle revient sur plusieurs décennies qui ont préparé le pire.
par Fabien Escalona
Journal — Santé
En Mayenne : « J’ai arrêté de chercher un médecin traitant »
En Mayenne, des centaines de personnes font la queue pour un médecin traitant. Dans ce désert médical, le nombre de médecins n’est pas suffisant face à une énorme demande. Inciter les médecins à s’installer dans des zones sous-dotées ne suffit peut-être plus. Certaines voix prônent une autre solution : la contrainte. 
par Célia Mebroukine
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot