patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

413 Billets

5 Éditions

Billet de blog 17 mai 2021

L'atelier de Laurent Mauvignier, écrivain

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

     Les éditions Diagonale publient des entretiens sur l’écriture menés par Pascaline David avec Laurent Mauvignier, Les motifs de Laurent Mauvignier. Et c’est un livre rare qui nous fait entrer dans son atelier. Ce à quoi répugnent généralement les écrivains qui préfèrent occulter complètement les conditions de leur travail. Et je ne parle pas des philosophes - sur ce thème, il y aurait bien des choses à dire et bien des baudruches à dégonfler.
                                   « Il ne faut pas avoir quelque chose à dire, il faut avoir quelque chose à faire. Il faut faire, il ne faut pas dire (…) Tant      qu’on veut dire, on ne fait rien. Et quand on fait, on commence à dire. »

       C’est là sans doute le fil directeur de l’expérience de Mauvignier écrivain.
       L’écriture. Tant de gens se gargarisent de ce terme dont ils multiplient les majuscules pour se grandir  d’y avoir accès. Et cela a le don de m’énerver au plus haut point - l’autre soir, Maylis de Kerangal n’échappait pas à cet enfumage. Rien de tel chez Mauvignier - écrire est un métier ; cela suppose une discipline, un travail de tous les instants, un entraînement qui ne porte ses fruits qu’à revenir sans cesse sur son produit. J’aime qu’il y soit question du choix des mots,  de la justesse du vocabulaire selon les contextes et les personnages, des différents niveaux de langue qui peuvent interférer les uns avec les autres ; des temps des verbes, futur ou conditionnel, délaissement du passé simple, usage du participe présent (Claude Simon) pour relancer la phrase. J’aime qu’il y soit question de la phrase, de son rythme, de sa cadence, de sa sinuosité, de son enrichissement progressif avec toujours plus de détails, non par souci de réalisme, mais par désir de cerner autant que faire se peut sa charge évocatrice. A un moment, Mauvignier parle de sa boîte à outils et c’est drôle et juste cette désacralisation de l’écriture ; on est loin du romantisme de l’inspiration, loin aussi de la logorrhée qui autorise toutes les facilités. Rien n’est jamais terminé ; de reprise en reprise, la phrase avance jusqu’à ce qu’elle atteigne une certaine justesse de ton.
         Une approche matérialiste du travail de l’écrivain - les notes rédigées à tout moment et sur n’importe quel support avant d’être développées, si elles  le méritent, ou pourquoi pas abandonnées ou simplement mises en attente d’une éventuelle utilisation, et, peu à peu, elles peuvent donner naissance à quelques pages, une dizaine, une vingtaine - et c’est déjà un début de roman…
         Mauvignier n’oublie pas la ponctuation, il sait son importance pour la portée de la phrase - de l’usage du tiret, du point virgule ou des deux points. Ce côté cuisine, la manière dont il en parle avec sérieux, sans aucune coquetterie est aux antipodes des trémolos de ceux et celles  qui s’épanchent sur l’écriture salvatrice … tu parles, quel boulot ! Si salut il y a, ce qui ne semble pas être ici l’essentiel, il ne viendra que par surcroît.
          Ou pas du tout.
          En attendant, ce n’est pas une partie de plaisir - cent fois sur le métier, disait l’autre, et qui n’avait pas tort…
A un moment donné, Mauvignier. se rend compte qu’il est près de tomber dans le piège qui serait de faire toujours du Mauvignier. Ìl lui faut donc casser la routine qui est en train de s’établir, s’en dérouter pour inventer une nouvelle route. Se priver du confort qui consiste à utiliser les mêmes recettes. Au risque de se perdre, bien sûr.
              C’est là qu’interviennent sa première lectrice, Aliénor, puis son éditrice,Irène Lindon,  quelque fois tel ou tel ami écrivain, Tanguy Viel, par exemple. Et j’admire cette capacité qu’il a à s’en remettre à d’autres, cette confiance et je l’envie d’en avoir la possibilité. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — Culture-Idées
Autour des spectacles « Mère », « The Notebook » et « Istiqlal »
L’émission culturelle hebdomadaire de Mediapart est consacrée aujourd’hui aux mises en scène de Wajdi Mouawad (« Mère »), du collectif Forced Entertainment (« The Notebook ») et de Tamara al-Saadi (« Istiqlal »).
par Joseph Confavreux
Journal — France
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
Journal — France
Présidentielle : cette deuxième ligne qui prépare l’après
« Refondation », « Front populaire écologique », « Bloc arc-en-ciel »… Au sein des partis de gauche, des personnalités s’activent pour éviter les logiques de division présidentielle. Pour elles, la reconstruction de la gauche commence maintenant, pour ne pas disparaître. 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement