patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

435 Billets

5 Éditions

Billet de blog 19 mai 2021

La prison et après ?

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'obsession sécuritaire a depuis des décennies conduit la France à user et à abuser de l'enfermement carcéral. Alors que d'autres solutions sont possibles. Et les prétendues réformes pénitentiaires - certaines d'entre elles étant animées de fort bons sentiments - se sont heurtées à de multiples obstacles : résultat : les conditions d'incarcération sont indignes et elles sont régulièrement dénoncées jusqu'au niveau européen ; toute tentative de construire des établissements qui offriraient des conditions de vie acceptables soulèvent immanquablement des critiques démagogiques du type de celles de Pasqua qui s'indignait des prisons 5 étoiles.

Ceci est bien connu. La question qui demeure en suspens est ce qu'il advient des hommes et des femmes qui ont purgé leur peine et qui se retrouvent libres après avoir passé des années en prison. On pourrait naïvement penser que puisqu'ils ont payé pour les délits qu'ils ont commis leur libération entraîne automatiquement leur réinsertion au sein de la collectivité. Or rien n'est fait ou si peu par l'Etat. Ils sont souvent jetés à la rue, sans formation particulière, et sans autre solution que de retomber dans la délinquance. Des associations existent heureusement qui les prennent en charge et qui démontrent qu'il est possible pour certains d'entre eux de réapprendre.

Ainsi en est-il de Gare-Btt à Besançon, créée en 1980. Un film a été tourné sur ce que sont devenus 4 anciens détenus à leur sortie de prison. Un lien fort d'amitié les unit à Christian Jacquot qui fut un des fondateurs de l'asso, et ils se retrouvent régulièrement. Les témoignages qu'ils apportent de ce qu'est la violence de l'incarcération et les difficultés multiples rencontrées avant qu'ils puissent retrouver une vie normale - mais un état de santé souvent dégradé et rarement pris en compte en prison, des dettes qui courent encore envers les partis civiles, des ruptures innombrables avec leur famille ne facilitent pas les choses. Ils sont émouvants dans leur dignité retrouvée - grâce à l'appui qui leur a été apporté, à la rencontre inespéré d'un amour nouveau pour l'un, à la reconnaissance de leurs capacités pour les autres...-. On lit cependant toujours dans leurs yeux cette tristesse que rien ne peut tout à fait éteindre.

Le film, sans topo moralisateur, met en relief les absurdités et les cruautés d'un système qui se désintéresse du sort de ceux qui sont après avoir été condamnés à une privation de liberté sont, pour détourner la phrase de Sartre, condamnés à la liberté. Heureusement, pour certains d'entre eux, ils ont eu la chance de rencontrer ce que l'un d'eux appelle simplement des"gens bien", qui leur ont donné une autre image de ce qu'est la solidarité humaine.

Je conseille vivement à ceux qui liront ce billet de regarder la vidéo en suivant le lien

AU NOM DE LA LOI JE VOUS LIBERE - 2020

https://vimeo.com/490801624

Mot de passe : APG

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart