patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

413 Billets

5 Éditions

Billet de blog 20 oct. 2015

Solitude - dialogue sur l'engagement. Par Jean-François et Michel Serres

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                                          C'est un livre peu banal que signent Jean-François et Michel Serres, sur un sujet qui apparaît comme l'un des grands défis de nos sociétés - celui de la solitude. Peu banal parce qu'on sait que le dialogue entre père et fils n'est jamais simple. Que l'un a sur la question un point de vue de théoricien alors que l'autre est confronté quotidiennement à ce problème - Jean-François dirige l'Association les petits frères des Pauvres. Il faut attendre le dernier dialogue - il y en a 7 en tout et celui-ci a lieu au moment des attentats de janvier et des réactions qui les ont suivis - pour que l'un et l'autre parlent de leur expérience de la solitude, Michel Serres, dans le domaine de la pensée, Jean-François dans celui de sa pratique sociale. Et, plus intimement, de l'isolement que Michel a vécu en accédant à un niveau de savoir qui n'était pas celui des siens ; de celui de Jean-François qui a voulu s'éloigner du savoir, incarné par son père, pour s'ancrer dans la rude réalité du faire. Rupture, isolement, vie dans la rue - l'un et l'autre ont passé par ces épreuves avant de tracer chacun son propre chemin.

                                         Comment dans "notre société favorisant l'individualité (...)inventer de nouvelles appartenances ?", demande le philosophe et, paradoxalement, Serres à qui on reproche souvent son optimisme a une vision plutôt sombre :"l'homme cherche en permanence à combler un vide, et ce comblement est toujours menacé. Mais c'est aussi notre chance, car ce déséquilibre nous oblige au mouvement." Formule qui paraît sans doute trop abstraite à Jean-François : comment recréer des relations dans un monde qui a tout fait pour les supprimer ?, dit le responsable d'une association humanitaire : et son idée est simple : encourager de micro-initiatives citoyennes en direction des personnes isolées et surtout des personnes âgées (programme Monalisa). Et ça marche, dit-il, "lorsque nous luttons contre l'isolement social, nous nous guérissons nous-mêmes de notre solitude." Certes. Mais les êtres plongés dans la solitude, privés de tout lien social, "sont bien dans le manque mais dans un manque sans désir."- il faut donc leur redonner le sentiment de leur valeur, de l'importance qu'ils peuvent avoir pour l'autre - recréer du lien social, mais à un niveau qui n'est pas celui de politiques volontaristes dont on a vu très vite les limites, à un niveau qui est au fond interpersonnel. Beau pari, en tout cas : s'ouvrir à l'autre pour que l'autre puisse en regard retrouver la possibilité de sortir de soi.

                                            Michel et Jean-François se retrouvent, car la dimension politique ne peut être mise entre parenthèses, dans une commune admiration pour les utopies associationnistes françaises du XIX°siècle - socialisme utopiste que le socialisme prétendument scientifique de Marx (et surtout de Engels) a tragiquement refoulé. "Utopie d'une démocratie pleinement effective. La renaissance actuelle des initiatives inspirées par elle nous rappelle l'importance décisive pour la démocratie d'un espace public fortement alimenté par l'engagement volontaire des citoyens.

                                            Un beau livre d'espérance et de réalisme, placé ultimement sous le patronnage de François d'Assise.

                                                                                                          Editions Le Pommier, collection Essais Le Pommier, 13 euros.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en EREA, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille