patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

432 Billets

5 Éditions

Billet de blog 21 sept. 2016

Un livre de feu

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                      Les éditions Verdier poursuivent la publication de l'oeuvre d'Antonio Moresco qui n'avait jusqu'à présent séduit aucun éditeur alors qu'il est, en Italie, considéré comme un écrivain de première importance. Ceux qui ont lu et aimé La petite lumière en sont aussi convaincus. Moresco nous fait pénétrer dans un monde étrange où les morts côtoient les vivants, où les limites se brouillent entre ce qui est perçu et ce qui est rêvé - métaphore d'un monde où ce qui servait de repères a disparu, monde d'après la fin du monde que nous avons connu, monde où la nature reprend ses droits et où les villages tombent en ruines, monde où seul l'amour demeure, mais hors des normes que nous lui avons assignées - entre une jeune fille à la beauté iradiante et un vieux clochard crasseux, dans Fable d'amour.

                      Les incendiés sont de la même veine, mais en plus sombre, en plus rageur, en plus désespéré. Les personnages (mais le terme convient mal dans la mesure où nulle psychologie ne vient les définir, où le cadre spatio-temporel même dans lequel ils évoluent paraît se dissoudre), un homme, le narrateur - mais jusqu'à quand ? - et une femme dont le mystère est symbolisé par une dentition d'or qui éclaire la nuit dans laquelle l'un et l'autre sont plongés, brûlent d'un amour fou. A l'image des paysages incendiés qui les entourent. "il n'y avait plus qu'elle et moi dans cette maison en flammes que tous les autres avaient fui, dans ce monde en flammes que tous les autres avaient fui." La fille aux dents d'or disparaît aussi vite qu'elle était apparue. "Qu'est-ce que je vais faire de ma vie, maintenant que j'ai coupé jusqu'aux derniers liens qui me rattachaint au monde, et que, dans ma vie, il n'y a désormais plus qu'elle, cette femme qui disparaît et réapparaît comme si elle surgissait de nulle part, et dont je ne sais pas où elle habite, ni qui elle est, qui vient me voir dans mes rêves, qui incendir le monde pour moi, qui arrive  en pleine nuit dans un parking désert, en robe du soir, une mitraillette à la main."

                       On pourrait en rester à cette histoire d'amour-passion. Mais voilà que la fille aux dents d'or se révèle être au service de celui qu'elle appelle le maître des esclaves. Autre image, celle de la corruption et de la dépravation de la caste oligarchique qui domine le monde, que ce vaste lupanar où les héros descendent comme au fond de l'Enfer. La fille le fait exploser pour se libérer du joug qui l'asservit. Ce pari est perdu d'avance : on n'y échappe jamais, malgré la course-poursuite jalonnée de fusillades, d'explosions, de ruines, entre les deux amants et les sbires du maître des esclaves, jusqu'à ce que mort s'ensuive. Et c'est le dernier rebondissement, l'ultime changement de plan de cette intrigue imprévisible. Le narrateur et la fille aux dents d'or continuent de vivre et de s'aimer par-delà la mort et en dépit d'elle et ils vont, dans une nouvelle et hallucinante "échappée"retrouver la horde des morts - ceux des guerres dans l'ancienne Yougoslavie, ceux des combats en Tchétchénie, ceux de tous les massacres et de tous les attentats qui ensanglantent notre monde - qui se rebellent contrer les vivants qui tuent d'autres vivants. La violence atteint alors un paroxysme rarement atteint dans notre littérature. Nulle victoire ne se laisse entrevoir si ce n'est, peut-être, la surprenante permanence de l'amour, de l'amour-fusion, de l'amour incandescent. Mais jusqu'à quand ?

                      Il y a, dans ce livre, une force érotique qui laisse loin derrière elle toutes les plates répétitions auxquelles ont recours les habituelles descriptions de l'amour physique. Jacques Laurent est le traducteur inspiré de ces livres d'Antonio Moresco - et il faut lui rendre hommage pour cette réussite exemplaire.

                                                Antonio Moresco, éditions Verdier, 16 euros

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran