patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

446 Billets

5 Éditions

Billet de blog 23 déc. 2009

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Et si l'on reparlait de l'inculture

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un article de Sylvain Bourmeau relate la difficulté de l'Elysée à trouver des intellos pour partager avec le Président une bûche de Noël. Amusant. Et pas très étonnant. Laissons les difficultés propres de notre président avec tout ce qui a la forme d'un livre. Et intéressons nous de plus près à la réorganisation du Ministère de la Culture (je vais droit à ce qui me scandalise, mais il est évident qu'il faudrait regarder le reste avec attention). en date du 11 novembre 2009 - c'est tout chaud, ce qui explique sans doute le retard à l'allumage de la Presse - . Jusqu'à cette date, et cela remontait à la Libération, il y avait une Direction nationale du livre - par quoi, l'Etat reconnaissait la spécificité des problèmes des livres et l'importance, en ce domaine, d'une politique adaptée. Depuis quelques mois, le Directeur était parti à la retraite et personne n'était pressenti pour le remplacer. On aurait dû se méfier...

C'était sans compter sur le désir du Président élu par une majorité de français etc, de simplifier une administration trop complexe où des fonctionnaire surpayés se la coulent douce à bouquiner toute la journée. Supprimée, donc, cette Direction. Effacée la particularité du livre.

Désormais, le livre et la lecture se retrouvent englobées dans une Direction des médias et industries [oh comme ce mot résonne doucement en cette période de crise qui voit notre pays se désindustrialiser grave, qu'on se le dise le pouvoir veille aux industries...] culturelles ; on leur octroie un service pour eux tout seuls, c'est déjà beaucoup. La mission de cette Direction est définie de la manière suivante : elle s'occupera de mettre en oeuvre "la politique de l'Etat en faveur [faut admirer l'expression,c'est une faveur qu'on nous fait, pas un droit, surtout pas un droit] du développement et du pluralisme des médias [et moi qui croyais avoir observé depuis quelque temps une certaine concentration des dits médias entre les mains des amis de qui vous savez ! j'ai dû être abusé par un groupuscule d'extrême gauche anarcho-trostskiste], de l'industrie publicitaire [je vois bien le lien avec l'industrie, beaucoup moins bien avec la culture], de l'ensemble des services de communication au public par voie électronique [je laisse à plus qualifié le soin de gloser sur ce point], de l'industrie [encore!) phonographique [délicieusement désuet], du livre et de la lecture [enfin] et de l'économie culturelle."

Qui dit Direction dit Directeur, il y en aura donc un - je ne sais pas qui, sans doute un ami des gens cultivés qui nous gouvernent. Comme il aura, on le comprend bien,. beaucoup de travail, il sera aidé par un directeur adjoint, lequel pourra [ou ne pourra pas] "être chargé du livre et de la lecture ou des médias". Si l'on veut plus de détails sur le contenu de la mission confiée, en la matière, à ces messieurs, on découvre ce qui suit : "Elle [la direction] veille à l'équilibre entre les différents acteurs [euh, Clavier, il compte ou pas ? et Minc ?] qui interviennent dans le domaine du livre et, à ce titre, au développement de l'économie du livre, en France et à l'étranger [il serait intéressant de voir comment les choses se passent, de ce point de vue, dans les services culturels des différentes ambassades]. Elle favorise le développement de la lecture et procède à l'évaluation [vous savez quand ce mot est prononcé, faut se méfier, y a du licenciement dans l'air] des politiques dans le domaine de la lecture publique." Suivent des propos pas vraiment neufs sur les biblios et les médiathèques qu'il faut développer, of course, dont il faut former le personnel, entretenir et enrichir le patrimoine. Dernière indication : l'Etat exerce un "contrôle technique sur les bibliothèques et les médiathèques des collectivités territoriales", des fois qu'elles seraient trop tendres pour les auteurs subversifs et antinationaux....

C'est grave tout ça ? vous ne trouvez pas ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau