Pour les amateurs de statistiques

                         Je suis heureux pour tous les journaleux, journaleuses des medias de grande consommation qui commençaient de se lasser d'égrener, depuis le début de l'année, le nombre de contaminés, le nombre d'hospitalisés, le nombre de malades en réanimation, le nombre de lits dans les hôpitaux occupés ou à occuper (ils/elles s'y perdaient un peu au point d'oublier de nous dire le nombre de ceux qui étaient sortis guéris de cette sale affaire) ; heureux pour tous les experts, toutes les expertes qui ne se contentaient pas de ces chiffres mais pouvaient nous asséner des tableaux comparatifs avec le nombre de contaminés, d'hospitalisés etc dans les pays voisins (cf l'assez inénarrable Salomon). On leur donne enfin autre chose à compter et qui va bien les tenir (nous du même coup aussi) en haleine jusqu'à la fin de l'année prochaine : le nombre des vaccinés, le nombre de ceux qui ont bien supporté le vaccin, de ceux qui l'ont moins bien supporté, par tranche d'âge, par localisation géographique, par origine sociale. On commence tout petit : la première vaccinée mérite bien de passer à la télé ; le premier vacciné peut-être aussi, on verra dans les jours qui viennent. Il y en aura pour tout le monde. Enfin pour ceux qui le veulent bien, parce que j'en ai vu, au fond de la classe, qui n'ont pas suivi les explications que les professeurs nous ont donné et n'ont rien compris aux enjeux de la vaccination.

                         PourMais puisqu'on est sur cette histoire de nombre, il faudra m'expliquer comment il se fait qu'étant donné le nombre colossal de doses  de vaccins commandés, le ministre de la santé compte qu'avant l'été 1, 5 million de français auront été vaccinés. A ce rythme, on en a encore pour quelques années. Il y a certainement quelque chose qui m'a échappé. Il est vrai que je n'ai jamais été très bon en mathématiques.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.