patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

433 Billets

5 Éditions

Billet de blog 29 mars 2022

Henri Guillemin et l'humour de Victor Hugo

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                    On n'en a pas fini avec la redécouverte des oeuvres d'Henri Guillemin. Seuls quelques privilégiés connaissaient le petit livre qu'il avait consacré à l'humour de Victor Hugo, publié en Suisse aux éditions de La Baconnière en 1950. Grâce à l'obstination des éditions Utovie, ce livre est maintenant accessible. Et c'est un bonheur. D'abord parce qu'il donne de Victor Hugo une image très éloignée du portrait que l'histoire littéraire officielle continue de véhiculer - nous sommes loin, ici, du grand-père barbu dont on écoute les leçons avec un petit sourire ironique mais dont il est de bon ton de moquer la grandiloquence. Quel rétrécissement de la carrure d'Hugo ! Quelle ignorance de la force créatrice de l'homme qui s'exprime aussi bien dans ses lavis que dans des romans comme L'homme qui rit ou dans Les travailleurs de la mer que l'on a cessé depuis longtemps de lire pour ne retenir que Les Misérables et Notre-Dame de Paris (et plus à cause des seins de Lolobrigida-Esmeralda dans l'adaptation de Jean Delannoy en 1956) !

                  C'est un aspect inattendu de Victor Hugo que Guillemin, agacé par les bêtises dans lesquelles se complaisent ses commentateurs, souligne dans cette anthologie : un Victor amoureux des mots au point de jouer sur eux avec une virtuosité déconcertante et s'amusant comme un gamin des calembours, des à-peu-près, des défauts de prononciation, des cuirs qu'il recueille. Un humour potache, pas toujours du meilleur goût mais d'une efficacité redoutable quand il s'agit de croquer ses contemporains ; et il y va à pleines dents, surtout, sous le Second Empire :

                   L'avènement de Napoléon le petit a " eu pour lui MM. les cardinaux, MM. les évêques, MM. les chanoines, MM. les curés, MM. les vicaires, MM. les archidiacres, diacres et sous-diacres, MM. les prébendiers, MM. les marguilliers, MM. les sacristains, MM. les bedeaux, MM. les suisses de la paroisse, et les hommes religieux, comme on dit, race précieuses, ancienne, mais fort accrue depuis les terreurs propriétaires de 1848, lesquels prient en ces termes : O mon Dieu, faites hausser les actions de Lyon ! Doux Seigneur Jésus, faites-moi gagner 25% sur mes Naples - certificats - Rothschild ! Saints apôtres, vendez mes vins ! Bienheureux martyrs, doublez mes loyers ! Sainte Marie, mère de Dieu, daignez jeter un oeil favorable sur mon petit commerce ! Tour d'ivoire faites que la boutique d'en face aille mal!"

                   Et des diatribes de ce ton, on en trouve contre la justice, contre l'armée, contre les prisons, contre l'Académie...Mais rien que pour le plaisir, Hugo note sur n'importe quel support. Cette chanson : "J'ai fait le bossu/Cocu/J'ai fait le beau cu/Cossu". Cette devise pour "un décrotteur chaste" :"Pas n'aime et cire sans cesse" (faut avoir fait un  peu de latin ou avoir fréquenté les pages roses du dictionnaire...) Ou ce portrait des prêtres qui encensent le coup d'Etat et "Entonnent leur salvum fac imperatorum/ (au fait faquin devait se trouver dans le texte)".

                   Hugo s'amuse aussi avec les lettres et on y verra un précurseur d'un certain Arthur. A propos d'Y :"Méfiez-vous de cette lettre-là ! L'Y exprime l'inondation. Regardez : qu'est-ce qu'un Y? Deux courants qui se réunissent. Un Y de plus, NOE était NOYE !" Quant aux chiffres, il n'est pas en reste ; il évoque la querelle du 6 et du 9 :"Tu n'es que le 9 en révolte ! Tu n'es qu'un 6 découragé!"

                   Les témoignages sont multiples de ses amis qui évoquent des soirées où Hugo, bonne chère et bons vins aidant, se livrait à ses plaisanteries débridées. Un gamin, dit Guillemin, un "loustic", Guillemin qui avait une faiblesse égale pour cette insolence à l'égard du vocabulaire qui ne peut naitre que chez ceux qui ont gardé une âme d'enfant découvrant les mille et un tours de la langue. A propos du gamin de Paris, dans les Misérables, ceci qui lui va parfaitement :"Il est doué d'on ne sait quelle jovialité imprévue ; il ahurit le boutiquier par son fou-rire."

                  PS : je disais qu'on n'en avait pas fini avec Guillemin. Patrick Berthier qui a la patience de travailler à établir une bibliographie qui se voudrait exhaustive, nous donne, toujours chez Utovie, un complément à l'ouvrage qu'il y avait consacré, Guillemin, une vie pour la vérité, en 2016. Et nous laisse espérer une autre édition qui incorporera les références qu'un chercheur suisse a découvertes et que les fans de Guillemin ignoraient.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement américaines
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière
L’arrêt « Roe v. Wade », qui a été abrogé par six voix pour et trois contre, avait fait, il y a 50 ans, de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. La décision de la Cour suprême n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech