patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

435 Billets

5 Éditions

Billet de blog 29 avr. 2021

Les Brigades Rouges

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les Brigades Rouges reviennent sur le devant de la scène. La France rompt avec ce qui était la doctrine  Mitterrand qui accordait l'asile politique à des hommes et des femmes ayant appartenu durant les années de plomb à des groupes d'extrême gauche engagés dans un combat contre les formes dominantes qu'ils jugeaient gangrenées par les héritiers du fascisme. Ces hommes et ces femmes avaient, pour certains, proclamé n'avoir jamais commis de meurtres - c'était la condition même posée par Mitterrand.

C'est avec cette doctrine que le Président actuel vient de rompre tout en jurant qu'il y demeure fidèle. Comprenne qui pourra.Mais on a l'habitude. En tout cas, par un calcul politique évident qui est de resserrer les liens avec l'Italie pour qui l'accueil par la France de ces "terroristes" était inacceptable.

Et l'on reparle de Cesare Battisti. Une bonne partie des intellectuels de gauche avait, Fred Vargas la première, manifesté son soutien à Battisti qui jurait être victime d'une justice italienne toujours plus accommodante avec les gens d'extrême droite qu'avec les "terroristes gauchistes". Les arguments de Battisti repris par Vargas m'avaient paru tout à fait convaincants et j'avais, personnellement adhéré au Comité Battisti. Puis, c'est sous Chirac, qu'il a été question de remettre Battisti entre les mains de la police italienne. On sait sa cavale, on se souvient de sa réapparition au Brésil, du soutien que lui a accordé alors  Lula, on n'a pas oublié que sa vie  a été de nouveau menacée par l'arrivée au pouvoir de Bolsonaro et qu'il a fini par être arrêté et renvoyé en Italie. Il y purge une peine de prison à vie pour les quatre meurtres dont il était accusé.

Coup de tonnerre, Battisti changeant brutalement de discours reconnaissait la validité des charges qui pesaient contre lui. Et avec, pour ceux qui l'avaient soutenu pendant de si nombreuses années, une sorte de bras d'honneur - vous avec été bien naïfs de croire tout ce que je vous ai raconté. La déception fut à la mesure de l'engagement. Déconfiture de ses soutiens. Triomphe des autres.

Et voilà que ce matin je lis un papier publié dans La Croix deRoberto Della Rocca, Président de l'association italienne des victimes du terrorisme. "Nous avons dû nous battre pour obtenir l'extradition (du Brésil) de Cesare Battisti qui avait bénéficié de tant de soutiens d'intellectuels et de politiques de la gauche française. Finalement, il a reconnu ses quatre crimes, même si je pense que c'est pour obtenir un allègement de sa peine de prison à vie" Alors, coupable ou non ? Ultime provocation ou tentative désespérée  pour retrouver sa liberté ?

Et Marina Petrella que même Sarkozy s'était refusé à extrader , étant donné son état de santé ? Et Sergio Tornaghi, arrêté devant l'école de ses deux gamines, l'un et l'autre parfaitement assurés de la protection de la France et ayant donné toutes les preuves de leur sortie du combat politique ?

Je ne sache pas que la justice italienne  ait été d'une semblable sévérité pour les extrémistes de droite, lesquels se portent fort bien. Cherchez l'erreur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
En Colombie, Francia Márquez, première afro-descendante à la vice-présidence, suscite l’espoir
Francia Márquez entre en fonctions aux côtés du nouveau président Gustavo Petro dimanche 7 août. Cette femme noire et activiste écoféministe a promis d’« éradiquer le patriarcat » en Colombie et de lutter contre les discriminations, mais les écueils seront nombreux.
par Sophie Boutboul
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente-deux morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent une enfant de 5 ans et un chef du groupe armé palestinien Djihad islamique palestinien, ont annoncé les autorités sanitaires locales. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive » contre le Djihad islamique palestinien.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale