Serge Canet et les habiles petites mains de l'Histoire

Serge Canet a remis à jour le compagnonnage dans l'Histoire des mouvements ouvriers et a imaginé que le féminisme était partie prenante de ce mouvement d'un même geste. Les nouveaux «petits patrons» issus du compagnonnage ne lui ont pas tous pardonné ce rappel historique insupportable.

En 1972, Serge Canet, peintre en lettres et peintre décoratif est admis dans l'Union Compagnonnique. En 1978, il fait sécession pour fonder le Compagnonnage Égalitaire.
La rupture se joue sur l'entrée des femmes.
Cependant, Canet ne remet pas en cause le compagnonnage en tant que tel : il le resitue dans l'Histoire.

Il rappelle (à qui l'aurait oublié) qu'en 1268, par édit royal, les « valets » sont légalement attachés à leur Maîtres, on peut imaginer en copie du modèle romain. Et ces valets-là, ne cesseront de se détacher de cette emprise car les Maîtres reproduisent leur pouvoir patriarcal de père en fils au détriment des travailleurs, font commerce, mais oublient les métiers et les méthodes. Ils vivent sur la rente, ce qui les perdra. L’Église fait travailler les officieux sans soucis d’édit royal pour construire ses cathédrales. Elle a besoin des meilleures compétences. Ils obtiennent ainsi une indépendance de fait qui les transmute de « valets » en « compagnons ».

Ils fonctionnent dès lors, hors-la-loi mais dans le commun, au cœur de l'aventureuse aventure humaine du Moyen Age, à la pointe de ce que ce temps nous a légué, c'est à dire, l'image même d'une certaine grandeur aussi bien technique qu'intellectuelle.

La Révolution Française les libérera officiellement de leurs chaîne (lesquelles ne sont plus que de vieilles chipolatas) en 1789 puis leurs retombera dessus quelques mois plus tard. Il faut dire que ce sont de sacrés emmerdeurs. Il s'opposent à l'industrialisation. Incontestablement, ils emmerdent tout le monde.

On a aujourd’hui injustement oublié qu'ils étaient de tous les mouvements insurrectionnels du XIXe siècle, à côté des travailleurs de l'industrie. On a voulu les caricaturer comme factieux de l'Ancien Régime, avec leurs cheveux longs, leurs tresses, leurs chapeaux d'apaches, leurs accoutrements désuets alors qu'ils ont été à la pointe du mouvement social. D'ailleurs, certains ne se nomment-ils pas eux-même "indiens" ? Non seulement ils effraient le bourgeois mais ils bloquent tout Paris quand ça leur chante. Plus rien ne peut se construire et ils défilent aux côtés des autres ouvriers.

Canet a remis à jour le compagnonnage dans l'Histoire des mouvements ouvriers et a imaginé que le féminisme était partie prenante de ce mouvement d'un même geste. La nouvelle fédération initiée par Canet est d'ailleurs toujours la seule a vraiment accepter les femmes comme des égales. Les fédérations qui possèdent des organismes de formation jouent sur l’ambiguïté. L’État leur a imposé la mixité pour les formations car elles délivrent des diplômes de l’Éducation Nationale par délégation, mais les associations qui contrôlent les OF, de par leur statuts même, interdisent les femmes en leur sein. On peut d'ailleurs se demander pourquoi est-ce toujours si obsessionnel aujourd'hui. De quoi ont-ils donc peur ?

Les nouveaux « petits patrons » issus du compagnonnage n'ont pas tous pardonné à Serge Canet ce rappel historique insupportable car le Compagnonnage Égalitaire les remet en face de la perte leurs valeurs fondatrices dont la plus fondamentale : l'émancipation.

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.