Patrick Singaïny
Essayiste, artiste contemporain.
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 juil. 2018

Patrick Singaïny
Essayiste, artiste contemporain.
Abonné·e de Mediapart

Fin de l’affaire Benalla

Il y aura bien un moment où ceux qui pensent profiter de l’affaire Benalla se rendront compte qu’ils sont en train d’accabler et finalement de martyriser un gosse de 26 ans issu des quartiers défavorisés de la République, dont l’irrésistible ascension au sein de l’Elysée a fait plus que gêner.

Patrick Singaïny
Essayiste, artiste contemporain.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y aura bien un moment où le personnel politique engagé dans la désormais vindicte incendiaire se mettront à la place des jeunes gens qui n’ont pas encore le droit de voter à la prochaine présidentielle et qui sont eux aussi issus des dits quartiers difficiles: pour qui voteront-ils, ces gamins qui ne sont pas partis en vacances et qui ont les yeux rivés sur les News et les Fake News ? Et qu’en pensent leurs parents ? 

Il y aura bien un moment où Droite et Gauche se rendront compte que s’être attaqué au maillon faible de la « macronie » a été un acte politique insuffisamment réfléchi et qu’il va falloir procéder autrement. L’alternativité des propositions politiques pourrait-on suggérer.

L’affaire Benalla met en lumière ce qu’a entraîné l’élection d’Emmanuel Macron: un fort grincement de dents face à la réussite d’un trentenaire qui n’avait jamais exercé un mandat politique, et de la rancoeur toute humaine face à l’évidence d’un talent manifestement napoléonien. 

Nul doute que que ceux comme moi qui ne sont ni de Gauche (classique), ni de Droite (classique), ni de LaREM auront eu un haut le cœur en voyant Extrême Droite, Gauche (nouvelle, simili ou ancienne) et Droite s’entendre pour contrecarrer la marche du gouvernement.

Il faut savoir quitter à temps la farce de l’hystérie collective. Cela vaut aussi pour les chaînes dites d’information en continu qui n’ont toujours pas tiré les leçons de l’aspect addictif ET déflagratoire des images passées en boucle, qui ne font que semer le trouble dans l’opinion qui ne cherche qu’à comprendre. Cela vaut également pour les éditorialistes qui se sont un peu trop emballés quand ils ont reproché au président de la République d’avoir trop ouvert les portes de l’Elysée aux footballeurs dont la majorité est issue de l’histoire coloniale française, et quand ils continuent à mêler leurs voix à ceux pour qui il est difficile d’exister politiquement dans un quinquennat qui va trop vite et qui empêche de préparer lucidement le prochain. 

On a dit et écrit souvent que « les Français » ont en assez de la politique à l’ancienne. Voici la raison principale pour laquelle le locataire de l’Elysée y a été placé par ceux qui en avait le plus marre. Et, pour moi, il ne fait aucun doute que nous sommes en train de vivre les derniers soubresauts de l’agonie des dégagés et des perdants. 

Mesdames et messieurs du personnel politique soyez donc à la hauteur de la chose politique telle que ceux qui voudront voter aux prochaines présidentielles la rêve, telle que nous l’envisagerons tous à l’issue des résultats de ce présent quinquennat. Faites-nous rêver je vous prie ! Dessinez-nous plutôt une autre société, si bien sûr vous en avez le désir, la créativité et le talent. La politique est belle quand les idées et les projets se confrontent, elle s’avilit quand elle ne se résume qu’à des procès faits à des personnes. C’est d’autant plus navrant quand on s’en prend aux plus faibles.   

Allez... je me laisserais bien aller comme vous à l’exagération hystérique, mais juste pendant une petite seconde, le temps d’un sourire crispé puisque manifestement cela affadit la conscience : Benalla c’est pas Cahuzac et la sécurité personnelle du président c’est pas Bygmalion. Ouf!

Fin de l’affaire Benalla. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Grève à la SNCF : la mobilisation des contrôleurs bouscule les syndicats
Après un premier week-end de grève remarqué, les contrôleurs SNCF menacent de remettre le couvert pour les fêtes de fin d’année si la direction n’accède pas à leurs demandes. Parti d’un collectif « apolitique », ce mouvement déborde les organisations syndicales.
par Khedidja Zerouali
Journal — Politique
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal — Discriminations
Dans les hôpitaux de Strasbourg, l’aumônerie musulmane a la portion congrue
Les différentes aumôneries des Hôpitaux universitaires de la capitale alsacienne disposent de moyens humains et matériels très disparates, qui laissent le sentiment d’une inégalité de traitement. Côté musulman, l’unique salariée a été privée de son bureau individuel.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy