Ecotaxe en Alsace : quid des intérêts des lorrains et des frontaliers ?

C’est voté ! Le parlement a octroyé à l'Alsace la possibilité de lever une écotaxe sur son réseau routier, permettant ainsi à la future collectivité alsacienne de financer l'amélioration du réseau et la construction de nouvelles infrastructures de transport.

Certes, cette mesure met en lumière l'importance de l'écotaxe régionale pour nos territoires frontaliers, écotaxe que la Région Lorraine continuait à appeler d’ailleurs de ses vœux après le malheureux abandon du dispositif au niveau national en 2014… Abandon sous la pression des bonnets rouges soutenus par la plupart des élu(e)s de droite qui attisaient les braises pour des raisons politiciennes au niveau national et en région et soutenus aussi par certains élu(e)s de gauche de l’époque pour des raisons de politique locale. En Bretagne notamment où on se souviendra de Monsieur LE DRIAN, ancien Ministre PS et toujours Ministre LAREM.
Les portiques sont toujours en place sur l’A31. Ils se dégradent de plus en plus. On n’a pas fini en la matière de gaspiller l’argent public !

Ceci dit, permettre aujourd’hui la levée de cette écotaxe à la seule Alsace sera source d’un dangereux déséquilibre en termes de mobilité au niveau du Grand Est.

Le sillon lorrain en paiera les frais puisque les flux routiers vont ainsi se concentrer sur la Lorraine et le couloir européen nord/sud que représente l'A31... Sans moyens financiers supplémentaires !

Il est impensable de saturer cette autoroute encore plus qu'elle ne l'est aujourd'hui.

La problématique de la mobilité transfrontalière représente un enjeu de taille et, de plus en plus, cette problématique s'aggrave aussi pour les déplacements au sein même de nos territoires.

Une grande partie de la solution réside dans la complémentarité des modes de transports, avec le renforcement du TER, voire sa transformation en RER, le développement du ferroutage, les voies douces, le fluvial et  autres monorail... Tous types d'infrastructures permettant de diversifier et de densifier l'offre de transport public et la multi-modalité sur notre territoire.

Mais nous n'en sommes pas là.

Laisser uniquement à l'Alsace la possibilité de lever une écotaxe sans prendre en considération les conséquences que cela aura à court terme sur l'A31 et le quotidien des frontaliers lorrain est tout à fait incohérent.

Or, en matière de mobilité, complémentarité doit se conjuguer avec cohérence.

Et de la cohérence il en faut tant dans les infrastructures que dans les dispositifs réglementaires qui sont mis en place.

Cette cohérence est maintenant inexistante pour la Région Grand Est.

On nous a fait raté le coche en 2014, la bataille en 2019 aura été menée en ordre dispersé :
Les uns se battant pour des compétences supplémentaires en la matière au profit de la Moselle, les autres défendant l’idée d’un nouveau département lorrain qui inclurait la Haute Marne et les derniers se satisfaisant de cette compétence pour la seule Alsace...et la Loi fut votée ce 25 juillet !

On ne peut pas en rester là :
Il faut rester mobilisés, maintenir la pression et s'organiser pour mettre en place ce qui aurait dû être fait depuis longtemps : étendre le périmètre de mise en œuvre de l'écotaxe à tout le territoire de la Région.


La Région Grand Est y joue sa crédibilité et son avenir !  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.