A PRESENT.

 

Les tourments obsèdent, à présent, les ombres des citoyens intègres. Les fâcheux sont égrotants, ils allèguent des préséances mais agonisent peu à peu. L’éloquence ne tonne plus, l’acrimonie ergote la fatalité, la censure usurpe la latitude, elle n’atermoie plus, elle expurge à tout va. La dissension saisie les saisons et s’assoie, tenace.

Les persistances se dégradent, les spéculations se rétrécissent en soupçons, elles se normalisent, se localisent sur la morne étendue pas unes ne désorientent, les chimères ne se manifestent plus, hors d’atteinte, l’axe furtif a failli, les complexions ravagées. La singulière appétence de la domination entretient une propension à l’avidité, insatiable elle dévore l’atmosphère. Le barbare identique à l’aube anorexique, gît dans l’arène, il ne s’octroie plus la moindre erreur.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.