Vague de froid : un fort risque de black-out

A quand la catastrophe © Squapad
A quand la catastrophe © Squapad

OBSERVATOIRE du NUCLEAIRE
E-Mail - Tel : 09 82 37 26 54 / 06 64 100 333-Twitter : http://twitter.com/OBSERVNUCLEAIRE

L'Observatoire du nucléaire, présidé par Stéphane Lhomme, est
un organisme indépendant de surveillance de l'industrie nucléaire

 

Communiqué du jeudi 2 février 2012

 

Vague de froid : un fort risque de black-out
électrique qui démontre la faillite de l'option
française "nucléaire + chauffage électrique"

 

- Cette année, l'Allemagne ne pourra plus exporter massivement de l'électricité vers la France

- Dépendance énergétique, émissions de co2 : le flop des supposées vertus du nucléaire

 

Une puissante vague de froid touche actuellement la France et devrait encore s'intensifier au cours de la semaine. A cette occasion, l'option "centrales nucléaires + chauffages électriques", imposée en France de longue date, va à nouveau démontrer son absurdité : la consommation d'électricité française va atteindre de tels sommets que le parc nucléaire, bien que gigantesque, va être totalement dépassé.

Ces derniers hivers, c'est en important massivement du courant, en particulier depuis l'Allemagne (*), que la France nucléaire a pu éviter, parfois de justesse, un black-out électrique. Défendant obstinément leur idéologie pronucléaire, les autorités françaises n'ont pas saisi ces occasions pour reconnaitre la faillite de leur stratégie.

En effet, l'option nucléaire était supposée permettre à la France de se chauffer de façon autonome sans dépendre des importations de combustible. Or, finalement, c'est bien... en important massivement que la France a alimenté, ces dernières années, des millions de chauffages électriques.

Mais, suite à la catastrophe de Fukushima, l'Allemagne a pris la sage décision de fermer immédiatement ses 8 plus anciens réacteurs. En conséquence, cet hiver, l'Allemagne ne pourra plus sauver la France du black-out.  Cette situation contredit trois des principaux prétextes avancés pour "justifier" l'option nucléaire malgré sa dangerosité extrême :

 

 

- la supposée sécurité d'approvisionnement :

EDF déclenche en ce moment diverses procédures dans l'espoir de pouvoir passer cette vague de froid sans avoir à reconnaître l'absurdité de l'option "nucléaire + chauffages électriques". Il s'agit en particulier de la procédure dite d' "effacement" qui consiste à demander à des industriels, en échange de forts dédommagements -  de cesser leurs activités afin de réduire la consommation nationale d'électricité : un comble au pays de l'atome !

 

- la supposée indépendance énergétique

Cet argument est déjà contredit par deux données :
a) même poussé à son maximum, le nucléaire ne couvre que 15% de la consommation finale d'énergie en France (ne pas confondre avec la part du nucléaire dans l'électricité produite)
b) 100% du combustible nucléaire, l'uranium, est importé
Mais la situation est encore plus absurde lorsque l'on constate que, l'hiver,  la France est contrainte d'importer massivement de l'électricité.

 

- la supposée réduction des émissions de co2

Depuis des années, l'hiver, EDF a recours à de nombreuses centrale électriques thermiques (gaz, charbon), fortement émettrices de co2, afin d'alimenter le parc français de chauffages électriques... qui devait théoriquement éviter de causer des émissions de co2 ! D'ailleurs, une étude du RTE et de l'Ademe (**) reconnait que le chauffage électrique est plus fortement émetteur de co2 que le chauffage au gaz !

 

Alors que la Cours des comptes a présenté lundi un rapport qui a contredit la thèse selon laquelle l'électricité nucléaire serait peu chère, on constate donc l'inexistence de toutes les supposées vertus de l'énergie atomique, contestées de longue date et à juste titre par les organisations antinucléaires.

Par contre, comme démontré par exemple par les catastrophes de Tchernobyl (1986) et de Fukushima (2011), ou par la production irresponsable de déchets radioactifs qui vont rester dangereux pendant des millénaires, les ravages causé par l'industrie nucléaire sont, eux, bien réels.

Il est donc grand temps de stopper l'industrie nucléaire. Il restera alors "seulement" à démanteler à grands frais les installations et à s'occuper des déchets radioactifs... pendant des millénaires.

 

(*) C'est ainsi que, chaque année depuis 2004, c'est bien la France qui est importatrice d'électricité depuis l'Allemagne. Cf http://observ.nucleaire.free.fr/importations-fra-all.htm

(**) http://observ.nucleaire.free.fr/CO2-Chauffage-electrique-RTE-Ademe.pdf

 

-----------------------------------------------------------------

Pat à images :

 

Montage ; une vidéo collaborative avec Michel Gueritte (Ville sur Terre) qui en a élaboré le graphique, que je trouve personnellement très pertinent ...
Des extraits des émissions :

C'est pas sorcier, diffusée sur FR3, a l'attention des enfants (un mercredi ). L'ensemble du document télévisé , laisse ce sentiment, « n'ayez crainte, on s'occupe de tout » ... La CRIIRAD y apparait , tout juste , 5% du temps ...Pour le reste, du power point télévisuel, des inspections ASN dans les centrales flambantes neuves, tout y est tout de belles couleurs, bref , de la maitrise en propagande ...

- La deuxième :  C'est dans l'Air, le journalisme à la Calvi ... , c'est pas le pire, CABROL un pseudo météorologue et notaire du nucléaire, ainsi que le Géo-politologue Patrice GEOFFRON, spécialisé en énergie, directeur de la Fondation Université de Dauphine.

A noter, à propos de gel éventuel des fleuves pour le refroidissement des centrales, Cabrol fait mine d'évoquer le risque pour les centrales nucléaires, l’universitaire de bifurquer aussitôt dans des propos hydrauliques et hors sujet, le gel des barrages etc etc ... Calvi, n'a pas fait son métier, d’ailleurs étonné qu’il est, de se faire apprendre que depuis tout temps, l’eau H2O, gel à 0°c , barrage ou pas et sous certaines conditions bien entendu , et une fois de plus ...
M. Geoffron Patrice de la Fondation Dauphine , la science en PPP , c'est financé par ;

Les gentils donateurs :

- Bouygues
- Bolloré
- Lagadère
- GDF SUEZ (SUEZ 65% gdf 35% , en réalité qu’on se le dise, usurpation de nom)
- Crédit Foncier, EDF, AREVA, BNP Paris Bas ...bref le gratin du capitalisme franco jacobin des mines & émérites !

Il ne manque plus  ...et qui sait une filiale de FNHulot

 Alors, un débat dans ces conditions là, pour un référundum sur des thèmes aussi complexes ..??

Non pas que tous sont idiots, mais la vivacité de la publicité est telle que ....

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.