Vallourec licencie Batho & 60 ans pour PWR !

"Est-il normal que le PDG de Vallourec ait annoncé ma chute prochaine voilà des semaines aux USA ? Est-il normal qu'il annonce cette mise à l'écart à l'avance ? De quelles informations disposait-il pour le savoir ? Comment se fait-il que des conseillers de Matignon disent du mal de moi dans la presse ?". Déclare Delphine Batho lors de sa conférence de presse.Et elle précise, qu'aucune concertations n'avaient été réalisées au préalable. Après le parlement godillo, le gouvernement marionnettes de HECENA ...Avec ce jour, le nom de la famille Fabius ( l'homme du plan B de 2005 !) cité dans l'affaire paradis fiscal,  la catastrophe finira bien par se concrétiser.

"Est-il normal que le PDG de Vallourec ait annoncé ma chute prochaine voilà des semaines aux USA ? Est-il normal qu'il annonce cette mise à l'écart à l'avance ? De quelles informations disposait-il pour le savoir ? Comment se fait-il que des conseillers de Matignon disent du mal de moi dans la presse ?". Déclare Delphine Batho lors de sa conférence de presse.Et elle précise, qu'aucune concertations n'avaient été réalisées au préalable. Après le parlement godillo, le gouvernement marionnettes de HECENA ...Avec ce jour, le nom de la famille Fabius ( l'homme du plan B de 2005 !) cité dans l'affaire paradis fiscal,  la catastrophe finira bien par se concrétiser.

Plusieurs médias, dont Challenges, avaient rapporté les propos critiques du PDG de Vallourec, Philippe Crouzet, contre Delphine Batho. Il faut aussi rappeler que l'épouse de M. Crouzet, Sylvie Hubac, est la directrice de cabinet de François Hollande.


http://www.challenges.fr/economie/20130703.CHA1668/le-limogeage-de-delphine-batho-etait-dans-les-tuyaux.html 

Extrait : Ronan Dantec, nous disait la semaine dernière lors du colloque Enerpresse sur l’énergie, que grâce aux débats sur la transition énergétique, “l’idée du tout nucléaire est désormais révolue”. A ce même colloque, l’économiste Laurence Tubiana qui pilote le débat sur la transition énergétique, louait les vertus de ces rencontres aux quatre coins de la France entre syndicalistes et patrons, entre ceux qui croient au nucléaire et ceux qui n’y croient pas. “Une méthode de débat nouvelle chez nous qui ressemble plus à celle des démocraties du nord de l’Europe”, avait dit Laurence Tubiana.

A l’opposé de cette méthode, EDF avance ses pions, et constat très paradoxal, le jour où Delphine Batho est limogée, l’entreprise dirigée par Henri Proglio reçoit son 1er feu vert pour la prolongation de la durée à 60 ans de ses centrales nucléaires !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.