Kwarter.com © samhickmannkwarter
Kwarter.com © samhickmannkwarter

Enquête & queues de pigeons : Derrière les plaintes et jérémiades qui ont été répétées depuis plus une semaine, relayées par les médias et les télévisions, au sujet de la réforme fiscale proposée par le gouvernement Ayrault, réforme qui en moins de temps qu’il n’en faut a été amendée par Moscovici, se cache la symphonie des chants de loups bien aguerris. Une médiatisation au sujet des 3% de hausse de la fiscalité des auto-entrepreneurs, ou encore de la taxation à 60% en cas de revente de ces entreprises, et sans plus rentrer dans les détails techniques de cette tentative de rééquilibrage de justice fiscale.  Une justice fiscale pour recadrer le statut de ces nouvelles entités entrepreneuses, dont la CGPME avait pourtant révélé des effets pervers et du risque de concurrence déloyale pour certains secteurs d’activité de son domaine de compétence syndicale, les PME régies par le régime fiscal standard en général, des remarques formulées durant les derniers mois de la sarkozie mourante.

En effet, ces pigeons surdoués et bien lotis de fonds financiers, sont tout le portrait de la sphère libérale, et contrairement à l’image relayée par la médiatisation de cette mobilisation, se résumant dans les commentaires et la plus part du temps, de l’entrepreneur créateur de richesses relatives et source d’emplois, ou de cet artisan local à réaliser les petits travaux, ou encore du petit commerçant à qui on aurait tenté d’arracher le cœur et le fruit de son travail et de dur labeur. La réalité est tout autre, là ou se cache des professionnels avertis depuis bien longtemps, des stratèges de la communication. Et pas des moindres, étant que le meneur est  issu de la Cap Gemini corporation, et le patron de l’isai !

La visite du site internet de cette agence de com, vaut à elle seule tous les discours : http://www.isai.fr/

Le « Making off » de cette mobilisation Pigeons.Com, est disponible pour nous informer de la structure de ce fameux pigeonnier, il n’y a plus de risque à faire capoter la communication, depuis que Moscovici a laissé fondre sa réformette comme neige au soleil. Que la niche fiscale est de nouveau actée. Ce dont le Figaro, qui ne s’en prive pas de laisser libre  court à sa jubilation, un texte qui a été publié ce vendredi 5 vers 18h55, ouvrant la page de son site journalistique et de décrire dans le menu, l’épilogue de cette grossière farce du misérable petit entrepreneur, que tentait de saigner les socialos affameurs de créateurs.

L’organigramme de ces bonnes âmes à plumes:

Le Chef : Jean-David Chamboredon, patron du fonds des entrepreneurs Internet http://www.isai.fr/

Il commence sa carrière chez Cap Gemini où il passe 13 ans et fonde le Cap Gemini Telemedia Lab dans la Silicon Valley en 1997. Il rejoint le monde du Capital Investissement en 1999, d'abord chez Europatweb comme CTO, puis Viventures comme Partner. Ces 6 dernières années, il était le Partner Français de l'activité Venture et TMT de 3i Group plc. Son "track record" inclut SeLoger.com (IPO Euronext), Screentonic (acquis par Microsoft), Okyz (acquis par Adobe), Highdeal (acquis par SAP), Netonomy (acquis par Comverse), Priceminister (acquis par Rakuten), Fastbooking, Twenga...

Sources Wikipédia:

ISAI, qui signifie « différent, remarquable » en japonais, est un fonds d'investissement fondé en 2008 par Geoffroy Roux de Bézieux, Pierre Kosciusko-Morizet, Stéphane Treppoz et Ouriel Ohayon. Il est dédié aux entrepreneurs de l’Internet et rassemble plus de 70 entrepreneurs reconnus issus de 57 sociétés1.

Objectif : ISAI a pour vocation de sélectionner des entreprises différentes dirigées par des équipes remarquables. Moyens : En octobre 2010, ISAI annonce le second tour de table de son FCPR et dispose désormais de € 35 Millions sous gestion. Gouvernance : ISAI est géré par Jean-David Chamboredon et Christophe Raynaud.

--------------------------

Le sous Chef  : Carlos Diaz, PDG de la société Kwarter (la vidéo)   http://youtu.be/2Yd8UhlW7Xg

Le sous Chef : Yael Rozencwajg, jeune PDG de l'agence de communication Yopps

Le sous Chef : Fabien Cohen, PDG de la nouvelle société de réseaux sociaux de proximité Whoozer

La Cheftaine : Tatiana Jama directrice générale de Living Social France

A lire sur le Figaro : Les «Pigeons», making-of d'une mobilisation réussie (PDF)

à noter dans le texte : mécontentemements...................on n'est jamais assez mes comptant !

Par Judith Duportail Publié le 05/10/2012 à 18:55

 Epilogue :

Tatiana Jama récite la bonne recette pour en payer le moins possible de contributions fiscales, et surtout de la réussite sans l’appui du patronat : «les Pigeons ont su fédérer une nouvelle génération d'entrepreneurs, qui ne se sent pas représentée dans les organisations traditionnelles type Medef ou CGPME».

La question reste posée ? Car comment expliquer la prise de position de madame Parisot dans cette affaire, elle qui a sut en rajouter les mots jusqu’à l’excessif, oser évoquer le racisme en affirmant la recrudescence dans le pays, qu’il existerait le rejet radical et anti patron. Dès lors que si l’on en croit cette volaille qui selon leurs roucoulades de nèo-pigeons, que le syndicalisme patronal ne leur convient pas.

Est-ce à dire aussi que le patron de la CGPME, et sa patronne des patrons, la Dame Parisot, feraient tout bonnement  de la politique politicienne, ce qu’elle reprochait il n’y a pas si longtemps au syndicat la CGT, d’avoir ouvertement appelé à voter le président Hollande !  

Le pigeon Mocovici devra revoir sa copie, il n'est pas trop tard d'en informer le Sénat, car sur ce coup il s’est fait sacrément plumé !

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.