"François Manuel", la dictature du sondage

Une semaine après le résultat des départementales, une consultation de 43 millions d’électeurs, plus de 50% de déserteurs, une trentaine de départements perdus par la majorité, une union de la droite et un Front National renforcés, tout ce qu'il y a de plus facile à analyser et nul besoin d’être politologue chevronné pour en retirer l’évidente conclusion d’une raclée monumentale pour le gouvernement Valls et de son patron Hollande, une crise interne au PS qui murit, un constat d’échec total et qui ne peut échapper à personne. Personne ? Et pourtant !

Une semaine après le résultat des départementales, une consultation de 43 millions d’électeurs, plus de 50% de déserteurs, une trentaine de départements perdus par la majorité, une union de la droite et un Front National renforcés, tout ce qu'il y a de plus facile à analyser et nul besoin d’être politologue chevronné pour en retirer l’évidente conclusion d’une raclée monumentale pour le gouvernement Valls et de son patron Hollande, une crise interne au PS qui murit, un constat d’échec total et qui ne peut échapper à personne. Personne ? Et pourtant !

Image illustrative de l'article Jupiter (mythologie)Troublante séquence médiatique qui vient, car dans l’ombre du palais les augures veillent encore, prêtres chargés d'interpréter les phénomènes électoraux, des savants intrigants qui détournent les mauvais présages,  servir et toujours servir les volontés de Roy Hollandéus, le gardien du temple à 3%, cacher de sa réalité l’obscure score, telle est la devise de l’Elysée et de sa bande à désorganiser de la planète RSCG ou assimilé, communiquer tout l’arsenal extravagant de propagande pseudo statistiques, état d’alerte générale, il faut sauver le plan austérité, mettre en branle la séquence du déni totalitaire à protéger le premier Valls de France, diffuser à profusion dans la presse encanaillée l’illusion par sondage et par millier, mensonges en gros titre dans toutes les gazettes de France. Seuls comptent  les sondages,  les ordres nouveaux des politiques programmatiques. Les électeurs déserteurs ne se sont pas trompés, les élections c’est du bidon, c’est le boss qui l'impose ainsi, le co-producteur de désespoir et d’incivisme, cloitré dans son déni de réalité.

Ouest France titre : « Sondage. Les Français ne veulent changer ni de cap ni de Premier ministre »

Extrait [D'après un sondage Ifop pour le Journal du dimanche, 62 % des personnes interrogées rejettent un changement de Premier ministre « dans les semaines qui viennent ». Seules 37 % d'entre elles l'appellent de leurs vœux (1 % sans opinion). Sondage réalisé les 3 et 4 avril auprès d'un échantillon de 1 005 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus (méthode des quotas).]

http://www.ouest-france.fr/sondage-les-francais-ne-veulent-changer-ni-de-cap-ni-de-premier-ministre-3311004

Le JDD : « Les français d’accord pour garder Manuel Valls »

http://www.lejdd.fr/Politique/Les-Francais-d-accord-pour-garder-Manuel-Valls-selon-un-sondage-Ifop-JDD-726514

Les échos : « Six Français sur dix souhaitent que Manuel Valls reste à la tête du gouvernement »
http://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/0204281244906-six-francais-sur-dix-veulent-que-manuel-valls-garde-le-cap-economique-1108595.php?ubmj3rlMI8dlDdR0.99

Ainsi, tous statisticiens qu’ils sont, de leur mesure aux méthodes ciblées sur un échantillon de 1005 personnes, renversent la conclusion d’un vote exprimé de plus de 20 millions d’électeurs, la propagande délirante qui devient la norme, inonder de pourcentage flatteur qui repose à peine sur 0.00023372 de l’électorat national, ce qui justifie le bon service de la presse nationale et régionale à câliner de Manuelle courbette, juste pour sauver ce petit soldat au menton dressé à 5.6% de sympathisants PS, celui qui vient de subir sa plus fâcheuse défaite électorale à tel point que son bastion a aussi renié le PS du coté de l’Essonne.

Après le moins, il y a le pire, la suite à venir va nous réserver de sacrées surprises !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.