Nucléaire-Erdeven la Main Verte vit encore.

En 1974, l'État prévoit un programme nucléaire avec la construction de 200 réacteurs avant l'an 2000. Parmi les sites choisis : Erdeven. Dès l'information divulguée, à l'automne de la même année, la résistance s'organise qui donnera naissance au Collectif  Régional d’Information sur le Nucléaire, le CRIN.

En 1974, l'État prévoit un programme nucléaire avec la construction de 200 réacteurs avant l'an 2000. Parmi les sites choisis : Erdeven. Dès l'information divulguée, à l'automne de la même année, la résistance s'organise qui donnera naissance au Collectif  Régional d’Information sur le Nucléaire, le CRIN.

40 ans-La main verte: "Keleier Plogoff" par l'école Diwan de Riantec © Squapad

Ce weekend de pâques, les associations Stop nucléaire 56 / Trawalc’h & Les Lucioles, Ria d’Etel en transition , en partenariat avec Quai des dunes & Biocoop Belz’saison  ont organisé des rencontres, débats, projection de film, forum associatif, animations pour enfants, fest noz et concert. 1000 visiteurs et militants ont put échanger souvenir et poser les questions pour l’avenir.

En vidéo, une version jeunesse de la chanson "Keleier Plogoff" (Les nouvelles de Plogoff) du groupe Storlok, formation rock bretonnant des années 70/80, une reprise magistralement interprétée par les élèves de l'école de Diwan de Riantec

A suivre un reportage débat: les retrouvailles et souvenirs des initiateurs de ce collectif CRIN 40 ans plus tard, et échanges avec le public, sur ce combat qui marquera le mouvement écologique et antinucléaire pendant les années qui suivirent.

 

Texte en breton et traduction

Chanson du groupe Storlok contre une centrale nucléaire à la Pointe du Raz dans le Finistère.

Keleier Plogoff

https://youtu.be/lOFhK6CU3eA

Diouzh ar mintin pa zav ar glizh
E sav an ed hag ar gwinizh
E sav an ed diouzh an douar
Na pa vez c'hoazh an heol klouar

Ouzhpenn an heol a zav abred
Ouzhpenn ar gwinizh hag an ed
Keleier fall dre ar c'hontre
A zav abretoc'h vit an de

Ha tud Plogoff a lavare
E traoñ an tour an eil d'egile
Livirit din e gwirionez
Petra zo nevez er barrez

Petra zo nevez e Plogoff
Har ar parrezioù tro-war-dro
Na pa welan war ar blasenn
Jañ-Mari Kerloc'h teñval e benn

Ar pezh a glevan a zo spontus
Ouzhpenn m'eo trist ha glac'harus
Gwerzhet eo Plogoff da Baris
Ur sañtral vras 'plas ar gwinizh

Plas an ed ur mekanik foll
A vije gouest da lac'han an holl
Peotramant c'hoazh a-nebeudoù
D'hor c'has er-maez eus hon douaroù

'Vit hor c'has 'maez ne raio ket
Warlec'h an had e teuio an ed
Hag en ed ranker da zormañ
Araok ma chomje da vreinañ

Hag amañ e parrez Plogoff
An aotrou bras hag e gof teo
Pa deuio gant e roched gwenn
A zesko bale er vouilhenn

Bez e tesko gant e ardoù
Piv eo ar mestr war an douaroù
Na pa ranko mont war e giz
Don er vouilhenn betek Paris

Ha bremañ p'eo echu va son
M'ho peus ket soñj vat deus an ton
Kanit anezhi war un ton all
Ha kanit, kanit, 'vel gwechall


Traduction du breton:

Les nouvelles de Plogoff

Le matin quand se lève la rosée
Se lèvent le blé et le froment
Le blé lève de terre
Quand le soleil est encore tiède

Il n'y a pas que le soleil qui se lève tôt
Il n'y a pas que le blé et le froment
De mauvaises nouvelles de par la contrée
Se lèvent plus tôt que le jour

Et les gens de Plogoff se disaient
Au pied du clocher
Dites-moi en vérité
Ce qu'il y a de neuf dans la paroisse

Qu'y-a-t'il de nouveau à Plogoff
Et dans les paroisses alentours
Quand je vois sur la place
Jean-Marie Kerloc'h la tête sombre

Ce que j'entends est épouvantable
Et triste en plus
Plogoff est vendu à Paris
Une grande centrale à la place du blé

A la place du blé une machine folle
Qui serait capable de tuer tout le monde
Ou bien encore, petit à petit
De nous chasser de nos terres

Nous chasser elle ne le fera pas
Après le grain viendra le blé
Et on doit le moissonner
Avant qu'il ne pourrisse

Et ici dans la paroisse de Plogoff
Le grand monsieur et son gros ventre
Quand il viendra avec sa chemise blanche
Il apprendra à marcher dans la boue

Il apprendra avec ses manières
Qu'il est le maître sur les terres
Quand il devra retourner
Profond dans la boue jusqu'à Paris

Et maintenant que ma chanson est finie
Si vous ne vous rappelez plus de l'air
Chantez-là sur un autre
Et chantez, chantez comme autrefois.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.