Jean Luc Mélenchon finira-t-il par anesthésier toute intelligence à la gauche du Parti Socialiste si proche de l’implosion dans les années qui viennent, et en conséquence, de réduire à néant toute opposition constructive et combattante dès l’année 2017. Car il est désormais exclu d’imaginer un second mandat pour le locataire Élyséen, les rêveurs pourront toujours espérer, mais le temps de la reconquête de la gauche par Hollande est désormais du domaine de la politique fiction.

Et ce n’est surement pas Jean Luc Mélenchon qui sera le messie, plus inquiet que jamais de la victime politique Poutine que du sort des chômeurs de sa région, le vicaire  victimaire grand polémiste, dont  la cote de popularité s’effondre et s’enfonce dans le discours inepte à se porter en secours du Restaurateur de la Grande Russie, qu’il ne cesse de polémiquer avec ses amis du Front de Gauche...Sur son blog en réponse à l’article* publié sur Libération :  Je n'ai jamais écrit que Poutine était - la première victime de l'assassinat de Nemtsov - comme elle l'affirme hélas, ce que reprend en gros titre de "Libération". J'ai écrit qu'il était la première victime POLITIQUE  Le mirage sémantique.

* http://www.liberation.fr/politiques/2015/03/06/clementine-autain-la-premiere-victime-de-cette-affaire-n-est-pas-poutine-mais-nemtsov_1215450

JLM, le prêtre géopoliticien des dominants

Il suffit pourtant d’un minimum d’analyse et de relecture des prises de positions de cet intrigant instigateur du FdG. De la Libye de Sarkozy son alors colistier impérialiste, pour douter plus que jamais de sa vision géopoliticienne binaire, notamment à propos de la Crimée saisie et capturée par le  Patron de la Grande Russie, l’annexion  de la presqu’ile par Poutine que Mélenchon applaudit , ou quand les remous de la géopolitique internationale secouent ses certitudes cocardières, le trublion incontrôlable et pitre agité du spectre déprimant de la médiacratie qu’il fulmine pourtant, de ce spectacle qui le fait vivre.

En 2011, Jean-Luc Mélenchon prenait position en faveur de l’intervention militaire en Libye. Dans une interview publiée par Libération, il affirmait sans rougir que si le Front de Gauche était au pouvoir, il aurait adopté la même démarche que Sarkozy : « Si le Front de gauche gouvernait le pays […] serions-nous intervenus directement ? Non. Nous serions allés demander à l’ONU un mandat. Exactement ce qui vient de se faire. Je peux appuyer une démarche quand l’intérêt de mon pays coïncide avec celui de la révolution. »

Sur son blog, le 24 mars de la même année, Mélenchon rejetait l’idée que cette intervention puisse être liée aux intérêts économiques et stratégiques des puissances impérialistes. Reprenant un article de  l’association « Mémoires de luttes » : « L’action armée en cours contre les cibles militaires libyennes ne vise pas à s’approprier le pétrole du pays, pour une raison bien simple : c’est déjà le cas ! Total* (France), ENI* (Italie), Repsol (Espagne), OMV (Autriche), Petro Canada (Canada), Wintershall (Allemagne) etc., exploitent déjà des gisements. ». Rappelons tout de même, ce qu’il se passe en Libye, que les USA n’ont que peu participé, que Sarkozy avait surtout d’autres exigences à brusquer et détruire son ancien allié,

Selon Mélenchon, l’intervention militaire libyenne était « conforme à l’intérêt de la France ».

A  son idée géniale « la politique menée [par Sarkozy] est conforme à l’intérêt de la France : être lié avec le monde maghrébin. Il n’y a pas de futur possible pour la France si elle est opposée au sentiment majoritaire des populations au Maghreb. » Rappelons alors que c’était du temps du discours de Dakar,  du temps Sarkozy de Besson qui ne cessaient d’alimenter le racisme à l’égard des travailleurs d’origine maghrébine, et qui tout à coup après avoir invité l’illustre dictateur dans le palais, survient la prédication à bombarder pour aider les maghrébins ! Visez les résultats.

Mélenchon poussait jusqu’au ridicule son soutien à l’ONU des grands, l’inopérante petite sœur de la SDN: « Si la Russie et la Chine avaient mis leur veto à la résolution et que l’OTAN avait décidé d’intervenir, j’aurais été contre l’intervention » en Libye, expliquait-il dans Libération. Ainsi, Mélenchon admet l’aberration du droit de véto des cinq Grands du Monde, ce G5 qui bloque toute évolution en Syrie, ce G5 qui maintien Assad, ce G5 qui fait courir le risque d’une nouvelle guerre intercontinentale, Mélenchon milite pour l’impérialisme des géants, ce qu’il condamne aux seuls yankees du mal ! Mélenchon le révolutionnaire non violent, mais qui se garde bien de vouloir redonner de la capacité à l’institution internationale à faire le poids face aux guerres impérialistes, JLM se détermine en fonction des régimes réactionnaires de Pékin et Moscou.

Jean Luc Mélenchon, un politicien du passé complètement dépassé par son égocentrisme et ethno-centralisme binaire à la solde des puissants, ... un amoureux de la France coloniale impériale. 

Pas de commentaires, tant que les hystériques n'ouvriront les yeux et oreilles.
 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.