Gaz +7% : Le CCCE impose à Suez et Frères le paiement de sa dette !

Le développement: Le Collectif de Consommateurs Citoyens et Électeurs (11 millions d’ombiliqués raccordés) en contrat de livraison de gaz avec le groupe multinational Suez Gdf, IMPOSE et ordonne aux actionnaires le versement des sommes dues, le rattrapage et la réactualisation de la dette, le paiement des intérêts, du non paiement des infrastructures gazières situées sur le territoire national et au delà.

Le développement: Le Collectif de Consommateurs Citoyens et Électeurs (11 millions d’ombiliqués raccordés) en contrat de livraison de gaz avec le groupe multinational Suez Gdf, IMPOSE et ordonne aux actionnaires le versement des sommes dues, le rattrapage et la réactualisation de la dette, le paiement des intérêts, du non paiement des infrastructures gazières situées sur le territoire national et au delà.  Le CCCE, revendique le démantèlement du « Think Thank » la CRE, la Chambre sourde des Ristournes aux Énergéticiens et la renationalisation des groupes GDF & EDF compris filiales pour l’euro symbolique, et impose à la Cie Suez, d’aller voir Gazprom pour renflouer les caisses d’Albert Frère le compère du fuyard, l’Arnault de LVMH, le Nanard à 33 milliards d'euros en caisse.

Le Figaro du jour ressert le couvert au groupe industriel Suez Gdf, la  multinationale revendique 7% de hausse du gaz. Un groupe commandé par le Pdg M. Mestrallet et soutien de Monsieur François-François Hollande de Corrèze, le nouveau secrétaire Élyséen des capitaines Frères et des Forges, le grand gagnant-gagnant de la dernière campagne publicitaire à choisir  le remplaçant résidentiel de la Véme République.

La compagnie gazière Suez de Frère et accessoirement de Gdf, dont l’État actionnaire de Bercy détient 35% des parts du groupe, celui-ci qui a multiplié les dépenses inconsidérées, des investissements géants et très risqués, des aventures en tube par milliers de kilomètres, toutes ces tuyauteries gonflées à des centaines de bars de pression. Ce qui n’a pas manqué, par provoquer l’inquiétude des actionnaires, et de vider les caisses de Suez par millions d’euros. Investissement d’avenir ? Ou mauvaise pioche pour les plus grands dommages à réduire la distribution de dividendes, et de l’obligation de payer ces installations spéculatives et internationales pour le transport du gaz issu depuis la Sibérie de Poutine.

Des alliances en « joint-venture », avec le premier producteur de gaz mondial, le groupe capitaliste Gazprom, commandé par l’ex patron du SPD Gerhard Schröder. En effet, le DSK luthérien de l’outre Rhin, un tombeur de dame, qui avait négocié et milité avec son ami Poutine, pour l’élaboration de la stratégie de contournement de l’Ukraine, afin de mettre en œuvre le gazoduc North Stream, un réseau traversant la Baltique, une canalisation qui devait permettre à la Russie de Poutine, d’être libérée des chantages à fermeture de vannes à gaz dans l’ex province de l’URSS (cf crise de 2006). Des méthodes radicales des orangistes ukrainiens, pour faire maintenir des tarifs préférentiels liés aux anciens accords du bloc soviétique, de se priver des tarifs pratiqués par les concurrents directs du géant Russe, des couts de livraison qui étaient jusqu’à lors,  forcément moins enrichissants pour le patron de la fédération de Russie, et de ses alliers Suez, .

La folie des grandeurs. La mer Caspienne vendue spoliée à la découpe.

Le premier tronçon de cette infrastructure, North Stream AG qui a été inauguré le 8 novembre 2011 en grande pompe par : Gerard Schröder, en compagnie de sa successeure Angela Merkel, de Dmitri Medvedev et de François Fillon, est un investissement de 8,8 milliards d’euros qui permet à la Russie d’occuper 30% du marché européen dès cette année. Pas étonnant que l’actionnaire majoritaire de North Stream AG soit Gazprom, Suez ayant misé 9% des parts de cet investissement hors normes.

Hors, comme rien n’est simple dans le domaine de l’industrie et la ressource énergie, et que depuis l’accident de Fukushima au Japon, de la demande croissante de fourniture de gaz vers l’Asie dominante, toutes les régions du monde sont sollicitées pour la  recherche de nouvelles ressources, notamment dans les provinces du Caucase et de la mer Caspienne. Un ensemble de nouveaux entrants sur le marché du gaz, qui remet en cause la rentabilité financière de cette infrastructure. Un gazoduc qui pour l’heure est achevé en travaux pour 50% de ses capacités d’approvisionnements de gaz vers l’Europe occidentale. Ce qui inquiète probablement Albert Frère, le plus gros actionnaire privé du groupe, en imposant à son PDG M. Mestrallet de désendetter le groupe capitaliste. Martine Orange, avait d’ailleurs développé dans une longue enquête publiée su Médiapart,[1] toutes les ficelles de ces stratégies de hauts vols, afin que la Caisse des Dépôts et de Consignation (CDC), remettre la main dans notre porte feuille, pour racheter au prix fort 25% des parts de la filiale du groupe, GRTgaz qui détient et gère les infrastructures gazoduc de France. Un rachat qui fait réaliser une plus value à hauteur de 780 millions d’euros pour le groupe Suez, payée par la CDC ! Racheter ce que l'on n'avait construit pour un ensemble vendu au groupe Suez, une poignée de cerise à 100 millions d’euros.  

North Stream en concurrence avec South Stream et Nabucco.

Le mauvais chemin choisit par Suez, car les réserves mondiales de gaz les plus prometteuses sont situées selon les dernières études dans l’Asie Centrale. Et notamment dans les sous sols de la Mer Caspienne, et les régions limitrophes. Un gaz qui serait de plus acheminé par voies maritimes depuis cette zone, par des méthaniers et d’autre part par les concurrents directs de ce réseau nord, South Stream et Nabucco. La bataille sera rude, perte d’attraction et austérité Européenne, perte de rentabilité des CCCgaz pour produire de l’électricité en Europe de l’Ouest [2], baisse d’activité et croissance en berne, la rentabilité de cette tuyauterie semble sérieusement compromise. De plus, si cette région d’Asie centrale qui est en pleine crise géopolitique, néanmoins il est bon de connaître l’attitude de la Chine et de la Russie vis-à-vis de l’Iran tout proche, un pays aux réserves de gaz estimées à 29 600 milliards de m3 ! La troisième au monde, nucléaire et gaz, c'est l'énergie qui dirige le monde, l'idéologie ne sert que d'habillage le plus souvent.

Crise en Iran et attrait de l’Asie : Chine et Japon

Extrait [Par ailleurs, l’augmentation de la demande des pays asiatiques pourrait conduire les exportateurs à réduire la part de leur production destinée à l’Europe. L’inauguration en décembre 2005 d’un oléoduc reliant le Kazakhstan au Xinjiang rend cette option techniquement et politiquement probable]

Les erreurs de stratégies de développement des industriels et la distribution des dividendes aux plus riches, ne doivent plus nous être légués en dette et moins encore en hausses abusives des tarifs ! Des hausses de 2% déjà accorder par le gouvernement en juillet dernier, le cynisme validé par les plus hautes instances de la République, et de nouveau un accord remis en cause et revendiqué par ce groupe multinational, combien même l’État y serait en parti gagnant à hauteur de 35% ! Tout en vendant pour 100 millions d’euros, une infrastructure estimée par les experts lors de la découpe de ces réseaux pour suivre la doctrine de l'UE libérale, libéralisation du marché de l'énergie, un réseaux d'une valeur de 5.6 milliards d’euros ( à minima- 30 ans de travaux! 32 000 km de tuyaux).

De plus Suez Gdf,  avait déjà obtenu depuis le fond d’investissement européen (FIE), des sommes considérables pour adapter les infrastructures et interconnexions européennes. Renchérir sans cesse, des réseaux qu’il n’a jamais payé ou alors si peu. En effet dans un document rendu accessible, on apprend que l’Europe libérale subventionne pour près de 307 millions d’euros trois gros chantiers sur le territoire national. [PJ]

Inutile d’attendre deux ans, pour se saisir de ce dossier, Mestrallet s’est planté, c’est à lui et ses Frères de payer et de dire STOP !

[1] http://www.mediapart.fr/journal/economie/190411/gdf-suez-la-bonne-affaire-des-reseaux-gaziers

[2] http://www.actualites-news-environnement.com/21823-production-electrique-centrales-gaz.html

& http://www.lefigaro.fr/societes/2012/03/13/20005-20120313ARTFIG00658-une-centrale-electrique-francaise-menacee-de-faillite.php

Source Wikipédia:

Le chancelier, Gerhard Schröder comme son homologue russe Vladimir Poutine apportent un soutien sans faille au projet de gazoduc Nord Stream en mer Baltique. Celui-ci vise à assurer à l'Allemagne un approvisionnement direct en gaz russe et ainsi échapper aux récurrents conflits gaziers russo-ukrainiens. Le projet final de construction est signé deux semaines avant l'élection parlementaire allemande de septembre 2005, qui entraînera la démission de Gerard Schröder.

Peu de temps après son retrait de la vie politique, l'ex-chancelier est nommé à la tête du consortium en charge de la construction, dont le premier partenaire est la société russe Gazprom.

Gerard Schröder inaugure le premier tronçon du gazoduc le 8 novembre 2011, en compagnie de sa successeure Angela Merkel, de Dmitri Medvedev et de François Fillon.

Source Sia Conseils:

Les projets concurrents de gazoduc offrent à l’Europe divers moyens d’assurer son approvisionnement en gaz

Articles dans : Actualité,Articles,Gaz Naturel,Métiers,Secteurs,Types

Cartep

 

Cartep

-----------------------------------------------------------------------------

En pièce jointe: Une recherche effectuée pour le collectif GASPARE http://www.nonalacentrale.fr/?p=446

Un groupe de citoyens et d'associations, qui informent les habitants du Finistère nord, en but à la réalisation d'une CCCGaz de 425MW, sur la commune de Landisiau. Un projet lancé en appel d'offre par l'Etat, sous l'impulsion du PAC électrique Breton largement médiatisé par l'ancien Président de la Région Bretagne, et désormais Ministre de la Défense Jean Yves Le Drian.

Un document de 14 pages, dont ci dessous le sommaire:

( à toutes fins utiles et pour la diffusion gracieuse des informations qui me semble de la plus haute importance)

Collectif Gaspare. Groupe de travail N° 3- Recherches et documents. Transport et distribution du gaz naturel

Sommaire

1- Introduction.

2- Gdf SUEZ et filiales.

3- Petit historique et privatisation de Gaz de France (Gdf).

4- Réseaux gaz et privatisation à prix d’amis.

5- Les infrastructures gazières financées sur fonds publics européens.

6- Les autorisations de travaux et adaptations des gazoducs.

7- Les gros travaux 2011-2020 de GRTgaz et flux

8- Implantation nationale des CCCG (projet et existant)

9- Programme des grands travaux et adaptations des gazoducs

10- Calendrier de développement des capacités 2011-2020

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.