Energie: JY Le Drian met en jeu l’avenir énergétique de la Bretagne à la roulette russo-gazière !

Non à la Centrale gaz à Guipavas 1/3 © Squapad

Introduction:

 

Bretagne , péninsule électrique ? Ou de l'incohérence du concept électronucléaire/chauffage électrique.

 

C'est devenu d'une routine déconcertante, cette perpétuelle rengaine au déficit électro-nucléaire-civil breton (à défaut, le nucléaire militaire, la région serait plutôt en sur capacité! en tous les cas mieux doté que le Morvan , hé ) , par contre jamais il n'est fait référence simultanément aux 80% de production de cochons français , sis dans la Bretagne nucléo-déficiente ! Pourtant ne dit on pas : "au jambon de Paris" ?


D'ailleurs, c'est un vœu, si Médiapart venait enfin à équilibrer et compléter un peu le travail de la presse locale et régionale Bretonne, nous en serions ravis . Car ce qui doit être dit, c'est que: Ouest France et Le Télégramme de Brest sont adhérents de l'association des industriels bretons, "Investir dans le Finistère", et qui militent pour cette implantation d'une centrale de production d'électricité par gaz, du type CCG de 450 MW, à Guipavas, une unité parmi tant autres, une trentaine serait en projet sur tout le territoire ! Ce qui revient en terme de puissance , au rajout de 15 réacteurs de 900 MW , bigre, 25 % du parc en plus.

 

Si désormais la presse, ce quatrième "pouvoir régional" choisit ainsi son camp, il est sur que la démocratie en ressortira un peu plus raplatie... et c'est à craindre .

Alors Médiapart en appuie de la démocratie ici en Bretagne ... ! D'avance merci ...

Un lien vidéo : La première réunion du Collectif GASPARE

http://www.dailymotion.com/video/xf8ahg_non-a-la-centrale-gaz-a-guipavas-1_news

Garantir l'Avenir Solidaire Par l'Autonomie Régionale Energétique.

 

Le pacte électrique breton en panne de signature !

 

Le Président du Conseil Régional Jean Yves Le Drian a-t-il oui ou non renoncé provisoirement à signer le document « pacte électrique breton » ce 14 décembre, et tel qu’il la affirmé aux représentants de l’opposition qui sont opposés au projet de la centrale de 450 MW de Guipavas, une annonce faite lors de la dernière session du Conseil Régional de Bretagne en cette fin de mois de décembre 2010. Un renoncement provisoire et tactique dont est devenu le maitre expert en chef du PS et Président de Région, de la diplomatie à mettre un frein à l’emballement protocolaire afin de laisser le temps à l’assemblée consultative de fouiller le dossier, c’est ce qui l’a certainement guidé à ne pas trop fâcher les égos des membres du CESER. Pourtant et si l’on en croit la presse régionale qui publiait dans les pages du Télégramme de Brest, l’avis de l’assemblée qui était alors toute acquise à la cause et ambition démesurée de construire cette unité de production de 450MW à Guipavas. Ce qui pose problème

 

Énergie et transport. Le Ceser d'accord avec la Région 16 octobre 2010

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/finistere/energie-et-transport-le-ceser-d-accord-avec-la-region-16-10-2010-1083422.php

 

Extrait : […//…Le pacte sans rechigner

Sur le triptyque énergétique proposé par le conseil régional et l'État, l'assemblée consultative a adhéré pleinement à la volonté de maîtrise de la consommation, de développement des énergies renouvelables (notamment marines) et à la nécessité de la construction d'une unité de production de pointe pour faire face au risque de rupture d'alimentation électrique au nord-ouest de la région. Aucune voix ne s'est levée pour s'opposer à ce plan….//…]

 

 

L’ajournement du Papa Noél Le Drian

 

Le bien nommé Nominoé Saint Sylvestre qui offre les étrennes a laisser faire la trêve afin de calmer les esprits , j’ose que celui-ci , dit-il « laissons leur le temps de digérer la réaction » , un gage à la réprobation des membres du CESER. Vexés et exclus du débat démocratique et privés de l’intérêt à délibérer pénardement en prenant le soin et le temps utile qui leur est pourtant garanti par la procédure. Une procédure pour un avis consultatif, pensez donc de l’importance à faire don de la réflexion pendant les vacances, avec le devoir à rendre pour le 5 janvier 2011. Ce qui a prit de court l’agitation médiatique et l’empressement du Préfet de Région et du Président du Conseil Régional de Bretagne Jean Yves Le Drian, à vouloir signer un document à fond la caisse et en présence de l'ADEME, l'ANAH et RTE ce 14.12.10 à Rennes.

 

Des cérémonies pompeuses relayées par toute la presse régionale et également militante favorable à ce projet (cf Investir dans Le Finistère, Ouest France et Le Télégramme de Brest, deux quotidiens qui sont membres de l’associations des industriels du Finistère et qui militent pour cette unité de 450MW), du spectacle protocolaire médiatisé à outrance, du Sarko-show ou presque, une mise scène orchestrée pour une signature esquissée, puis esquivée d’extrême justesse car en dehors des délais inscrits dans les règles administratives qui gouvernent le fonctionnement de l’assemblée Régionale ! Aurait-il sentit le piège d’une autre procédure en réclamation au Tribunal Administratif ?

 

 

  • Le bel exemple N° 1 , et qui engage pourtant la région pour un montant de 24 millions d’euros et de 50 millions d’euros pour ce qui concerne de la part de l’État en budget de financement du pacte électrique breton. Les premiers 75 millions d’euros pour commencer ! Le petit bout de la pelote qui détricote les financements des autres investissements qui seraient de loin les plus intelligents, à commencer par se servir du bois de chauffage qui est abondant ici dans la région, et par exemple, du chauffage électrique en Bretagne le point sensible à résoudre rapidement, et les solutions ne manquent pas, avec à la clef des emplois. Au lieu de cela, que de bruler du gaz provenant de Sibérie ou d’Algérie pour le convertir en électricité puis par la suite l’acheminé et en définitif de chauffer un parc de logements équipés à 35% de grilles pain électriques, les gamelles inefficaces et énergivores reconnus dans l’utilisation le plus couteux moyen, pour ceux qui en ont le moins.

 

Rien ne CESER de non signer à temps, l'important c'est que Le Drian prenne les devants

Au delà de cette simpliste histoire de signature, le mal format est fait. Car pour le grand public qui n'est pas plus que cela renseigné des conséquences du non respect des procédures sur la forme et/ou l'organisation administrative du CRB , et que le projet dans sa globalité soit signé ou non à cette date précise, importe peu au commun des consommateurs lecteurs, qui ne retiendra de tout ce tapage que les gros titres racoleurs à répétitions et les belles photos en icône du Nommé pour la circonstance de « Saint sauveur Le Drian » celui qui nous protège des pannes de courant. D’autant que ce report revendiqué à juste titre, ne vaut pas pour autant un refus catégorique d’y adhérer de la part de la rebelle assemblée consultative.

 

Les décideurs politiques UMP PS de retour dans la cour d'école, à la recherche du stylo pack perdu

Pathétique..!

 

Madame la Préfète de Région qui moquait le Président PS Le Drian qui avait le toupet selon elle, de ne pas signer ce document sur le champ et combien même les règles administratives ne le lui permettaient pas ! Ce qui revient a en conclure que le but de ce battage médiatique du 14 décembre dernier et de l'agitation « sereine », pour ne reprendre que le mot de JY Le Drian et en réponse au tacle de Madame Malgorne la patronne UMP de l'opposition de cohabitation énergétique régionale pour ce projet gazier de 450MW à Guipavas.

 

  • Le bel exemple N° 2 Alors, si une ancienne préfète de région ignore, ou bafoue ce qui serait pire, le respect et la valeur des règlements administratifs, on ne pourra pas dans d’autres circonstances être accusé de laxisme ou détaché de l'esprit de la loi sur bien d’autres sujets et qui seraient tentants, rien ne nous empêchent aussi d’imaginer les dérives possibles si nos Préfets s’en font ainsi les modèles. En d'autre terme, la farce de la panne de stylo du Président en complément des belles photos de la presse régionale , cette « vraie fausse non signature » est révélatrice, que tout cet étalage n’a guère d’importance, et que dans le fond , le principal se gère dans les coulisses de la démocratie théâtralisée, une mascarade qui a de toute façon atteint ses objectifs , à faire imprimer au plus profond dans l'esprit des bretons , que cette centrale se fera là ...! Et c’est comme ça !

 

Publicité mensongère sur les sites internet de la Préfecture de Région et du Conseil Régional de Bretagne.

Malgré l’esquisse esquivée de la signature du Président, et de concert, les deux autorités régionales n’ont pas manquées pour autant de faire illico presto de la publicité affichée sur les sites internet des deux institutions respectives, une publication en préméditation de signature non signée. Faudra-t-il un huissier pour vérifier ? ADOPPI ou LOPPSI ? Ou alors le BVP ? A qui donc faut-il poser la question pour l’éclairage d’un début d’explication ….( deux textes strictement idem...il n'y a pas que les petites économies , et surtout le catéchisme est ainsi respecté au mot , pour ne pas détourné, ni biaisé.... )

 

Annexe 1 :

http://www.mediapart.frhttp://blogs.mediapart.fr/blog/patrig-k/271210/la-roulette-russo-gaziere-annexe-1-les-sites-de-la-region-bretagne-et-pref

 

L’arme énergétique détenue par Moscou au secours de la sécurisation de l’approvisionnement électrique en Bretagne

 

Ce que publie le site internet La documentation française, que l’on ne pourra pas qualifier d’activiste écolo, et au sujet de la provenance du gaz russe et au-delà des risques financiers et techniques géopolitiques que cela engendrent, et depuis que la doctrine de l’Union Européenne datant des années 2000 à 2002, pour un rapprochement et un renforcement des livraisons de gaz en provenance de la Russie.

 

Annexe 2 :

http://www.mediapart.frhttp://blogs.mediapart.fr/blog/patrig-k/271210/la-roulette-russo-gaziere-annexe-2-dependance-et-arme-energetique

 

NDR : Dépendance et arme énergétique ! Si c’est La documentation française, qui le dit !

 

  • Le bel exemple N°3. Car quel prodige alchimique en sémantique , que d’affirmer haut et fort, de le faire répéter depuis des mois, rééditer à longueur d’années par les quotidiens régionaux, les activistes journalistiques qui nous expliquent que la sécurisation électro gazière en Bretagne serait issue de cette manière à produire de l’électricité à partir d’une ressource fossile internationale ( que ce soit d’Algérie ou de Russie le gaz est importé à 98% ) et cataloguée à juste titre de dépendance dans ce cas d’espèce, et que ce projet de centrale de 450 MW est celui qui nous rendra encore plus accro et toxico à produire plus de CO2 qu’il n’en faut. Ce qui ne pourrait garantir en rien une sécurisation comme le prétend le Point 3 du plan Le Drian de ce pacte électrique breton, le troisième levier financier, ce troisième contre pied du trépied qui est de loin le plus couteux pour la collectivité, le talon De Nominoé Le Drian , le Saint Sauveur et son Triskel bancal, le penchant plutôt du coté de l’Oural . C’est pourtant celui là de plan qui sera signé dans les délais et cette fois ci pour l’autoriser, à partir du mois de janvier 2011.

Les tensions et spéculations sur le gaz.

 

Car dans le meilleur ou le pire des cas, c’est selon, cette unité serait en exploitation à partir de 2016 ! Oui mais alors, et d’ici là ? Encore 6 années à supporter les sempiternelles « seulement 8% de production électrique pour le chauffage électrique des 35% de logements bretons » ! (Nous y reviendront plus tard en proposition de projet alternatif incontournable et opérationnel bien avant cette date- Pour aller plus loin )

Pour aller plus loin Annexe 3:

http://www.mediapart.frhttp://blogs.mediapart.fr/blog/patrig-k/271210/la-roulette-russo-gaziere-annexe-3-du-bocage-au-chauffage

 

D’autant que du coté du principal fournisseur de gaz en France, les protagonistes Algériens n’ont que très peu apprécier le forcing usé et géopolitique pratiqué par l’UE et la Russie, à casser ainsi les prix de fourniture de gaz vers l’Europe, en autorisant l’accès du gaz russe à des conditions en pratiquant des tarifs 25% de moins que celui qui est inscrit dans les contrats de gaz sur le long terme, ce qui est le principal entre la France et l’Algérie depuis plus de trente ans. Le néo crédo : Le spot contre l’anticipation du long terme, la bourse ou la supervision pérenne Une faveur tarifaire à tous intérêts immédiats, et en résumé selon la doctrine de l’EU, qui doit servir en théorie à maitriser l’hégémonie Russe, de façon à échanger des participations dans les entreprises de hautes technologies en Russie, des joint venture avec les transferts de technologies qui y sont liés inévitablement, et le juste retour d’accepter que le groupe national russe Gasprom infiltre le marché occidental dans le secteur de la distribution de gaz en Europe occidentale.

Une interdépendance de court terme, jusqu’au jour ou la Russie sera en aptitude de maitriser toute sa filière depuis le puits sibérien, jusqu’à la vanne gaz au pied de l’immeuble boulevard Jean Moulin à Brest ou Châteaulin. Un scénario, en rien fantaisiste …Les Russes c’est aussi Gagarine et le spoutnik, tout autant que les lanceurs d’engins… des fins techniciens et riche de gaz jusqu’à un certain point…

Ce que nous en disent également les journalistes algériens

Annexe 4

http://www.mediapart.frhttp://blogs.mediapart.fr/blog/patrig-k/271210/la-roulette-russo-gaziere-annexe-4-lalgerie-et-la-russie-le-spot-et-la-con

Quel sera la situation politique de la Russie en 2016 ? En Chine, en Asie Centrale ?

 

Qui peut à ce jour prétendre connaitre les prix des matières premières fossiles stratégiques qui seront négociées dans les bourses internationales dans 6 ans et plus, qui peut continuer d’affirmer que ces achats de 2016 seraient la plus judicieuse manière de sécuriser les pannes de courant ici à la pointe du Ponant et pour commencer durant les années 2010 à 2016 ! La sécurisation de l’énergie en Bretagne ne peut elle être résolue autrement que par cette perspective d’une dépendance accrue à la Russie principalement, dépendante pendant de nombreuses années a un marché des matières premières fossiles qui ne pourront plus baisser, d’autant que la Russie, et dans un souci de bien vendre son produit, a du coté de son Orient (voir les annexes ci dessous) , pas celui de Lorient de Le Drian, un marché largement plus conséquent à réduire de cette façon le petit avantage qu’il existe actuellement en Europe à mette l’Algérie et la Russie en concurrence .

 

D’ailleurs en 2016 ! Le Président Jean Yves Le Drian ainsi que le Préfet de Région auront pour alors quitté (ou remercié) la fonction qui leur permet aujourd’hui de nous vendre ce Triskel bancal et perdant à tout point vue du coté du citoyen consommateur occidental !

 

Un faux débat, une fausse signature et une procédure administrative bâclée en moins de six mois !

On peut alors s'interroger de ce rebondissement épidermique venant de la part du CESER juste à la veille des célébrations du nouvel an; car rien ne nous indique que cette assemblée sera le clou dérangeant à faire basculer le plan Drian, ce ne sera surement pas le juste prétexte d’un excès de vitesse protocolaire pour la signature de cette sécurisation mondialisée et interdépendante à 98% en défaveur du consommateur européen, et de nous autres les Bretons , que Le Président de Région nous a ainsi expédiés en moins de six mois ce drôle de deal en troc de gaz qui nous revient en plein dans la figure. Pourquoi donc mimer tant d’importance à vouloir précipiter cette signature ! L’illusion d’un semblant de débat, issue d’une consultation esquivée du CESER, celle qui affirmait pourtant sur Le Télégramme de Brest en octobre 2010 , être à 100% pour cette construction de centrale gaz à Guipavas.

Voyez vous ça !

 

Annexe 5 : Schiste alors ! C'est que la partie d'Echec et Gaz est entamée !

http://www.mediapart.frhttp://blogs.mediapart.fr/blog/patrig-k/271210/la-roulette-russo-gaziere-annexe-5-la-russie-la-chine-la-partie-dechec-et-

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.