Patrig K
Technicien Génie climatique
Abonné·e de Mediapart

648 Billets

7 Éditions

Billet de blog 27 juin 2013

Patrig K
Technicien Génie climatique
Abonné·e de Mediapart

Le CR de Bretagne s’offre une LGV fantôme

Les15000 signataires de la pétition initiée et commentée en grandes pompes par les CCI bretonnes n’y auront rien fait, le gouvernement Ayrault s’apprêterait à reporter tous les principaux grands projets LGV en France, un projet édifiant et mégalo initié par l’ancienne majorité et évalué à 245 milliards d’euros échelonné  sur 20 ans. Malgré ce retour à un peu plus de sérieux budgétaire dans la dépense pour ces infrastructures, le 1er Ministre n’en reste pas moins accroché à son aéroport NDDL !

Patrig K
Technicien Génie climatique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les15000 signataires de la pétition initiée et commentée en grandes pompes par les CCI bretonnes n’y auront rien fait, le gouvernement Ayrault s’apprêterait à reporter tous les principaux grands projets LGV en France, un projet édifiant et mégalo initié par l’ancienne majorité et évalué à 245 milliards d’euros échelonné  sur 20 ans. Malgré ce retour à un peu plus de sérieux budgétaire dans la dépense pour ces infrastructures, le 1er Ministre n’en reste pas moins accroché à son aéroport NDDL !

Le Conseil de Bretagne sous la gouvernance de Jean Yves Le Drian, et désormais Ministre de la Défense,  avait approuvé cette idée folle, de pouvoir relier Brest ou Quimper à Paris en 3 heures seulement !  L’union sacré était née, depuis la représentante régionale Ump et ancienne préfet de la région, Madame Malgorne, jusqu’aux partenaires du PS breton hormis EELV (**),  toutes les CCI, toute l’intelligentsia avait donné le feu vert dans un concert de concorde régionale ce pour faire voter par le CR, et de financer en participation avec l’Etat central , à hauteur de 1.1 milliard d’euros, sur un montant global de 3.4 milliards d’euros, et  nécessaire pour la construction du premier tronçon reliant Laval à Rennes, ce pour un gain de temps estimé alors à 37 minutes.

Rectificatif par Bernard (cf ci après)(**) : Les Verts avaient voté les projets TGV, lors de la mandature 1992-98, dans les années1996-97,  les projets avaient été votés a l'unanimité du Conseil Régional sauf un élu, de Bretagne Ecologie.

1.1 Milliards d’euros ! Bigre, et pas de LGV en définitif avant 2030 voir 2040, il y a comme du roulage dans la farine, ce qui risque bien d’entamer encore un peu plus la crédibilité de certains élus et élites attirés par la vitesse et au prétexte que ces infrastructures seraient les indispensables outils pour relancer la machine économique et régionale ! Une somme qui impute un budget régional de 2 milliards / an, une somme colossale et qui aurait été bien utile, et par exemple à l’heure de la transition énergétique,  à être  dédiée pour financer tous les travaux d’isolation dans les lycées de la Région bretonne, dont le CR est le gestionnaire ! Restera désormais aux dispendieux représentants de faire le nécessaire à revoir dans l'urgence, cette participation de 1.1 Mds, qui en réalité ne concerne plus la Région, ou alors si peu !

Le gouvernement démine la fin du tout-TGV

[Vu les cris de protestation des élus locaux (bretons, limousins, alsaciens, de Midi-Pyrénées, etc), outrés par l’abandon de leurs LGV, le gouvernement lance l’opération déminage. Avec, d’abord, une charge contre le gouvernement précédent. Le SNIT prévoyait en effet pour 245 milliards d’euros de projets sur vingt-cinq ans, dont 88 prélevés directement sur le budget de l’Etat. Or, les ressources actuelles ne permettent de dégager que 25 milliards. «Il y avait environ 60 milliards non financés. Le Snit était totalement irresponsable, c’était tout promettre à tout le monde sans hiérarchiser. Evidemment, quand on passe derrière, c’est la potion amère», déplore un proche de Cuvillier ]

http://www.liberation.fr/economie/2013/06/27/le-gouvernement-demine-la-fin-du-tout-tgv_914071

Un gain de temps estimé alors à 37 minutes pour 3.4 Mds€ !  Voyons cela …

De l’ironie algébrique ..

Quel est réellement l’intérêt de faire circuler aussi vite un train, si le temps ainsi gagné n’est pas utilisé pour en faire fructifier les minutes en valeur pécuniaires et bien réelles au tarif et pour les utilisateurs de ces transports en commun, dit de Très Grande Vitesse ? Car si c’est pour les utiliser pour l’oisiveté, le problème à mon sens ne se poserait pas, à t on idée que pour les vacances, le lieu de résidence doit être à la portée et à la seconde près … !

Extrait  du figaro.fr 13/10/2010: [ …//…Le tronçon TGV Bretagne-Pays de la Loire (182 km et 32 km de raccordements) est estimé à 3,4 milliards d'euros et doit mettre Rennes à 1H26 de Paris d'ici 2015, contre 2H03 actuellement…//… .]

2h03 ! 1h26 ! 37 minutes de temps « gagné » pour 3.4 Milliards d’euros …..Non de dieu, c’est que ce n’est pas donné la minute de TGV « gagnée » !

Une petite dissertation algébrique s’impose …posons donc ces chiffres sous un angle nouveau en imaginant le nombre de voyages en TGV que devraient effectuer les Bretons afin de compenser cette dépense à fond la caisse sans fond !

A ce tarif de 3.4 milliards d’euros d’investissement LGV, pour 37 minutes de « rattrapées », cela revient à déterminer le prix de cette minute à 91 891 891 euros ! Mais encore à 1 531 531 la seconde ! Il est sur que des gains de temps à ce tarif là, nul ne pourra contesté de l’utilité de telles avancées en temps passé à dépasser le temps comptant restant.

Tous savons, que nos salaires de misère et quand ils sont réglés avoisinent et ne dépassent guère plus que la valeur du SMIC et selon pour la plus grande majorité des Bretons. Afin de simplifier la dissertation algébrique, nous poserons l’équation avec pour base un salaire mensuel de 1500 euros net par mois pour une durée elle aussi arrondie à 160 heures de travail mensuel, ainsi nous pouvons en déduire que le prix payé par nos patrons à la majorité de nos concitoyens est de l’ordre de 10 euros de l’heure, mais encore de 0.16 euros la minute de temps travaillé.

Les choses étant ainsi posées, il est désormais assez facile de rapprocher ce prix minute LGV du prix minute ouvrier/salarié, et d’en déterminer le nombre de navette TGV qu’il faudrait pour équilibrer la dépense et pour envisager de la réelle utilité de cette gagne de temps sacrément enrichissante, surtout et vous en conviendrez pour la diffusion de propagande gazeuse. Car en effet, ces 37 minutes de rattrapées, si elles ne sont pas exploitées pour gagner plus, à quoi bon alors et dans ce cas de prendre encore un train à fond la caisse !

Si comme nous l’avons calculé, la minute LGV qui coûte à la collectivité 91 891 891 euros, cette somme ainsi divisée par le prix payé de la minute ouvrière que nous avons estimé à 0.16 euros ; équivaut à 574 324 318 unités de voyage en temps gagné et rattrapé pour travailler plus pour gagner si possible un peu moins. Ou encore et à raison de 3 millions de Bretons qui effectueraient 3 voyages par an sur ce tronçon LGV Rennes Le Mans, d’un retour sur investissement équivalent et de l’ordre de 63 ans !

Juste le temps qu’il faudra pour remettre la main au porte feuille de nos enfants qui devront en l’an 2077 (2014+63 ) pour réinjecter de leur pognon aux petits fils de Martin et Nicolas, qui n’en doutez pas seront encore là pour leur raconter toutes ces salades temporelles en ritournelles…

 En conclusion : Prenons le temps d’analyser le temps ….

---------------------------------------à lire

Adieu TGV, vive les « transports du quotidien » !

 Daniel Schneidermann
 http://www.rue89.com/2013/06/27/adieu-tgv-vive-les-transports-quotidien-243721

Pour une fois, un rapport exprime un vrai choix

Aussi bien, à quelques heures de la remise du rapport, voit-on surgir un élément de langage plus flatteur : le gouvernement, plutôt que le TGV, veut favoriser « les transports du quotidien ». S’attaquer aux retards récurrents des trains de banlieue, et des TER, qui empoisonnent la vie de millions de transportés quotidiens. Le peuple contre la turbo-élite. Très bien.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de « L’Internationale »
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les critiques envers Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa