Patrig K
Technicien Génie climatique
Abonné·e de Mediapart

648 Billets

7 Éditions

Billet de blog 27 déc. 2010

La roulette russo gazière. Annexe 4 : L'Algérie et la Russie, le spot et la concurrence.

Patrig K
Technicien Génie climatique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://www.mediapart.frhttp://blogs.mediapart.fr/blog/patrig-k/241210/energie-jy-le-drian-met-en-jeu-l-avenir-energetique-de-la-bretagne-la-roul

Extraits.

La Russie casse les prix devant le gaz algérien

Publier le 6.03.10 source: Le temps d’Algérie

Gaz algérien | Le russe Gazprom vend une partie de son gaz aux prix du marché spot en Europe, barrant ainsi la route à l’Algérie qui le cède aux prix indexés sur ceux du pétrole. Une opération qui intervient au moment où le Forum des pays exportateurs de cette énergie fossile

En effet, son directeur général, Alexandre Medvedev, a précisé dans un entretien accordé au Financial Times que 10% à 15% des ventes de Gazprom seront liées aux prix spot jusqu’en 2012, en signalant en ces termes : «Le marché spot joue un certain rôle et nous avons fait en sorte de tenir compte de ce rôle dans nos contrats sans en changer les principes de base».

Gazprom fait ainsi concession devant ses clients européens, alors que l’Algérie facture son gaz à travers des contrats à long terme aux prix basés sur les cours du brut. Cette formule est adoptée par l’Algérie depuis plus de trente ans dans les grands contrats d’approvisionnement en gaz.

L’indexation est considérée comme un moyen qui permet de garantir la compétitivité du gaz vis-à-vis des autres énergies. Ce qui n’arrange pas les pays consommateurs européens qui voudraient s’approvisionner en gaz au moindre coût pour continuer à faire fonctionner leur machine économique aux dépens des pays du Sud.

…//…

S’agissant de l’évolution des prix, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) prévoit la fin de la bullegazière en 2015. Donc, l’éventualité que les Russes poursuivent la vente de leur gaz sur le marché spot n’est pas à écarter. Un risque pèse sur les recettes algériennes attendues. Après des mois de négociations,

Gazprom a, en effet, accepté de modifier la formule des prix qui régit ses contrats européens de long terme avec l’allemand E.ON Ruhrgas, le français GDF Suez, l’italien ENI et le turc Botas, en tenant compte désormais des prix spot. Il s’agit en fait de prix fixés sur les Bourses du gaz qui n’échappent pas à la spéculation, faut-il le noter.

…//…]

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Révélations sur une usine à intox
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud

La sélection du Club

Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut