Paul BERNARDIN
Retraité du Notariat
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 juin 2013

Paul BERNARDIN
Retraité du Notariat
Abonné·e de Mediapart

reforme des retraites

Paul BERNARDIN
Retraité du Notariat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quelques idées pour la réforme des retraites

Préambule

            Quand on veut réformer les retraites on doit se poser à priori une question : à quoi sert une retraire ?  Elle sert à permettre à un individu de vivre décemment après une vie de travail. On doit donc déterminer le retraite minimum pour vivre décemment, et la retraite maximum au-delà de laquelle la notion de vie décente est illusoire. Ce serait d’autant plus juste que les retraites importantes ont été acquises par des gens qui avaient de gros salaires c’est-à-dire qui se sont constitué un patrimoine dont les revenus leur permettent de vivre confortablement.

Une bonne réforme des retraites, pour être acceptée par une majorité, doit obéir à deux impératifs :

            Un sentiment de justice sociale

            Une concertation la plus large possible par la base de la société, style démocratie participative.

Sentiment de justice sociale :

Ce qui exaspère les gens et participe à la dégradation de la confiance des citoyens ce sont les disparités entre les régimes divers et particuliers (âge de départ, mode de calcul, prise en charge de la pénibilité)

Concertation la plus large :

Cette réforme des retraites doit être pensée comme un des moyens de rétablir la confiance et le respect entre les générations. La concertation doit être la plus large possible suivant le principe de la démocratie participative (il pourrait être demandé aux maires ou autre autorité d’organiser des réunions d’information et de concertation dont les résultats et propositions seraient remontés aux parlementaires et partenaires sociaux représentatifs pour servir d’outil de travail en vue de l’établissement des textes de loi)

            La réforme doit être globale. Comment faire admettre une reforme partielle aux partenaires sociaux si de nombreux régimes échappent à la reforme, et notamment ceux qui ont des règles notablement plus avantageuses

(Militaires la percevant à 33 ans avec 15 ans de services – notariat : régime excluant le régime général mais retraite calculée sur les 10 meilleures années et incluant les primes et autres avantages- parlementaires, etc…)

Il faut baser la reforme sur des fondamentaux simples et justes : par exemple :

  1. Un seul âge de départ à la retraite pour tous les régimes, seule l’appréciation de la pénibilité modifiant cette date,
  2. Une pénibilité appréciée individuellement et non par branche (c’est possible avec un carnet de santé mis à jour par le médecin du travail lors des visites prévues par la loi) Cette réforme ne pourrait intervenir que pour les salariés entrant dans le monde du travail à l’avenir, et un régime transitoire devrait être instauré. La constatation de cette pénibilité aurait pour conséquence de raccourcir la date de départ à la retraite, et serait plus équitable puisque reflétant la pénibilité de toute une vie de travail et non celle d’une branche donnée même si on est resté dans un bureau toute sa carrière !

Le droit à pension de réversion devrait être rétabli sans restriction à partir du moment où on a fixé un maximum au montant de la retraite, la pension de réversion étant incluse dans ce maximum. Tout salarié pense qu’après lui son conjoint survivant recueillera en partie le fruit de sa vie de travail.

      Cet aperçu de projet de réforme est forcément incomplet mais on peut faire confiance aux partenaires sociaux pour débattre de tous les aspects d’une réforme qui devrait mettre en valeur non seulement une justice sociale équitable mais aussi la mise en pratique d’une véritable solidarité nationale au-delà des corporatismes de tout poil.

      Un autre aspect de la réforme pourrait être envisagé : la fusion des caisses de retraite et des caisses de sécurité sociale, avec l’exemple de divers régimes comme le notariat ( il y a quelques années les ministères de tutelle avaient émis l’idée que le régime du notariat pouvait servir de modèle pour la réforme des retraites qui était déjà envisagée.. !)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte