Paul G
Prof de maths
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 janv. 2018

Un nouveau bac pour 2021, ce n'est pas très raisonnable.....

Le temps de l’éducation n'est pas le temps du politique....

Paul G
Prof de maths
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

(Préambule : je n'ai pas encore d'avis sur le fond de la réforme, je veux juste souligner la précipitation que cela entraîne.)

L'annonce de la réforme du bac à partir de la session 2021  peut sembler raisonnable aux gens extérieurs à l’éducation nationale. On a l'impression que ça laisse le temps de préparer les choses. Sauf que l'éducation nationale n'est pas une entreprise ou un ministère comme les autres, et les délais sont extrêmement courts.....

- Du point de vue de la gestion des personnels. Un nouveau bac en 2021, c'est une nouvelle terminale en 20/21, une nouvelle première en 19/20 et une nouvelle seconde en 18/19. La nouvelle seconde verra donc le jour à la prochaine rentrée. Il faut donc prévoir les enseignants nécessaire pour assurer les cours. Les mutations se font en avril pour la phase intra-académique, et les lycées doivent faire remonter leurs besoins en postes fin février.

Donc, dans 4 semaines, les proviseurs de tous les lycées de France doivent dire de combien d'enseignants ils auront besoin l'an prochain. tout en ne sachant pas les horaires de chaque matière, et par exemple, si les enseignements d'explorations sont maintenus ou pas. C'est impossible. Par exemple, en SES, dans un bahut à 15 secondes, l'enseignement d'exploration SES en seconde représente plus ou moins un poste d'enseignant. Pour que les bahuts puissent faire remonter leurs besoins, il va falloir sortir les textes sur la nouvelle seconde très vite et, forcement, dans la précipitation. Ce n'est pas une bonne idée pour assurer le succès d'une réforme.

- Du point de vue des élèves. Les élèves de troisièmes de cette année seront les plus pénalisés. Ils sont entré en 6ème dans l'ancien collège. La réforme du collège a eu lieu entre la cinquième et la quatrième, avec les changements de programmes qui vont avec. Ils ont été les premiers à tester les nouveaux programmes de quatrième, sans forcement de continuité parfaite avec ce qui a été fait avant vu la précipitation de la réforme des collèges. L’épreuve du brevet qu'il vont passer sera plus ou moins nouvelle aussi, avec plus ou moins de contrôle continu (j'ai perdu le fil sur ce sujet). Ils seront aussi les premiers à tester la nouvelle seconde, ainsi que la première et la terminale et le nouveau bac, qui ne sont encore qu'a l'état de projet. Aucun doute qu'ils seront bien préparé aux exigences du post-bac.....

-Du point de vue des enseignants. La plupart des gens s'en fichent, mais une bonne partie des enseignants aime son travail et a envie de faire progresser les élèves. Ce n'est pas facile si on ne sait plus quel programme les élèves ont suivi, quelles épreuves ils passeront au bac et qu'on navigue à vue. Tout en répondant aux questions des élèves sur l'orientation. Les professeurs principaux de seconde l'an prochain devront répondre aux questions sur le bac 2021, qui ne sera sans doute pas encore finalisé. (Quelle option prendre pour faire tel type d'étude en 2022?) Difficile de bien faire....

-Du point de vue politique et médiatique: C'est sans doute très bien des ministres qui annoncent de l’interdisciplinarité (IDD), la suppression du redoublement, la semaine de 4 jours, de l’interdisciplinarité (TPE), le retour du redoublement, la semaine de 4 jours et demi, de l’interdisciplinarité (EPI), la suppression du redoublement, un deuxième professeur principal en terminale, la semaine de 4 jours, le retour du redoublement.....Tout cela avec application immédiate, pas question de réfléchir, l'annonce doit être suivie d'effets.  Cela donne l'impression de ministres qui bossent. Lorsque les reformes bâclées ne fonctionne pas, on augmente artificiellement les résultats du bac et on critique les profs qui résistent aux réformes. Mais à un moment, il faudrait sortir de ce système.

-Soyons raisonnables. On peut tester cette réforme dans une académie, (ou quelques secteurs sur la France entière), voir quels sont les moyens humains nécessaires, embaucher (ou ne pas embaucher) à l'avance, attendre que les élèves cobayes aient le bac (3 ans!), évaluer le plus objectivement possible la réforme (ne pas gonfler le taux de réussite au bac pour dire que la réforme est géniale...), puis appliquer ce qui a fonctionné à la France entière. Avec, soyons fous, un débat public sur un sujet qui concerne tout le monde! Bon, j'avoue, je suis en plein rêve, ce n'est pas du tout raisonnable...

Tant pis. Improvisons une nouvelle seconde pour dans quatre semaines, donc. Ensuite, on verra bien.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par Fred Sochard