La genèse du Troisième Choc

"........Et vint le 19 avril 2013. Le Président de l'Assemblée, calé sur son fauteuil doré à la feuille, s'adresse aux huissiers, voix blanche :

- Laissez-le rentrer !

Jérôme s'avance, blême, tête basse, les poings rougis d'avoir trop cogné à la porte.

- Que celui qui n'a jamais ni fraudé, ni menti à ses électeurs lui jette la première pierre.

 

Consternation sur toutes les travées, à droite comme à gauche. Quelques évanouissements, plusieurs malaises, puis un silence de plomb.

Au bout des trois minutes règlementaires, qui semblèrent une éternité aux cumulards et aux plus anciens, le Président se tournant vers son ex-ami-et-très-cher-camarade et néanmoins toujours collègue lui lance :

- Vas, regagne ton siège et ne péche plus.

Le compte-rendu de la séance mentionne que le sol du perchoir et les colonnes de l'hémicycle tremblèrent.

 

Dés lors, l'ancien Ministre démissionné-démissionnaire s'attela à son chef d'œuvre titanesque.

En une session de six jours, aussi extraordinaire qu'exceptionnelle, il fit adopter les dix lois constitutives du Code de la transparence démocratique.

Le septième jour, les députés, voyant que cela était bon, se reposèrent.

Ce fut le troisième "choc"".

              

Extrait de "La genèse du Troisième Choc", ouvrage à paraître, droits réservés.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.