Paul PLATON
heureux retraité
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 oct. 2020

Blasphème, stop ou encore ?

Un zeste de philosophie pour apaiser les va-t'en guerre

Paul PLATON
heureux retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Blasphème, stop ou encore

On y était presque : "couvre- feu", état d'urgence sanitaire. Mais c'était juste avant la décapitation, horrible, criminelle, terrifiante d'un professeur d'histoire géographie, Samuel Paty, par un homme tout juste majeur, récemment régularisé, musulman fanatisé par un ou plusieurs commanditaires "musulmans" radicaux. Et depuis une déferlante cacophonique : "obsèques nationales", "la République en danger", "ils ne passeront pas" et quelques délires notoires venant d'un ancien premier ministre, pas moins : "parmi les complices...LFI, la gauche journalistique, Edwy Plenel, la gauche syndicale, l'Unef, mais aussi la ligue de l'enseignement, la ligue des droits de l'homme, qui ont fait rentrer les théories de Tariq Ramadan en leur sein". Autant d'authentiques fatwa, carrément, lancées par Manuel Valls. A l'extrême droite, moins de surprise, mais la reprise de vieux discours et l'exigence "d'une législation de guerre". Nous y sommes donc bien, en état de guerre !

A la veille de l'ouverture du procès des massacres de Charlie Hebdo et de  l'Hyper cascher, Emmanuel Macron, Président de la République, l'avait rappelé : "Depuis les débuts de la Troisième République, il y a en France une liberté de blasphémer qui est attaché à la liberté de conscience. Je suis là pour protéger toutes ces libertés. Je n'ai pas à qualifier le choix des journalistes. J'ai juste à dire qu'en France on peut critiquer des gouvernants, un président, blasphémer, etc." N'ergotons pas. Qualifier le choix des journalistes, commenter leurs articles, s'énerver contre tel ou tel d'entre eux en public comme en privé, choisir les bons journaliste qu'on accrédite ou non, tout édile le fait. L'essentiel n'est pas là, et le choix de la IIIème République comme source d'inspiration ne fera sourire que quelques historiens, car des Républiques on en a heureusement connues de meilleures sous le soleil de France ou d'ailleurs. Le fond et moins la forme, dans laquelle Emmanuel Macron excelle, ne serait-il donc pas le blasphème. Philosophons donc un peu, quitte à très modestement concurrencer un ancien assistant de Paul Ricoeur (1913-2005), ancien président du conseil de gestion de la Faculté des Lettres de l'Université de Paris-Nanterre.

Partons très simplement de la définition du mot. Blasphème : "Parole qui outrage la divinité, le sacré", Le Robert de poche, édition 1995, p. 77. Et la lumière jaillit dès la définition. Des divinités, chacun la sienne au propre comme au figuré, Dieu, un Grand Architecte, le Soleil, la Lune, le pouvoir, le sexe, l'argent...Mais un seul sacré, en commun : la VIE. Et à force de caricatures, que chacun jugera blasphématoires, ironiques, caustiques, ou rigolotes à en rire aux éclats, ou non, des hommes et femmes, journalistes ou non, membres des forces de l'ordre ou non, juifs ou non, enseignants ou non, etc. ont perdu la vie et cela qu'ils aient, ou non, pour certains, dessiné, affiché, diffusé, commenté, utilisé comme supports de cours, etc. ces caricatures.

En toute chose, sachons garder raison. La philosophie n'est pas amour de la sagesse, mais sagesse de l'amour (Michel, François Serres, 1930-2019, dernier grand philosophe français). Non qu'au nom de l'amour, il faille tout absoudre et pardonner, mais qu'au non de l'amour (fraternité, fraternité au fronton, j'écris ton nom), il faille ne pas trop jeter d'huile sur le feu.

Samuel Paty a été victime des graves carences de nos services de renseignements et de police, M. le Ministre Darmanin, et des graves  défaillances des services de l'Education Nationale, M. le Ministre Blanquer. Ne l'oublions pas non plus, trop rapidement.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement