Pauline Carnet
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 mars 2013

Pauline Carnet
Abonné·e de Mediapart

L’explorateur Sir Ranulph Fiennes revient de l’Antarctique blessé

L’explorateur britannique Sir Ranulph Fiennes ne traversera pas l’Antarctique à ski. Souffrant d’engelures à la main gauche, il a dû renoncer à faire partie de l’expédition « Le voyage le plus froid de la terre », prévu pour une durée de 6 mois. Après avoir été soigné en Afrique du Sud, il a atterri ce lundi 4 mars, à Londres, où l’attendait une conférence de presse. Deux de ses doigts nécessiteraient une intervention chirurgicale.

Pauline Carnet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’explorateur britannique Sir Ranulph Fiennes ne traversera pas l’Antarctique à ski. Souffrant d’engelures à la main gauche, il a dû renoncer à faire partie de l’expédition « Le voyage le plus froid de la terre », prévu pour une durée de 6 mois. Après avoir été soigné en Afrique du Sud, il a atterri ce lundi 4 mars, à Londres, où l’attendait une conférence de presse. Deux de ses doigts nécessiteraient une intervention chirurgicale.

Débarqué à l’aéroport d’Heathrow, Sir Ranulph Fiennes, 68 ans, a naturellement exprimé sa déception : « C’est extrêmement frustrant. J’ai travaillé sur ce projet pendant 5 ans, à temps complet et sans être payé. » Malgré tout, il a réaffirmé sa volonté d’aider son équipe à atteindre ses objectifs, précisant: « Je ne vais pas pleurer sur mes doigts ».

Tony Medniuk, président de The Coldest Journey, s’est dit « extrêmement fier » que l’Ice Team ait décidé de continuer l’aventure malgré le départ de Fiennes. Rappelant la difficulté du défi à venir pour l’équipe, il a précisé qu’il s’agirait d’un « exploit épique ». Et pour cause, aucun être humain n’a encore réussi à traverser l’Antarctique en hiver. Anton Bowring, chef d’expédition adjoint, a quant à lui fait part de sa tristesse tout en saluant le retour de l’explorateur. Impossible, en effet, de rêver de meilleur ambassadeur que Sir Fiennes.

Rappelons que l’un des objectifs de l’expédition est caritatif : récolter 10 millions de dollars au profit de Seing is Believing, une association venant en aide aux personnes dont la cécité est évitable. Pour le reste, il s’agira de collecter des données permettant de mieux comprendre les effets du changement climatique en Antarctique, et de créer en temps réel des contenus éducatifs pour les écoles.

Tombé lors d’un entrainement à environ 200km au sud de Crown Bay, où se trouve le camp de base de l’équipe, Fiennes avait dû enlever ses gants pour réparer les fixations de ses skis, dans un environnement hostile à -30° C. En moins de 20 minutes, quatre de ses doigts avaient gelé. « Certains diront que je n’aurais pas dû enlever mes moufles, mais si je ne l’avais pas fait, j’aurais dû resté assis là, je n’aurais pu aller nul part et je serais mort de froid. » Durant quatre jours, le blizzard avait empêché son évacuation vers l’Afrique du Sud. Fiennes était finalement arrivé le 28 février au Cap, où il avait reçu une série d’examens.

Ses cinq compagnons d’aventure – Ian Prickett, Spencer Smirl, Dr. Rob Lambert, Richmond Dykes et Brian Newham – devraient partir le 21 mars depuis la base russe de Novolazareskaya pour un voyage de 3219 km à destination de la mer de Ross. Epreuve difficile,  dans une nuit presque permanente où les températures peuvent descendre jusqu’à -90° C. Le retour de Fiennes au Royaume-Uni signifie que personne ne deviendra le premier homme au monde à traverser l’Antarctique à ski, en hiver. L’équipe restante a toujours pour objectif d’être la première à effectuer cette traversée en véhicule. Dans une récente interview à la BBC, Sir Fiennes s’est déclaré confiant de leur succès: « C’est la meilleure équipe du monde (…) ils vont réussir ». Il assure par ailleurs qu’il ne s’agira pas là de sa dernière expédition.

Sir Ranulph Fiennes avait déjà souffert d’engelures à cette même main gauche en 2000, après avoir tenté d’atteindre le pôle nord seul, sans aucune assistance technique. Il avait fini par se couper lui-même le bout de ses doigts nécrosés à l’aide d’une scie. Véritable héros au Royaume-Uni, le Guinness des records le décrit comme « le plus grand explorateur vivant ».

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte

À la Une de Mediapart

Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello
Journal — Terrorisme
Tuerie à la préfecture de police : « J’ai eu l’impression qu’il était possédé par le diable »
Mickaël Harpon se considérait comme frappé par une triple peine : handicapé, agent (administratif et non policier) et musulman. À l’issue d’une nuit folle où il s’imagine dialoguer avec Allah, l’informaticien de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris va tuer quatre collègues.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Discrimination des femmes : la Défenseure des droits met un carton rouge à l’Olympique lyonnais
Dans une décision dont Mediacités révèle la teneur, l’autorité indépendante, saisie par une ancienne joueuse, reproche à l’OL de ne pas respecter « les principes fondamentaux de non-discrimination fondés sur le sexe » et « la protection de l’intérêt supérieur des jeunes filles mineures ». Tout le football français est concerné.
par Justin Boche (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES