Pauline Carnet
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mars 2013

Pauline Carnet
Abonné·e de Mediapart

Référendum aux îles Malouines: 99,8% votent pour rester Britanniques

Les électeurs des îles Malouines (Falklands en anglais, Malvinas en espagnol) ont voté à 99,8% pour rester dans le giron de la couronne britannique. Résultat spectaculaire pour ce referendum organisé les 10 et 11 mars et dont le taux de participation s’élève à 90%. Sur 1513 votants, seuls 3 se sont prononcés en faveur du « non ».

Pauline Carnet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les électeurs des îles Malouines (Falklands en anglais, Malvinas en espagnol) ont voté à 99,8% pour rester dans le giron de la couronne britannique. Résultat spectaculaire pour ce referendum organisé les 10 et 11 mars et dont le taux de participation s’élève à 90%. Sur 1513 votants, seuls 3 se sont prononcés en faveur du « non ».

Le Premier ministre britannique, David Cameron, a salué un résultat « on ne peut plus clair » et a demandé à ce que tous les pays, dont l’Argentine, « respecte » la volonté des Kelpers (mot de l’argot britannique pour désigner la population des îles Malouines).

De son côté, l’Argentine considère ce referendum comme illégal puisqu’il n’a pas été convoqué ni supervisé par les Nations Unis. Elle ne reconnaît pas non plus le droit à l’autodétermination des Kelpers, qui constituent selon elle une « population implantée » par les Britanniques. « Nous ne prétendons pas leur enlever leur identité ou leur mode de vie, ils sont britanniques, mais le territoire qu’ils habitent ne l’est pas », avait déclaré le lundi 11 mars, Alicia Castro, ambassadrice d’Argentine à Londres.

Ce referendum fait suite à la lettre que la présidente argentine, Cristina Kirchner, avait adressée le 3 janvier dernier à Cameron pour lui demander de mettre fin au colonialisme britannique et de se conformer à la résolution de l’ONU sur les Malouines. Cette résolution, datant de 1965, invitait les deux pays à trouver une solution négociée au conflit.

Voici près de deux siècles que les deux pays se disputent cet archipel situé à 480 km des côtes de l'Argentine et comptant un peu moins de 3000 habitants. Le Royaume-Uni administre les Malouines depuis 1833 et l’Argentine n’a eu de cesse de les réclamer depuis lors. Elle considère en effet en avoir hérité en 1816, en prenant son indépendance vis-à-vis de la couronne espagnole. Le 2 avril 1982, l’armée argentine avait envahi les Malouines, déclenchant une guerre qui s’était soldée par une victoire britannique le 14 juin. En 72 jours, 900 soldats étaient morts, dont une majorité d’Argentins.

Les tensions entre les deux pays avaient été ravivées par la découverte en 2010 de gisements de pétrole estimés à 350 millions de barils. 

Le gouverneur de l’archipel, Nigel Haywood, devrait prochainement apporter les actes du referendum au Comité de décolonisation de l’ONU, tandis que le Sénat argentin prévoit de voter cette semaine une motion rejetant la consultation. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello
Journal — Terrorisme
Tuerie à la préfecture de police : « J’ai eu l’impression qu’il était possédé par le diable »
Mickaël Harpon se considérait comme frappé par une triple peine : handicapé, agent (administratif et non policier) et musulman. À l’issue d’une nuit folle où il s’imagine dialoguer avec Allah, l’informaticien de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris va tuer quatre collègues.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Discrimination des femmes : la Défenseure des droits met un carton rouge à l’Olympique lyonnais
Dans une décision dont Mediacités révèle la teneur, l’autorité indépendante, saisie par une ancienne joueuse, reproche à l’OL de ne pas respecter « les principes fondamentaux de non-discrimination fondés sur le sexe » et « la protection de l’intérêt supérieur des jeunes filles mineures ». Tout le football français est concerné.
par Justin Boche (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85