Référendum aux îles Malouines: 99,8% votent pour rester Britanniques

Les électeurs des îles Malouines (Falklands en anglais, Malvinas en espagnol) ont voté à 99,8% pour rester dans le giron de la couronne britannique. Résultat spectaculaire pour ce referendum organisé les 10 et 11 mars et dont le taux de participation s’élève à 90%. Sur 1513 votants, seuls 3 se sont prononcés en faveur du « non ».

Les électeurs des îles Malouines (Falklands en anglais, Malvinas en espagnol) ont voté à 99,8% pour rester dans le giron de la couronne britannique. Résultat spectaculaire pour ce referendum organisé les 10 et 11 mars et dont le taux de participation s’élève à 90%. Sur 1513 votants, seuls 3 se sont prononcés en faveur du « non ».

Le Premier ministre britannique, David Cameron, a salué un résultat « on ne peut plus clair » et a demandé à ce que tous les pays, dont l’Argentine, « respecte » la volonté des Kelpers (mot de l’argot britannique pour désigner la population des îles Malouines).

De son côté, l’Argentine considère ce referendum comme illégal puisqu’il n’a pas été convoqué ni supervisé par les Nations Unis. Elle ne reconnaît pas non plus le droit à l’autodétermination des Kelpers, qui constituent selon elle une « population implantée » par les Britanniques. « Nous ne prétendons pas leur enlever leur identité ou leur mode de vie, ils sont britanniques, mais le territoire qu’ils habitent ne l’est pas », avait déclaré le lundi 11 mars, Alicia Castro, ambassadrice d’Argentine à Londres.

Ce referendum fait suite à la lettre que la présidente argentine, Cristina Kirchner, avait adressée le 3 janvier dernier à Cameron pour lui demander de mettre fin au colonialisme britannique et de se conformer à la résolution de l’ONU sur les Malouines. Cette résolution, datant de 1965, invitait les deux pays à trouver une solution négociée au conflit.

Voici près de deux siècles que les deux pays se disputent cet archipel situé à 480 km des côtes de l'Argentine et comptant un peu moins de 3000 habitants. Le Royaume-Uni administre les Malouines depuis 1833 et l’Argentine n’a eu de cesse de les réclamer depuis lors. Elle considère en effet en avoir hérité en 1816, en prenant son indépendance vis-à-vis de la couronne espagnole. Le 2 avril 1982, l’armée argentine avait envahi les Malouines, déclenchant une guerre qui s’était soldée par une victoire britannique le 14 juin. En 72 jours, 900 soldats étaient morts, dont une majorité d’Argentins.

Les tensions entre les deux pays avaient été ravivées par la découverte en 2010 de gisements de pétrole estimés à 350 millions de barils. 

Le gouverneur de l’archipel, Nigel Haywood, devrait prochainement apporter les actes du referendum au Comité de décolonisation de l’ONU, tandis que le Sénat argentin prévoit de voter cette semaine une motion rejetant la consultation. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.