Pauline Carnet
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 juil. 2013

Pauline Carnet
Abonné·e de Mediapart

Les indignés espagnols manifestent à Londres contre Trillo, ambassadeur soupçonné de corruption

Munis de casse-croutes de chorizo, les Indignés espagnols de Londres ont manifesté ce jeudi 18 Juillet contre l’ambassadeur Federico Trillo. Celui-ci est soupçonné d’avoir reçu jusqu’à 128 413 euros via la caisse B du Parti Populaire (PP) – caisse financée illégalement par des entreprises du secteur de la construction.

Pauline Carnet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Munis de casse-croutes de chorizo, les Indignés espagnols de Londres ont manifesté ce jeudi 18 Juillet contre l’ambassadeur Federico Trillo. Celui-ci est soupçonné d’avoir reçu jusqu’à 128 413 euros via la caisse B du Parti Populaire (PP) – caisse financée illégalement par des entreprises du secteur de la construction.

Le chorizo n’est pas seulement ce mets espagnol bien connu : en argot, il signifie également « voleur » ou « voyou ». Et Trillo, ex ministre de la Défense et actuel ambassadeur à Londres,  a tout l’air d’un chorizo. Entre 2003 et 2006, il aurait reçu 51 000 euros des mains de Luis Bárcenas, ex trésorier du PP (droite). Cette somme, selon les déclarations de Bárcenas au juge Pablo Ruz, aurait servi à payer les avocats des militaires imputés dans le crash du Yak-42, où 13 soldats espagnols de retour de mission en Afghanistan avaient trouvé la mort. Trillo aurait également touché 77 413 euros entre 2000 et 2001, afin de « compenser » sa perte de salaire lorsqu’il est passé de Président du Congrès (1996-2000) à ministre de la Défense (2000-2004).

Scandalisé par les affaires de corruption à répétition et par l’impunité dont bénéficient nombre de ceux qui y sont impliqués, le siège londonien du mouvement 15M avait donc convoqué « Un barbecue de chorizo » devant l’ambassade espagnole. Faute de charbon, du pain et du chorizo ont été offerts de bon cœur et savourés avec plaisir.

Parmi les manifestants, plusieurs générations sont représentées. Les jeunes ne sont en effet pas les seuls à émigrer. Maria, géologue de 45 ans, a décidé d’émigrer au Royaume-Uni avec son mari après avoir perdu son emploi et avant, dit-elle, de tomber dans la dépression. Maria n’est pas seulement révoltée, elle est écœurée : « Je ne supporte plus de voir tant de gens souffrir et de voir que certaines personnes, qui ont des postes politiques importants, se remplissent les poches, volent à pleines mains et en toute impunité en plus, c’est ça le pire. ». Son mari renchérit : «  Ce monde, il faut le changer (…) les pays démocratiques doivent être véritablement démocratiques, gouvernés par le peuple et pour le peuple ».

En colère, les manifestants ont hué, sifflé et insulté chaque nouvelle personne qui entrait dans l’ambassade. Il ont également scander les classiques du 15M : « Il n’y a pas assez du pain pour tant de chorizo ! » « Ils ne nous représentent pas ! », « Sans vergogne ! », mais aussi « Trillo, que te pillo ! » (Trillo, attends que je t’attrape !).

Une assemblée s’est ensuite organisée afin que chacun puisse s’exprimer sur la situation politique espagnole et sur les futures actions à mener. Certains montraient des signes de désenchantement, constatant qu’en dépit de plusieurs années de mobilisations, des corrompus étaient toujours au pouvoir. D’autres se déclaraient confiants, signalant même qu’il n’y a pas si longtemps, juste avant le printemps arabe, beaucoup pensaient également que rien ne changerait. Et pourtant…

En attendant la Spanish Revolution, tous sont déterminés à poursuivre les manifestations. Les indignés espagnols s’organisent à l’intérieur et à l’extérieur des frontières du royaume. En mai dernier est ainsi née la Marea Granate, « marée grenat », de la couleur du passeport espagnol. L’objectif est de créer un réseau d’assemblées internationales doté d’une capacité de coordination. Les émigrés espagnols, jeunes et moins jeunes, veulent ainsi signaler que s’ils ont quitté le pays, ils n’ont pas pour autant abandonné la lutte.

Le 18 Juillet, des « barbecues de chorizos » contre la corruption ont été organisés un peu partout en Espagne devant les sièges du PP, ainsi qu’à l’étranger, devant les ambassades et consulats espagnols, comme à Toulouse, Paris, Bruxelles, Vienne, Stockholm, Montevideo ou Mexico DF. A Madrid, un millier de personnes ont réclamé la démission de Mariano Rajoy, Premier ministre et chef du PP.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon