A la Défense, une habitante tient à sa vie de village

Jeanine Dolling possède un appartement dans la résidence des Damiers, à la Défense. Elle est contre un projet de construction de deux immenses tours de verre, qui remettrait en cause la “vie de village” du quartier.

La retraitée vient accueillir les visiteurs au métro de l’Esplanade de la Défense, qu'elle surnomme "la voie royale". “J’aime bien cet endroit. Je le fais même visiter à des touristes étrangers!” L’occasion de rappeler qu’elle vit à la Défense depuis 1982. “Quand je suis arrivée, ce n’était encore qu’un vaste bourbier”, se souvient-elle, en tapant du pied sur le gravillon lavé, comme pour insister sur le changement.

Cette ancienne contrôleuse de gestion, qui n'a pas souhaité montrer son visage, s'oppose au projet des tours l’Hermitage. Ces deux bâtisses de verre, hautes de 320 mètres, se tiendraient en bord de Seine, à quelques mètres seulement de sa résidence. L'annonce du projet remonte à 2007 mais les travaux n'ont pas encore débuté, ralentis par de multiples recours en justice. “Mon bâtiment, ils ne le détruiraient pas, mais ceux d'en face vont sauter. Ca aura des conséquence sur notre réseau d’électricité, de chauffage et d’eau car nous les partageons”, assure-t-elle.

Pour Jeanine, cet ambitieux projet immobilier signifierait la fin d’une vie de quartier à la Défense. “Les plans prévoient des infrastructures qui n’ont rien à voir avec les préoccupations des familles: une discothèque, une galerie d’art...Ici, nous n’avons pas besoin de ça,” estime-t-elle.

C'est clair, Jeanine est décidée à ne pas quitter son quartier. Malgré les bâtiments décrépis et peu attirants, surtout par un jour de pluie, elle défend son lieu de vie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.