Un fonds de modestie pourrait-il être libéré?

J'entends des discours de « modestie » alors qu'il y a quelques jours c'était le « contrôle » sanitaire qui était assuré. Nos déplacements pourraient à présent être monitorés par smartphones. Cela témoigne-t-il d'un contrôle ou d'une perte de contrôle ? Je pense que l'être humain peut se montrer paradoxal et contradictoire, mais peut-on accepter cette tendance, en toute modestie ?

Ils ont appelé la pluie. Elle ne vient pas. Ils ont attendu sans cesser d’implorer que le ciel leur envoie ce bien précieux qui nourrit les cultures. Patiemment. Sans jamais cesser.

Et la pluie est arrivée (ma dermatologue est ravie[1]). Quelle fête ! ils ont été entendus. Seules quelques gouttes. Juste de quoi humidifier la croûte désertique.

Modestement, le travail reprend. Ils attendent les récoltes de maïs, cet or qui les nourrit et bénit leurs gestes quotidiens.

En ces temps d’épidémie, les politiques se veulent « modestes » et ils le répètent car « évidemment », leurs mesures ont été « bien calibrées » jusqu’à présent et « proportionnées », évidemment ! Tout était sous contrôle!

Et aujourd'hui, ils libèrent des milliards !

L’intérêt économique a été au-devant de la scène, pesé dans une balance où les coûts humains n’ont cessé de s’alourdir ! Désormais, ils rappellent que c’est le comportement individuel qui fera la différence, « évidemment »  ! Les décisions politiques ne seraient pas impliquées. Le peuple n’aurait pas su se conformer aux mesures qui disaient « restez chez vous » et de l’autre « allez travailler ». Un paradoxe qui donne encore le tournis aujourd’hui à certains d’entre nous.

Maintenant, nos smartphones risquent de nous pister pour nous punir de n’avoir pas compris les mesures qui rendent fou. Il y aura des amendes, « pour faire comme dans les pays voisins ». Un exemple justifiant les sanctions, peut-être ? Et pourquoi donc ne pas avoir pris la mesure du danger alors qu’il allait nous impacter ? D'autre part, est-ce que le pistage favorisera la confiance en nos gouvernements ? Quel impact cela aura-t-il sur nos interactions à toutes et à tous ?

Pour être modestes, un fonds de modestie pourrait-il être libéré ?

 

 

[1] Voir mon billet intitulé « Les conseils de ma dermatologue: restons à la maison! »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.