Le tarot du virus

Le tirage du tarot vous encourage à ne pas croire à ce que les cartes vous disent.

Tarot et Voyance online, tarif compté à la minute

  • Ok, alors rapidement, c’est quand que le COVID-19 sera terminé ?
  • Vous n’avez pas vu les chiffres ?
  • Oui mais je vous demande ce que disent les cartes ?
  • Il faut regarder les courbes de contamination, les décès, voir quand la courbe redescend, quand il y a une prévision d’immunité de population.
  • Vous me faites perdre mon temps ! Que disent les cartes ?
  • Si vous insistez… je mélange les arcanes.
  • Les arcanes disent ne rien savoir. Ils nous disent que nous faisons face à l’incertitude. Il ressort aussi que les chiffres ne sont pas plus valables que ce que les arcanes peuvent vous dire ou ne pas vous dire. Et que même les spécialistes n’en savent pas grand-chose.
  • Quoi ?! Et vous me demandez de payer sans me donner de réponse !

Les arcanes du tarot sont remplacés par les chiffres et scenarii prospectivistes. Je suis frappé par la multiplicité des discours anticipatoires, divinatoires. Comment vivra-t-on demain ? Assoiffés de causalité, d’aucuns s’en donnent à cœur joie pour expliquer ou interpréter les chiffres de l’avancée du virus et de ses répercussions, qu’il s’agisse des chiffres concernant la santé de la population, l’économie ou la géopolitique.

Nous voulons savoir. Lire dans la boule de cristal. Comment vivra-t-on demain ?

Je me demande ce que cette question produit en termes d’action ou de non-action ? Est-ce que l’art divinatoire nous renseigne ou nous oriente ? Limite-t-il notre champ d’action ou induit-il certaines réactions susceptibles de s’auto-réaliser ? Penser le futur me semble crucial. Une question m’obsède : comment penser le futur sans le dessiner ou l’arrêter ?

Plutôt que de chercher une vérité, pourquoi ne pas poser des questions, s’interroger, douter de la valeur des chiffres ou les nuancer et ainsi développer un discours opératoire ? Tout comme l’anthropologue qui parle d’une « objectivité entre parenthèses », pourquoi ne pas mettre les chiffres et les discours de voyance entre parenthèses, le temps de trouver un remède à la suite ? Ne faudrait-il pas qu’ils nous permettent d’éviter certaines dérives et injustices ? Quelles seraient ainsi les dérives à éviter et comment faire autrement ? Comment guider nos actions dans le sens de penser un après en évitant de reproduire les erreurs du passé ?

Chercher à vivre au-delà des calculs, se relier aux autres et au monde.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.