p.bot
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 déc. 2015

Déchéance de la nationalité ou la récupération de nos peurs

p.bot
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cela se profilait et sans rien dire, le gouvernement veut introduire la possibilité de déchéance de la nationalité pour les binationaux nés sur le sol français. Cette mesure est tout d'abord d'un caractère dissuasif limité dans la mesure où les personnes ciblées font le choix, au travers de leurs actes, de renoncer à tout attachement aux valeurs de la France. Et pour cela ils n'ont besoin d'aucune loi. Il suffit de se rappeler les images de français brulant leurs passeports en terre syrienne. Vous me direz, raison de plus pour les déchoir. 

Cela pourra calmer ceux de nos binationaux qui auraient de velléités de terrorisme, certes. Cela pourra certainement faire peser une épée de Damoclès sur tous ceux, et certainement les plus nombreux, qui n'ont aucunement ces profils, mais qu'un pouvoir administratif (et oui, nous risquons de vivre en état d'urgence un bon moment!) pourra à loisir cibler. 

Cela touche ensuite à un principe fondateur des valeurs de notre pays, le droit du sol. Nos élites tentent de nous faire renoncer à ce droit fondamental, qui est, à mon sens, une des bases de notre lien social et un facteur essentiel d'intégration. Imaginez la capacité d'intégration d'hommes et de femmes nés sur notre sol de parents ayant fait le choix ou subi l'immigration, ne disposant pas des mêmes droits qu'un français pour la simple raison que leurs parents ne l'étaient pas! 

Les cyniques me répondront qu'en matière d'intégration le fait d'être ou non français n'y a pas fait grand-chose quand on observe aujourd'hui que  des terroristes sont nés sur le sol français de parents issus de l'immigration. C'est là, la véritable question : pourquoi ces hommes et femmes ont fait le choix de la radicalisation? Par idéal religieux? Je ne crois pas. La radicalisation religieuse est un réceptacle d'un rejet bien plus grave et qui prend sa source chez nous, en France, dans nos banlieues et ailleurs. Même si rien n'excuse leurs actes, il est peut être temps d'essayer de comprendre leur descente en enfer. Ces personnes ont grandi en marge de notre société de consommation, avec échec scolaire, échec professionnel, chômage, racisme, délinquance. Ils se sont révoltés en 2005. Et que brulaient ils? Des crèches, des écoles, des centres sociaux, tous les symboles d'une société qu'ils rejetaient puisqu'elle les conduisait à la marginalisation. Nos élites n'ont voulu y voir que des actes de vandalisme de jeune en mal de reconnaissance. Ce mal était bien plus profond que cela et rien n'a été fait pour y apporter un début de réponse. Dès lors que la république avait abandonné la place, le terrain était ouvert à toute forme de récupération de ce rejet. Et que font nos élites aujourd'hui? Plutôt que d'admettre leur part de responsabilité, elles choisissent de rejeter ceux et celles qu'elles peuvent encore rejeter. Pour autant ces terroristes nés sur le sol français sont  français. Ils sont tels que la France les a fait. Refuser d'admettre que notre société actuelle est une fabrique à exclusion ne règlera pas le problème.

Nos élites ont bien plus à perdre qu’à y gagner et ont fait le choix délibéré d’instrumentaliser les peurs du plus grand nombre à leur profit. A court terme elles sont gagnantes et nous rassurent en se montrant capable de les éradiquer. Mais à moyen terme qu’en sera t il quand la marginalisation originelle de quelques quartiers de banlieue aura gagné l’ensemble de notre classe moyenne et que nous aurons accepté de renoncer à nos libertés ? Que ce passerait il si le rejet de cette société devenait plus fort que nos peurs ?

A quelle récupération serions nous exposés ? Celle de nos élites dans la surenchère de la peur ou celle de tout groupe organisé nous promettant des jours meilleurs ? Nos élites pourraient elles alors déchoir de leur nationalité des français nés en France de parents français ? Les solutions seraient bien pires.

Finalement le consensus de nos élites, allant de la gauche à l'extrême droite, s'affiche jour après jour. Mais devons nous encore raisonner avec cette construction où plutôt aborder ces mêmes élites comme un corps d'hommes et de femmes privilégiant leurs intérêts et utilisant la peur qu'ils ont diaboliquement distillée pour accroitre encore et encore leur pouvoir au mépris de toute démocratie. Cela me rappelle étrangement une période de notre histoire que je n'ai pas vécue et qui a conduit à la seconde guerre mondiale.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra