p.bot
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mars 2016

Crise à EDF : Machiavel aux commandes

Rapide analyse d'un dossier de financement doublant la dette d'une entreprise en mauvaise santé, ou comment privatiser EDF

p.bot
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si nous imaginons que ce projet voit le jour, il sera nécessaire de la financer. Hors c'est par la dette que ce projet verra le jour. Les banques seront donc interrogées pour un financement de projet de 23 à 30 milliards d'euros avec les conditions suivantes:

    Doublement de la dette globale de l'entreprise dont la santé financière est obérée

    A priori un collatéral sur les constructions et les installations

     Pas de garantie sur la dette

Mon expérience sur ce genre de sujets me laisse à penser qu'une banque "normale" refuserait ce dossier, même dans le cas d'une faible participation à une syndication.

Seul élément positif l'actionnariat de l'entreprise, à savoir le souverain France. Et c'est là que Machiavel entre en piste. Les banques acceptent le financement compte tenu de la signature de l'actionnaire. Ensuite le projet prend l'eau et entraine avec lui EDF (ce sera la version officielle si le reste des activités nucléaires finissent également par la couler). EDF n'aura pas les fonds propres suffisants pour absorber les pertes et les banques se retourneront alors vers l'actionnaire pour réclamer leur du. Mais rigueur budgétaire oblige l'actionnaire, représenté par les hauts fonctionnaires et ministres en charge du dossier refusera de mettre le moins euro. et oui ils auront l'argument ultime : ne pas faire payer à nous, pauvres contribuable la gabegie d'une gestion hors norme et les trop grands risques pris. Alors que faire? Démanteler et privatiser. Mais qui profitera de cette privatisation? Les banques assurément qui lorgnent depuis des décennies sur cette perle qu'est EDF et qui n'hésiterons pas à la détruire pour ne garder que les secteurs qui rapportent. Ah oui j'oubliais, le nucléaire ne sera pas privatisé. Au nom de la transition énergétique une structure ad hoc sera créée pour assurer le démantèlement de ce parc si coûteux. Et qui payera, vous et moi. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti