pédopsy38
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 oct. 2021

On achève bien la pédopsychiatrie

La pédopsychiatrie : une discipline médicale qui se meurt faute d’un financement à la hauteur des enjeux que sont nos enfants et leurs souffrances.

pédopsy38
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que la télévision lance la série « En thérapie » (E. Toledano et O. Nakache) sur Arte montrant l’intérêt qu’une partie de la société civile présente pour cette question, les politiques en sont toujours aux effets d’annonce, refusant de voir l’étendue de la souffrance d’un peuple durement éprouvé par les traumatismes d’un monde violent et en pleine mutation. Alors que la détresse des étudiants et celle de leurs parents est largement relayée par la pressei, la réponse des pouvoirs publics n’est pas à la hauteurii. Comme de nombreux acteurs de la société civileiii, nous nous demandons légitimement : que se passe-t-il ? Qui, parmi les dirigeants politiques, se soucie de son peuple et de ses souffrances ? 

Nos élus et les hauts fonctionnaires d’Etat ne peuvent pas dire qu’ils ne savent pas. Les équipes de pédopsychiatrie sont en grande souffrance. Chaque semaine, avec chacune des équipes de CMPE (Centre Médico-Psychologique pour Enfants et adolescents) dans laquelle je travaille, nous nous astreignons à ce qui est devenu une séance de torture collective : nous étudions les dernières nouvelles demandes. Par exemple, Eva, une jeune fille de 16 ans est adressée par l’infirmière de son lycée, elle est désespérée, son père vient de se pendre, elle se scarifie les bras et va de moins en moins souvent en cours. Par exemple, Maé, un petit garçon de cinq ans est adressé par la psychologue scolaire, car il se réveille plusieurs fois par nuit, il hurle souvent, il aligne les jouets sans écouter la maitresse et tourne en rond dans la cour sans entrer en contact avec les autres. Par exemple, Kilian, un enfant de 12 ans est adressé par son médecin traitant, il dit être harcelé au collège, il fait des cauchemars et a beaucoup maigri…

À toutes ces demandes, nous ne proposons aucun rendez-vous. 

Nous ne le pouvons pas. 

La honte nous submerge à la fin de chaque exposé de la demande pour un enfant souffrant. Pourtant chaque soignant a déjà en tête comment il pourrait s’y prendre pour aider cet enfant. Mais il baisse les yeux, il est déjà épuisé par les prises en charge en cours. Il ne pourra pas aller plus loin dans sa surcharge chronique de travail, il ne pourra rien ajouter à son planning lourd de situations si préoccupantes : les sorties d’hospitalisations en pédopsychiatrie ou en pédiatrie, les situations graves de l’Aide Sociale à l’Enfance (enfants battus, violés, maltraités...), les enfants qui relèvent d’hôpitaux de jour, d’IME (Institut Médico-Educatifs) ou d’ITEP (Institut Thérapeutique, Educatif et Pédagogique) et qui n’y ont pas encore de place car ces services sont saturés, les enfants d’IME et d’ITEP qui y ont trouvé une place mais qui ont besoin d’un psychiatre faute de psychiatre en interne, les enfants adressés par d’autres collègues pédopsychiatres car les familles ont déménagé, les anciens patients qui font une rechute… 

Donc chaque semaine, voire souvent deux fois par semaine, se répète pendant une petite heure ce qui a toutes les caractéristiques d’une séance de torture mentale. La secrétaire nous lit la demande, nous raconte la mère qui a pleuré de désespoir au téléphone, les parents au chômage qui ne peuvent pas payer les séances en libéral, la recherche éperdue d’une orthophoniste, les parents qui sont venus eux-mêmes soutenir la demande pour leur enfant et qui ont fait comme une première consultation dans le bureau de la secrétaire. Chaque lecture d’une nouvelle de demande se fait tête basse pour chacun, la secrétaire cherche nos regards, elle ne veut pas être seule devant ce raz-de-marée de désespoir. Nous sommes broyés par la situation d’Eva, de Maé, de Killian et des nombreux autres enfants des semaines précédentes, mais nous savons à l’avance que nous n’y pourrons rien. Nos réponses sont robotisées d’une réunion à l’autre : les adresser en libéral qui se trouve saturé lui aussi, ou bien au point Ecoute-Jeune de la ville voisine, ou bien à la maison des adolescents de Grenoble où nous savons qu’ils n’iront pas car la distance et les difficultés de mobilité en rendent l’usage restrictif. La culpabilité devient l’élément central de nos réunions dites cliniques. Comme Sophie dans le livre de William Styron nous pouvons nous dire le soir en tentant de nous endormir : « je me sens tellement coupable de toutes les choses que j’ai faites là-bas. Et même d’être encore en vie. Cette culpabilité est quelque chose dont je ne me délivrerai jamais. Jamais ». Ainsi la culpabilité de laisser chaque semaines tant d’enfants en souffrance, nous plonge à notre tour dans la souffrance. Certains en deviennent très malades : cancer, burn-out, dépression… Une consultation des risques psycho-sociaux s’est mise en place récemment dans notre hôpital pour essayer de prendre en compte la souffrance de celles et ceux qui sont empêchés de remplir leur mission. 

Alors que penser lorsque notre président du Conseil national de L’Ordre des médecins, le Dr Patrick Bouet, affirme dans son éditorial du Bulletin 70 de l’Ordre national des médecins (nov-déc 2020, p.3) : « Nous vivons depuis bientôt dix mois une crise sanitaire, économique et sociale, sans précédent […] Nous ne tolèrerons pas que nombre de nos citoyens puissent être abandonnés demain aux portes des soins. (en gras dans le texte) […] Soigner chacun est un élément fondateur de notre pacte républicain ». 

Ce médecin travaille-t-il dans le même pays que les services de pédopsychiatrie ? Comment peut-il ignorer que nombre d’enfants n’accèdent pas aux soins, et cela depuis plusieurs années ? 

Mercredi soir 27 janvier sur France 3, lors de l’émission « Pièces à Conviction » qui traitait des conditions alarmantes de mises en danger des enfants dits « placés » de l’Aide Sociale à l’Enfance, Adrien Taquet notre secrétaire à la protection de l’enfance l’a affirmé deux fois : « le problème est que la pédopsychiatrie est à terre ». Depuis vingt ans elle le clame, elle le crie, elle alerte…. sans effets. Ainsi la cause des enfants semble inaudible, tant par nos politiques, nos hauts fonctionnaires d’état, notre président du Conseil national de l’Ordre… et les soignants sont en train d’en payer le prix fort. La culpabilité est en train de les terrasser. On achève bien la pédopsychiatrie pourrait-on se dire, en parodiant le titre du film « On achève bien les chevaux » qui dénonce l’absurdité de la condition humaine dans une danse marathon déshumanisante. 

Porter le problème devant les tribunaux pourrait être une alternative aux maladies et autres risques psycho-sociaux encourus par les soignants. Et, à l’instar du Tribunal administratif qui reconnaît le bien-fondé de la plainte portée par les associations de « l’Affaire du siècle » pour carence de l’Etat dans sa responsabilité écologique, rêver que la justice reconnaisse la responsabilité de l’Etat dans les souffrances occasionnées aux citoyens-patients et aux fonctionnaires-soignants en sous effectifs structurels depuis de nombreuses années.

Docteur Pédopsy38

Pédopsychiatre en CMPE

i Mediapart, 04.02.2021, « 2020-2021, une année noire pour les parents des étudiants », Khedidja Zerouali. 

ii Libération, 15.01.2021, « l’aide psychologique universitaire au bout du rouleau », Elise Viniacourt, 

iii Médiapart, 04.02.2021, op.cit. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi