peioroth64
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 déc. 2019

peioroth64
Abonné·e de Mediapart

Le premier jour de grève de ma vie

Je n’ai encore jamais fait grève. Pourquoi ? C’est simple: je suis un privilégié. A 43 ans, ingénieur en développement logiciel travaillant dans le privé, je gagne très bien ma vie. Mais le 5 décembre prochain, je ferai le premier jour de grève de ma vie: voilà pourquoi.

peioroth64
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mon premier jour de grève

Je n’ai encore jamais fait grève.

Pourquoi ? C’est simple: je suis un privilégié. A 43 ans, ingénieur en développement logiciel travaillant dans le privé, je gagne très bien ma vie.

Alors voilà pourquoi je vais faire grève le 5 décembre prochain.

Mon “background”…

… social

Issu d’une famille que je qualifierais d’engagée, j’ai trempé très tôt dans le bénévolat: le goût de l’effort pour les autres a toujours été un de mes moteurs. Bénévole dès mes 18 ans sur l’organisation du Carnaval Biarnés, j’ai eu l’honneur d’en être le président pendant 4 ans. Comme je l’explique dans mon post “Du changement dans l’air”, notre slogan d’alors était:

Le Carnaval Biarnés est ouvert à tous, qu’on soit d’ici ou d’ailleurs, quel que soit le contenu de son porte-monnaie. Il est un lieu d’échange et de partage où l’on répare les coeurs.

Fête ultra-populaire, elle draine une mixité incroyable dans les rues et sous son grand chapiteau autour d’un événement festif, véritable exutoire aux injustices de l’année passée. S’y côtoient des familles de toutes classes sociales, des étudiants, des CSP+, des marginaux, etc…

… écolo, version “light”

Une enfance très heureuse avec des moments inoubliables en famille en pleine nature m’a donné un goût prononcé pour l’écologie mais sans engagement concret (à part mon vote) dans la vie. Prise de conscience lente et puis choc à l’été 2018 qui m’a conduit à écrire “Mon petit guide sur l’effondrement”

… scolaire et professionnel

Parcours traditionnel d’un ingé en France. Math sup & spé puis ENSEIRB-MATMECA.

Je n’ai pas eu le parcours professionnel standard d’un ingé qui rentre pour faire carrière et gravit tous les échelons d’un même grand groupe. A l’heure actuelle dans une PME dans le domaine médical, je suis déjà passé par 8 entreprises dont 1 startup, 2 PME et 5 grands groupes (dont Legrand, Areva et Alstom)

L’élection de Macron et les désillusions

J’ai voté pour Macron. J’y ai cru parce que je saturais de la caste en place, des éternels vieux schnocks de la politique: je n’avais connu qu’eux depuis mes jeunes années ! Macron“semblait” avoir un discours équilibré et il incarnait le renouveau auquel j’aspirais (cf. mon article “Du changement dans l’air”)Naïf ? Certes. Un peu “dégagiste” aussi.

Le sens des mots

J’ai vite compris mon erreur. Le problème majeur ? Le sens des mots. Je suis de formation scientifique. Les faits sont les faits. Les données sont les données. Aucun discours, aucune parole aussi bien tournée, ne peut me détourner des faits. Et surtout des actes.

Je ne vous ferai pas ici la liste des innombrables envolées lyriques de notre cher président qui, dans les faits, se sont traduites par des actes au total opposé. Que ce soit pour le CETA, pour les violences policières, pour le climat, les gilets jaunes, etc…

Je considère qu’il a complètement décrédibilisé la parole politique déjà fort mal en point alors que j’avais en parti voté pour son soit-disant franc parler et son honnêteté intellectuelle. En un mot ? La CATA.

Le mépris

Mensonges, contre-vérités, dévoiements. Là où ce “jeune” homme de mon âge avait fait naître l’espoir d’un homme politique nouveau, il s’est avéré juste être un beau parleur déversant un flot de mots sans valeur puisque non suivis des faits. Pire, son mépris du peuple m’a glacé le sang. Attention, ne vous y méprenez pas: je ne vise pas uniquement Macron. Ses lèche bottes de députés me sont devenus insupportables. Rien ne dépasse de cette majorité LREM, pas un pour s’offusquer, lever la voix sur les fondamentaux. Les seul.e.s a avoir osé défier le roitelet ? => dehors. Mépris du parlement donc, aussi… *soupirs*…

L’imposture

Macron m’a eu. Il m’a eu sur un sujet particulier qui me tenait vraiment à cœur. Le monde de l’entreprise très hiérarchisé, souvent tenu par les premiers arrivés, mâles, blancs, grisonnants et bedonnants est en train de changer. On parle d’entreprise libérée où le leadership est défini par la compétence. Macron parlait beaucoup de transversalité, de confiance dans le savoir-faire de la société civile. Son élection promettait un avenir piloté par les “faiseurs” et “faiseuses”, les hommes et femmes de terrain, quel que soit leur niveau.

Je suis agiliste depuis plus de 15 ans et je pousse mes compétences en design logiciel tous les jours, adepte du “software craftsmanship”. Je travaille dans une entreprise dont l’organisation est très plate. Chacun, leader dans son domaine. Macron est un imposteur sur ce plan là, encore.

... dans les faits ? Pipeau total.

La finance partout

Mon entreprise est une PME, filiale d’un grand groupe. Aider les entreprises, c’est bien, a priori. Mais :

  • balancer 20 milliards sans contre partie et compter 700 enfants dans les rues après avoir promis la main sur le cœur que plus personne ne dormirait dehors ?
  • négliger la fraude fiscale et s’acharner sur la fraude (marginale !) au chômage ?
  • etc…

Trop c’est trop. Je n’en peux plus de ce système qui broie les gens. Le quotidien est dur. Il ne devrait pas car nous sommes un pays riche. Il m’est devenu insupportable de savoir que les milliards d’un Bernard Arnault dorment ou fructifient alors que nos infirmiers et infirmières luttent tous les jours et à tous les autres à qui on demande des efforts.

Pourtant je ne me destinais pas à ce type de comportement mais Macron a cristallisé ma rage.

L’effondrement

Le pompon ? Le climat. Rien. Absolument rien n’est fait. Comme je l’expose dans “Mon petit guide sur l’effondrement”, je suis persuadé que notre système capitaliste dévastera tout. Animaux, forêts, océans, Humanité.

Je n’étais pas fondamentalement anti-capitaliste. Ma prise de conscience écologique et la caricature qu’est devenue Macron m’ont ouvert les yeux. Serait-ce le bon côté de Macron ? Il serait l’icône d’un système qui dévore les gens et la planète et qui doit être changé. Maintenant.

Sans méchanceté aucune, vraiment: le drame c’est que Macron n’aura pas d’enfant. Il ne connaîtra pas ce moment délicat pour un papa : celui de continuer à jouer avec ses enfants en gardant le sourire… avec au fond de soi ce pincement au cœur, cette peur à dissimuler, ces yeux humides et cette certitude que ses petits bouts d’amour souffriront, beaucoup, demain. Par notre faute. Et surtout, l’inconscience, l’incompétence et la suffisance de nos dirigeants.

L’essentiel: l’écologie et le social

L’actualité, mes lectures, mes sensations, tout converge… J’ai pris conscience que tout est lié, entremêlé.

  • On ne peut pas dissocier l’écologie et le social
  • On ne peut pas dire que la croissance est découplée de l’impact écologique
  • On ne peut pas dire et faire l’inverse de ce qu’on a dit
  • On ne peut pas tout financiariser
  • Je ne VEUX plus que quelques-uns mettent en péril le reste du monde en baignant dans des piscines de dollars

Face à l’effondrement planétaire en cours, nous ne pouvons pas rester sans rien faire. Le papa que je suis n’a pas le choix. Pour essayer d’apaiser mes nuits, je dois entrer en action pour pouvoir regarder mes enfants en face, pour cette infirmière dévouée, pour ce prof qui bricole pour “tenir” encore, etc…

Alors chers amis, cadres du privé, Macron et son gouvernement va essayer de nous enfumer encore et encore: il va pointer les cheminots et la défense de leur régime mais NON NON et NON !!! Le problème n’est pas là.

Le 5 décembre je ne vais pas défendre un régime en particulier, je vais protester contre ce monde financiarisé qui écrase tout sur son passage pour le bien-être de quelques-uns. Il y a un “pognon de dingue” sur cette planète. Et bien par notre action déterminée et concertée, il faut maintenant qu’on impose à ces profiteurs une nouvelle donne, pour les gens, pour le bien commun, pour la planète et le vivant.

C’est donc décidé, le 5 décembre, j’y serai!

Le 5 décembre, je ferai donc le premier jour de grève de ma vie pour soutenir:

  • les urgentistes
  • les pompiers
  • les cheminots
  • les agriculteurs
  • les étudiants
  • les routiers
  • les chômeurs
  • les commerçants
  • les postiers
  • les avocats
  • les gilets jaunes
  • les agents de la fonction publique
  • les policiers
  • et plus généralement, tous ceux qui souffrent de par ce système de merde

J’irai crier ma rage pour nos enfants, pour la planète, pour le vivant.

#TousEnGreveLe5

Article copié/collé depuis l'original: ici

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme