penseurlibre147
Comptable
Abonné·e de Mediapart

212 Billets

2 Éditions

Billet de blog 15 mars 2016

SUPPRESSION DU CICE = OUVERTURE D'UN DEUXIEME FRONT

INTRODUCTION : > Il y a 2 façons de precevoir le monde autour > La façon normative : ce qui est bien et ce qui est mal. > Il y a aussi le point de vue d'un monde en mouvement, cinétique. > Ce point de vue n'est pas sans danger car on peut y perdre ses normes, ses convictions. > Mais il y a aussi des possiblités nouvelles dans ce point de vue :

penseurlibre147
Comptable
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  Actuellement le gouvernement est dans un mouvement de recul.

  Dans un match de boxe on voit souvent que quand un des boxeurs recule, que l'autre boxeur essaie de rouer de coups le boxeur qui recule, car   comme celui n'a plus d'appuis les coups font plus mal.

  Le gouvernement est dans un mouvement de recul donc vulnerable : il est donc possible de lancer d'autres attaques en même temps : Le CICE est un angle d'attaque favorable en ce moment car le Medef n'a pas du tout respecté le contre-partie : un effort au niveau de l'emploi par les entreprises.

  Le CICE s'est transformé un cadeau fiscal de 40 millards dEeuros, 40.000.000.000 EUROS aux entreprises sans contre-partie de leur part. Supprimer le CICE est donc normal car le contre-partie n'est pas respecté par les entreprises.

  Comme la mobilisation du 9 mars 2016 était un peu en dedans il est aussi utile d'ouvrir un deumième front : la suppression du CICE, car le contrepartie (effort sur l'emploi) n'a pas été réalisé.

  Comme le gouvernement est en mouvement de recul l'impact de cette 2e révindication sera d'autant plus grand.

  Précision : la révindication de la suppression du CICE n'est pas du tout un surenchère inconsidéré, mais un moyen d'information à la population sur l'échec du CICE, avec comme but de faire monter la colère.

  M. Xavier Betrand (LR) a même dit qu'on (lui) peut y perdre beaucoup plus que la loi travail elle-même..... et je suis convaincu qu'il a raison.

 Attaquer le CICE avant était difficile car "on devrait attendre les effets positifs sur l'emploi".

 Or il est clair maintenant que ces effets positifs n'existent pas, car le chômage continue d'augmenter.

 De ce fait, le monent est propice pour attquer le CICE. Et je suis convaincu que démontrer que le CICE s'est transforlmé dans un cadeau de 40.000.000.000 d'Euros aux entreprises sans contre-partie fera monter la colère.

 J'espère que cette reflexion est utile.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le RN s’installe, LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach