Loi anti-hooligans non-utilisée, donc le gouvernement souhaite les violences.

La loi anti-hooligans permet de condamner des personnes violentes à pointer au bureau de police aux moments des manifestations (sportives mais pas seulement). Non-utilisation de la loi anti-hooligans prouve que le gouvernement souhaite les violences pour discréditer le mouvement Gillets Jaunes.

La loi anti-hooligans permet de condamner des personnes violentes à pointer au bureau de police aux moments des manifestations (sportives mais pas seulement) Non-utilisation de la loi anti-hooligans prouve que le gouvernement souhaite les violences pour discréditer le mouvement Gillets Jaunes. Le gouvernement sait que les mesures à prendre après le "Grand Débat" ne seront pas prises. Les 124.000 manifestants "Gillets Jaunes" du 24 novembre sont donc à 100 % Crédibles. Le gouvernement veut les discréditer en refusant d'ordonner les casseurs, qui sont connus, de pointer dans un bureau de police de préférence à 20 km de Paris. Oui, c'est permis d'obliger le pointage loin des manifestations que les casseurs veulent utiliser pour commettre des actes de violence. Honte au gouvernement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.