Brexit : une sortie "sans accord" l'indépendance mise à mal

Des entreprises présentes au Royaume Uni dont les propriétaires sont étranger.

Quelques éléments en provenance de la réalité : Rolls Royce appartient à BMW, Austin Martin appartient à un consortium dans lequel sont présentes 2 sociétés koweïtiennes : Investment Dar et Adeem Investment. McDonalds appartient à McDonalds. La société française Pernod-Ricard possède 15 marques de whiskey, dont Chivas Regal. Les Apple Stores appartiennent à Apple. Les usines Toyota appartiennent à Toyota.

Est-ce utile d’insister sur « l’indépendance » économique du Royaume Uni après un sortie « sans accord » ?

Ah, j’oublie : quand 2 Livres Sterling valent 1 Euro, beaucoup d'entreprises britanniques seront rachetées par des sociétés étrangères. Et, pourquoi pas, même avant.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.