Le Darwinisme sociale, sa caractère impitoyabe

Le coronavirus COVID-19 révèle le caractère impitoyable du Darwinisme sociale.

Darwinisme sociale = la loi du plus fort et le chacun pour soi. La crise du COVID-19 met cruellement à la lumière cette idéologie. Les responsables politiques qui sont adeptes de cette idéologie : les États Unis (Trump) le Royaume Uni (B. Johnson) les Pays-Bas (Rutte) le Brésil (Bolsonaro) sont très réticents à imposer des mesures de confinement pourtant nécessaires. Ces pays sont aussi sous-équipés en capacités hospitalières. Ils considèrent à juste titre qu'ils sont fidèles à leur idéologie, donc ils n'auront rien à se reprocher. N'attendons pas de remords ou des regrets de leur part même quand le nombre de morts dans ces pays sera plus élevés qu'ailleurs. Ils sont fidèles à leur idéologie : Il y a trop de faibles sur terre, la nature (COVID-19) s'en occupe...

Précision : Quand ces responsables politiques prennent des mesures en protection de la population : c'est uniquement sous la contrainte = la pression exercée par les médias et l'opinion publique : De ce fait, ils considèrent ces mesures comme de reculades, ces mesures représentent un éloignement de leur objectif: La disparition des faibles de la planète Terre.

Quand l'espérance de vie baisse de façon conséquent (= beaucoup de personnes âgées perdent leur vie à cause du COVID-19) les caisses de retraite seront excédentaires....

Dernier exemple en date : Dans la période du lundi 23 mars 2020 au vendredi 27 mars 2020, M. Trump envisageait de décréter le confinement dans  l'Etat de New Jersey et l'Etat de New York. Mais dans le weekend du samedi 28 mars 2020 au dimanche 29 mars 2020 il revient sur ses intentions : Il préfère rester fidèle à sa doctrine de Darwinisme Sociale : Chacun pour soi.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.