PAS ENVIE, C'EST TOUT.

Ben voilà, je n’ai pas envie. Aucune envie. Rien. Nada. Pas même de faire un effort pour faire semblant. Un billet n° 1588 ? Non. Non. Pas envie, c’est tout.

jdd-trier

Pas envie ! Rapporter les insanités de la semaine ? Trop dur. Celle-ci quand-même: dans un grand journal paraissant le dimanche, on lit un titre qui frise la démence. On veut trier les migrants. A la Une : trier. Trier. Vous avez lu ? Triage. Camp de triage. Pas loin de chez moi, ils étaient venus 1943 à Chatel-Montagne, Allier, un coin reculé tu ne fais pas plus, un trou de verdure bien perdu, ils sont venus, miliciens gestapistes, ils sont venus en chercher, ils ont tout retourné, ils ont menacé, insulté. Ils l’ont trouvé ce brave type qui a fini à Mathausen.

De Mathausen, je revois encore cette carrière de pierres d’où ils se jetaient pour échapper aux bourreaux. Même pas un choix. Une obligation avec le rire gras du lieutenant général SS tout derrière. Aujourd’hui, ici, à Chatel, y a un nom de rue qui porte le nom du brave type. Demain, ça changera, y aura le nom du lieutenant général. Et pas besoin de fachos au poste de Commandement du Pays. Il y aura toujours les Lagardère, Dassault, Bouygues, Niel, Arnault au poste de pilotage, ça suffira, oui, oui, ça suffira. Pas besoin de Gestapo, y aura Propaganda BFMTV first à l’audimat, C8 sur les talons. C’était à Chatel-Montagne, le village qui se dépeuple, même plus de tabac-Presse, tous les artisans fermant boutiques. Les 500 du village d’aujourd’hui ne liront pas le torchon JDDmais ça ne changera rien, les commerces ont fermé, n’ouvriront pas de sitôt, oui quasiment tous.

Reste une école. Ouais quand-même, pas croyable, encore une école, mais je ne vous raconte pas. Non je raconte pas. Pas envie. Si vous passez, vous demanderez. Vous vous demanderez.

 *

Pas envie. J’ferais rien. Rien de rien. Je ne reviendrais même pas sur ces cons de la Grande Journaille du JDD, ces cons dominant leur clavier, sérieux, concentrés, salaires en poche, vacances toutes proches. Pas un, pas une pour dire que. Là, écoutez, non, là, nous sommes allés trop loin. Trier. Trier, ça va trop loin. C’est trop. Pas un. Pas une. Et pauvre naïf que j’suis, quoi, j’espère quoi, qu’ils soient pris de remords, qu’ils fassent passer un entrefilet qui dirait nos excuses, lecteurs, lectrices, mais non, je vois, ces excuses-là, elles seraient encore pire. Pire. Mais c’est vrai pourquoi que je crois que ces cons seraient pris de remords ? Faut pas douter, la prochaine fois, à un dimanche très prochain, ces cons iront encore plus loin. On aura la photo pleine page des migrants, Collomb les aura fourgués dans les wagons avec photos, photos, photos, photos avec, en plus, l’interview-confidence d’un chef de gare hilare. Non, rien.

Faut en dire plus ? Rien de rien, rien à dire de plus sur cette déchetterie, sur ce papier Q du grand Capitaine Lagardère.

La suite du billet-BiBi ici : http://bit.ly/2vcuRQI

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.