LE GRAND VAINQUEUR 2017, C'EST FRANCOIS HOLLANDE !

hollande-1

Il était une fois un petit garçon nommé François qui voulait être un grand Président, de ceux qui rentrent dans l’Histoire. Certains gogos ont douté de sa grandeur, prétextant qu’avec son retrait de Décembre 2016, François était sorti par la petite porte. Mais pour BiBi, c’est tout à fait l’inverse ! Foin du Conte à dormir debout d’un Président-bon-à-rien et sans envergure, c’est l’inverse : tout au long de ces vingt dernières années, François Hollande a été simplement…. génial.

Contre les idées reçues, voilà donc son histoire racontée en détails par BiBi.

*

La scène primitive de François commença en 1985 lorsqu’il rencontra Jean-Pierre J., diplômé de la même école, de la même promo Voltaire. Ensemble, ils rédigèrent un opuscule intitulé «La Gauche bouge». Ce petit ouvrage de 1986, non répertorié dans la biographie de notre petit François, restera son livre de chevet. Parole tenue et serment retenu : promouvoir à tout prix, à n’importe quel prix, le Social-Libéralisme. Le soir même du Pacte, François et Jean-Pierre trinquèrent chez Brigitte T. devant de bien belles bouteilles de champagne.

L’histoire se continua cahin-caha jusqu’au jour où un certain Dominique semblait devoir tout emporter sur son passage élyséen. Alors le téléphone marcha derechef entre François et un certain Nicolas. On s’entendit pour l’écarter à la faveur d’un déplacement à New-York. Nicolas, ravi de voir la dégringolade de ce Dominique-nique-nique qui l’aurait supplanté, applaudit à tout rompre, considérant ce pauvre François comme une potiche PS inoffensive.

François, lui, se débrouilla si bien qu’il profita de sa position stratégique de chef du PS pour remporter la Primaire, cette escroquerie mise en place par son Parti. Ensuite, au grand dam de Nicolas, il monta sur la plus haute marche du podium en 2012. En ces temps-là, pour se faire élire, François usa de toute son humour pour faire croire qu’il n’avait qu’un seul ennemi (la Finance), s’acoquinant, en vieux roublard, avec la Vraie Gauche (qui n’en pouvait plus des frasques de Nicolas).

POUR LA FIN DE CE CONTE FANTASTIQUE, C'EST PAR ICI :

http://bit.ly/2m8fEwl

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.