PEPS Marseille
Ecologie Sociale
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

1 Éditions

Billet de blog 5 juin 2022

Ainsi s'éteint la liberté

Rapport de PEPS Marseille sur l'état de la démocratie dans le monde : L'indice de démocratie à l'échelle globale n'a pas attendu la crise du covid pour diminuer. Depuis la crise de 2007-2008, la population mondiale subit de plus en plus de dérives autoritaires des gouvernements.

PEPS Marseille
Ecologie Sociale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis 1945, l’ordre était donné. Le capitalisme ne devait plus se séparer de la démocratie. Et puis il y a eu le covid et on a été obligé, pour sauver des vies, de renforcer l’autorité de l’Etat … Mais non, il faut qu’on s’arrête là, sans quoi vous finirez par penser qu’on a cru à cette blague.

Nous avons étudié les indices de démocratie1 des pays du Monde et, navré, mais ceux-ci ont commencé à s’effondrer dès la crise de 2007-2008. L’indice s’est rehaussé jusqu’au durcissement des régimes indien et chinois. Depuis lesdits durcissements et jusqu’en 2020 (soit en à peine 5 ans), la démocratie à l’échelle mondiale a diminué de près de 9,2 %. Comment en arrive-t-on à ce chiffre ? On va vous l’expliquer.

Si on calcule la moyenne des indices de démocratie par pays calculés par The Economist, on constate en effet une diminution en matière de droits à travers le monde, mais finalement peu significative. Mais si on tient compte de la démographie de chaque pays (le poids d’une dictature oppressant plus d’1,4 milliards d’être humain ne peut pas être le même dans le Monde que celui d’un régime garantissant les libertés de 360 000 habitants), on obtient un tout autre résultat : La démocratie s’effondre.

Indice de démocratie mondial (brut et ajusté) par an © PEPS Marseille

Tenant compte de la population que chaque pays représente, on constate que l’ensemble de l’humanité ne tend pas du tout vers plus de démocratie (et que celle-ci ne stagne même plus). Au contraire, coïncidant avec la crise de 2007-2008 et les durcissements des régimes chinois et indien (pays les plus peuplés de la planète), l’indice mondial de démocratie chute drastiquement. Mais n’allons pas croire que leur situation et le fascisme ne nous concerne pas.

Tout d’abord, il y a l’exportation du modèle de surveillance et de répression chinois. Les lois « sécurité globale » et « séparatismes » en sont directement inspirées, si bien que cette dernière tire son nom, lettre pour lettre, de son équivalent chinois. Xi Jinping ne se contente pas d’un génocide sur les Ouïghours (communauté musulmane en Chine) dans son pays, il vend son modèle brutal et autoritaire jusque dans le « pays des droits de l’Homme », qui décide désormais qu’il se construira sans ses citoyennes et citoyens musulmans.

Mais ce n’est pas le seul danger. Dans tous les pays du Monde, les régimes se durcissent. Même en retirant de la base de données la Chine et l’Inde, on observe, de 2015 à 2020, une chute de 4,6 % de l’indice de démocratie mondial. Et cette diminution a commencé dès la crise économique de 2007-2008 et le pic du « pétrole facile » (moment où les profits du pétrole étaient les plus importants, aujourd’hui les prix ont certes augmenté mais le pétrole est devenu plus coûteux à extraire). Le capitalisme ne suffit plus. La croissance n’inspire plus parce qu’elle ne profite à pratiquement personne, si ce n’est quelques milliardaires. Il faut maintenant que la classe dominante, indifféremment de ce qu’elle inflige à la planète, maintienne les foules par la coercition et la violence. Il suffit de regarder dans les yeux nos camarades gilets jaunes mutilé.e.s pour s’en apercevoir. Quand la paix sociale n’est plus achetée, elle est maintenue par la matraque.

Ce résultat peut paraître froid. Mais sortons des chiffres (ce ne sera pas plus chaleureux) : Un génocide a cours en Chine sur les populations musulmanes (avec camps de concentration en prime), les homosexuel.le.s sont torturé.e.s en Tchétchénie, l’esclavage est monnaie courante dans les pays du Golfe, les musulmans sont persécutés en Inde, et, comble de l’indécence, la France mutile et réprime tout ce qui ne convient pas à Macron et Darmanin.

La liberté s’éteint. Rallumons la pour sortir de la nuit dans laquelle les puissants nous ont plongé. Résistons à ce qu’on osait appeler autrefois « l’axe des ténèbres ».

1 Compris entre 0 et 10, l’indice de démocratie, publié depuis 2006 par The Economist, permet de mesurer l’état des droits humains, des libertés publiques, et des institutions dans les pays du monde. Plus le score est élevé, plus le pays est estimé démocratique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe