PEPS Marseille
Ecologie Sociale
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

1 Éditions

Billet de blog 5 juin 2022

Ainsi s'éteint la liberté

Rapport de PEPS Marseille sur l'état de la démocratie dans le monde : L'indice de démocratie à l'échelle globale n'a pas attendu la crise du covid pour diminuer. Depuis la crise de 2007-2008, la population mondiale subit de plus en plus de dérives autoritaires des gouvernements.

PEPS Marseille
Ecologie Sociale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis 1945, l’ordre était donné. Le capitalisme ne devait plus se séparer de la démocratie. Et puis il y a eu le covid et on a été obligé, pour sauver des vies, de renforcer l’autorité de l’Etat … Mais non, il faut qu’on s’arrête là, sans quoi vous finirez par penser qu’on a cru à cette blague.

Nous avons étudié les indices de démocratie1 des pays du Monde et, navré, mais ceux-ci ont commencé à s’effondrer dès la crise de 2007-2008. L’indice s’est rehaussé jusqu’au durcissement des régimes indien et chinois. Depuis lesdits durcissements et jusqu’en 2020 (soit en à peine 5 ans), la démocratie à l’échelle mondiale a diminué de près de 9,2 %. Comment en arrive-t-on à ce chiffre ? On va vous l’expliquer.

Si on calcule la moyenne des indices de démocratie par pays calculés par The Economist, on constate en effet une diminution en matière de droits à travers le monde, mais finalement peu significative. Mais si on tient compte de la démographie de chaque pays (le poids d’une dictature oppressant plus d’1,4 milliards d’être humain ne peut pas être le même dans le Monde que celui d’un régime garantissant les libertés de 360 000 habitants), on obtient un tout autre résultat : La démocratie s’effondre.

Indice de démocratie mondial (brut et ajusté) par an © PEPS Marseille

Tenant compte de la population que chaque pays représente, on constate que l’ensemble de l’humanité ne tend pas du tout vers plus de démocratie (et que celle-ci ne stagne même plus). Au contraire, coïncidant avec la crise de 2007-2008 et les durcissements des régimes chinois et indien (pays les plus peuplés de la planète), l’indice mondial de démocratie chute drastiquement. Mais n’allons pas croire que leur situation et le fascisme ne nous concerne pas.

Tout d’abord, il y a l’exportation du modèle de surveillance et de répression chinois. Les lois « sécurité globale » et « séparatismes » en sont directement inspirées, si bien que cette dernière tire son nom, lettre pour lettre, de son équivalent chinois. Xi Jinping ne se contente pas d’un génocide sur les Ouïghours (communauté musulmane en Chine) dans son pays, il vend son modèle brutal et autoritaire jusque dans le « pays des droits de l’Homme », qui décide désormais qu’il se construira sans ses citoyennes et citoyens musulmans.

Mais ce n’est pas le seul danger. Dans tous les pays du Monde, les régimes se durcissent. Même en retirant de la base de données la Chine et l’Inde, on observe, de 2015 à 2020, une chute de 4,6 % de l’indice de démocratie mondial. Et cette diminution a commencé dès la crise économique de 2007-2008 et le pic du « pétrole facile » (moment où les profits du pétrole étaient les plus importants, aujourd’hui les prix ont certes augmenté mais le pétrole est devenu plus coûteux à extraire). Le capitalisme ne suffit plus. La croissance n’inspire plus parce qu’elle ne profite à pratiquement personne, si ce n’est quelques milliardaires. Il faut maintenant que la classe dominante, indifféremment de ce qu’elle inflige à la planète, maintienne les foules par la coercition et la violence. Il suffit de regarder dans les yeux nos camarades gilets jaunes mutilé.e.s pour s’en apercevoir. Quand la paix sociale n’est plus achetée, elle est maintenue par la matraque.

Ce résultat peut paraître froid. Mais sortons des chiffres (ce ne sera pas plus chaleureux) : Un génocide a cours en Chine sur les populations musulmanes (avec camps de concentration en prime), les homosexuel.le.s sont torturé.e.s en Tchétchénie, l’esclavage est monnaie courante dans les pays du Golfe, les musulmans sont persécutés en Inde, et, comble de l’indécence, la France mutile et réprime tout ce qui ne convient pas à Macron et Darmanin.

La liberté s’éteint. Rallumons la pour sortir de la nuit dans laquelle les puissants nous ont plongé. Résistons à ce qu’on osait appeler autrefois « l’axe des ténèbres ».

1 Compris entre 0 et 10, l’indice de démocratie, publié depuis 2006 par The Economist, permet de mesurer l’état des droits humains, des libertés publiques, et des institutions dans les pays du monde. Plus le score est élevé, plus le pays est estimé démocratique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871