Réforme territtoriale

Le mille-feuille administratif du département,  est une organisation empirique  structurée  par la nécessité environnementale  depuis des siècles. Or toute organisation fonctionne en traitant des informations qui lui parviennent dans un réseau, à partir de demandes de proximité. Il me parait impossible, en tant que spécialiste des systèmes organisationnels  d'y modifier quoi que ce soit de concret pour soi-disant améliorer  fonctionnement  des administrations concernées,  sans mettre à plat son traitement informations, c’est-à-dire repérer la grande quantité de données qui lui parviennent journellement. La tâche serait immense qui consisterait à en faire seulement l'analyse. Cette histoire me parait être un dérivatif, sorte de grand dessin d'un Président qui voudrait laisser son nom de grand réformateur dans l'Histoire, tout en prétextant que les Landers  seraient à la base d'un succès de l'Allemagne. Succès d'ailleurs mitigé qui concerne plus la production que l’administration. Centre Pompidou, réseau routier sur les quais parisiens pour l'un, Grande Bibliothèque pour l'autre, le prestige de Hollande devrait ainsi remonter comme (peut-être) ceux de ces prédécesseurs ? Je souhaite longue vie à Maryse Lebranchu responsable de la réalisation de ce projet. Devant l’ampleur de la tâche ce « changement » restera  probablement de pure forme. Redessiner la carte de France deviendra ainsi un joli projet artistique qui, comme d’autres réformes, qui depuis des années tombent dans le marécage d’essais ratés, et  est pour le moment, à mon humble avis, pure illusion en trompe l’œil,  un dérivatif utile, pour un Président embourbé dans d’autres tâches trop lourdes pour lui.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.