L'argent pour le meilleur et pour le pire

  • L'argent est l'instrument qui fait fonctionner les systèmes d'échange des biens matériels et spirituels, ceci depuis son invention il y a environ 3000 ans. Il a deux fonctions, l'évaluation chiffrée de ces biens et leur transmission. D'où la création des marchés de plus en plus éloignés du lieu de production, permettant le développement du pays ayant adopté cette monnaie. Toutefois cet éloignement est la source de renchérissement de la valeur de production, d'une part parce que tout transport est un travail supplémentaire, d'autre part parce des intermédiaires transforment ces biens pour le perfectionner ou en modifier l'usage devenant de ce fait un autre producteur, ce qui renchérit à nouveau le bien originel. Des plus values sont ainsi encaissées qui donnent une valeur intrinsèque à l'instrument monnaie qui a agit comme un levier. Toutefois la puissance   de ce  levier varie selon les capacités et le nombre de ces intermediaires. Cet effet levier est un effet dit secondaire qui apparaît toujours après un certain temps dans tout système du seul fait de la transmission de la force initiale nécessaire à l'obtention du l'objectif prévu par les initiateurs du système. Il correspond à la loi connue en physique sous le nom de " 2 e Principe de thermodynamisme". En effet la valeur thermique initiale, la force de production n'est pas entièrement utilisée par le produit. Cette perte est à l'origine d'effets secondaires imprévus. Dans notre cas la récupération de la force déviée est la financiarisation de la monnaie. Bien entendu ce sont ces intermediaires qui attribuent la valeur de cette monnaie, qui en ont le droit tels que l'Etat, habituellement, les banques prêteuses, et les particuliers acheteurs et producteurs qui se trouvent sur le parcours cyclique de la masse monétaire il y a donc 4 acteurs responsables de la circulation monétaire qui financent le système, chacun pour son intérêt y compris l'intérêt des acheteurs, s'agissant de l'État, censé les représenter.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.