Pour les gilets jaunes

Nouvelle démocratie. Changer de Constitution, sans revenir à la 4 e République, devient une nécessité vitale. Il s'agit de permettre à la société civile, hors partis Politiques, de prendre le pouvoir sur nos institutions sans autres intermédiaires.
  • Comme si j'avais prévu la fronde des gilets jaunes, j'ai imaginé, il y a quelques années, réécrire notre constitution, qui devrait être plus à leur mesure, que celle  trop favorable au Président inamovible et omnipotent de notre République actuelle. Pour faire de la France une  démocratie achevée, c'est-à-dire  pour donner tous pouvoirs aux citoyens, y compris sur la puissance économique et financière, je propose un système de représentativité  hors partis politiques, totalement inédit. Il permettrait pour la première fois d'élire des députés issus de la société civile en proportion de ce qui la compose, c'est-à-dire des catégories socio-professionnelles, les plus importantes. Définies par L'INSEE, au nombre de 9, elles comprendraient entre autres, des étudiants, des ouvriers et paysans, des petits retraités, ceux qui n'ont jamais été membres des différentes assemblées nationales depuis toujours. Certains ne le seront jamais avec le système électoral des démocraties actuelles, Ainsi j'ai imaginé une Assemblée Nationale Référendaire élue de la façon dont on élit couramment un Conseil de direction dans les assemblées privées. Leur nombre est déterminé selon l'importance de l'Assemblée. Bien entendu ces membres connaissant les objectifs de l'Association sont chargés de surveiller leur exécution par  un Bureau qu'ils auront également choisi. Connaissant le nombre des citoyens qui composent une catégorie essentielle de la société civile, il sera simple de proposer le nombre correspondant de sièges de l'Assemblée nationale référendaire, qui aura ainsi la légitimité donnée par un référendum. Cette Assemblée ne siégerait que le temps nécessaire pour régler un problème spécifique. Elle n'aurait pas les mêmes prérogatives que l'Assemblée nationale législative ordinaire, qui subsisterait traditionnellement pour régler les affaires courantes. Elle aurait tous pouvoirs sur elle, notamment, celle de rectifier certaines dispositions qu'elle considérerait non conformes à l'esprit qui est celui de la majorité des catégories socio-professionnelles qui la composent. On imagine facilement que les gilets jaunes pourraient, non seulement faire entendre leurs voix, mais obliger le gouvernement à agir dans leur sens.

J'ai développé ce projet dans un essai, édité à compte d'auteur, en attendant mieux. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.